Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Dose élevée de suppléments en multivitamines et vitamine A chez les enfants

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Micronutriments et a des réponses 5.

» Publier une réponse

Anne Merewood

Director, CHEERing

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 14:06

Mon organisation travaille avec des réfugiés et nous avons la possibilité de nous engager dans un programme subventionné utilisant des suppléments de vitamine A à haute dose (doses de 100 000 UI ou 200 000 UI 1 x tous les 6 mois) pour les enfants de moins de 5 ans. Voici ma question. La plupart des enfants ont accès quotidiennement à une multivitamine qui ne contient que 20 % des AJR en vitamine A. Les enfants peuvent-ils prendre en toute sécurité la multivitamine à croquer jusqu'à ce qu'ils reçoivent la dose élevée, puis reprendre la multivitamine une semaine plus tard ? Ou bien, devrions-nous essayer - ce qui sera très difficile - d'arrêter la distribution de multivitamines parce qu'ils reçoivent une dose élevée de vitamine A ?

JEROME OUEDRAOGO

CRF

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 18:47

J'imagine que si vous voulez administrer la vitamine A aux enfants de façon périodique, cela fait suite à des études qui ont montré la nécessité, autrement dit la carence au sein de cette cible, et cela malgré le fait qu'ils reçoivent déjà des micronutriments contenant de la vitamine A. Si tel est le cas je penses qu'il y a moins de risques de surdosage surtout si l'administration respecte l'intervalle minimal de 6 mois et que les doses de vitamines A sont adaptées à l'âge des enfants (100.000 UI pour les enfants de 6-12 mois et 200.000UI pour les enfants de 12-59 mois).

Najma ayub

NA

Utilisateur régulier

21 févr. 2024, 08:35

L’efficacité de la supplémentation en vitamine A, même parmi les populations ayant un régime alimentaire diversifié et ayant accès à des multivitamines, peut varier en fonction de plusieurs facteurs :

Prévalence de la carence en vitamine A : si la population présente une prévalence élevée de carence en vitamine A, une supplémentation peut être bénéfique pour réduire le risque de problèmes de santé liés à une carence, tels qu'une altération de la fonction immunitaire et des problèmes de vision.

Couverture et conformité : l'efficacité des programmes de supplémentation dépend des taux de couverture et de conformité au sein de la population. Si une partie significative de la population cible reçoit et adhère au régime de supplémentation, le programme est plus susceptible d'avoir un impact positif sur le statut en vitamine A.

Diversité alimentaire : bien qu'une alimentation diversifiée puisse fournir divers nutriments, y compris la vitamine A, la biodisponibilité de la vitamine A provenant de sources végétales (caroténoïdes provitamine A) peut être inférieure à celle de sources animales (vitamine A préformée). Par conséquent, la supplémentation peut toujours être bénéfique, en particulier pour les personnes ayant un accès limité aux aliments d’origine animale.

État nutritionnel : l'état nutritionnel des individus au sein de la population, y compris des facteurs tels que la malnutrition, les troubles gastro-intestinaux et les maladies chroniques, peut influencer l'efficacité de la supplémentation en vitamine A. Les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents peuvent avoir des besoins plus élevés en certains nutriments, notamment en vitamine A.

Âge et vulnérabilité : les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement vulnérables à la carence en vitamine A en raison de leur croissance et de leur développement rapides. Compléter ce groupe d'âge avec de fortes doses de vitamine A peut aider à prévenir les complications liées à une carence, telles que la cécité nocturne et une susceptibilité accrue aux infections.

Stratégie de supplémentation : le moment, la posologie et la fréquence de la supplémentation en vitamine A peuvent avoir un impact sur son efficacité. Les programmes qui fournissent des suppléments à haute dose à des intervalles appropriés, par exemple tous les 6 mois, comme le recommande l'Organisation mondiale de la santé, sont plus susceptibles d'atteindre les résultats souhaités.

En résumé, même si une alimentation diversifiée et l’accès à des multivitamines peuvent contribuer à l’apport global en nutriments, la supplémentation en vitamine A reste une intervention importante dans les populations à risque de carence, en particulier les jeunes enfants. Cependant, l’efficacité des programmes de supplémentation dépend de divers facteurs, notamment la couverture, l’observance, les habitudes alimentaires et l’état de santé individuel. Il est essentiel d'adapter les stratégies de supplémentation aux besoins et caractéristiques spécifiques de la population cible pour maximiser l'impact.

Anonyme 45847

Technical Advisor (VAS)

Utilisateur régulier

21 févr. 2024, 18:32

Il ne devrait y avoir aucun souci à ce que les enfants prennent des suppléments quotidiens en plus du supplément en vitaine A (VAS) semestriel, en particulier dans une situation de réfugiés où les carences en micronutriments sont probablement élevées chez les jeunes enfants. Le % AJR dans la vitamine est très faible. En fait, il est probablement préférable de conduire les deux interventions simultanément : les vitamines contribueront à améliorer lentement le statut en vitamine A, tandis que le VAS aidera à réduire la morbidité et la mortalité associées à la carence en vitamine A.

Les réfugiés ont-ils accès au programme VAS actuel du pays ? Vous devriez peut-être vérifier s'il existe un certain accès, car vous ne voulez pas risquer de donner aux enfants une double dose de VAS à forte dose. Il se peut également qu'il y ait un approvisionnement en capsules de vitamine A dans le pays, plutôt que d'avoir à chercher un approvisionnement supplémentaire pour la population réfugiée.

Ted Greiner

Editor of the journal World Nutrition

Utilisateur régulier

21 févr. 2024, 22:59

L'anonyme 45847 est correct. Il existe un mythe selon lequel une supplémentation biannuelle à forte dose en vitamine A serait indiquée pour lutter contre la carence en vitamine A au niveau communautaire. Ce n'est, en fait, pas le but. Il s’agit de réduire la mortalité. Ce mythe est renforcé par le fait que la mortalité est trop difficile à utiliser pour évaluer l'impact d'un programme, c'est pourquoi il est parfois recommandé de recommander des niveaux de carence en vitamine A dans la communauté. Cependant, à l'exception de toute autre intervention liée à l'amélioration des régimes alimentaires, l'efficacité de la distribution sera entièrement déterminée par les niveaux de couverture et le temps écoulé entre l'administration de la dose élevée et le prélèvement des échantillons de sang.

Chaque dose élevée de vitamine A n’a qu’un impact temporaire sur le rétinol sérique, le rendant d’abord beaucoup trop élevé, mais cela ne dure pas. Selon le niveau des niveaux de rétinol de base (s'il est bas) et le régime alimentaire/l'apport continu en vitamine A, un à quatre mois après avoir reçu la dose, l'enfant revient à un niveau proche du niveau de rétinol qu'il avait avant de recevoir la dose élevée.

Anne Merewood

Director, CHEERing

Utilisateur régulier

21 févr. 2024, 23:04

Merci beaucoup à tous, cela a répondu à ma question. Pour répondre à certains des points soulevés ici, la population réfugiée que nous servons vient de zones où la carence en vitamine A est endémique, le régime alimentaire est très pauvre en raison de la mauvaise qualité de la nourriture servie dans les camps et il n'existe aucun autre programme gouvernemental (ou autre). pour apporter une supplémentation. Contribution vraiment utile de tous, encore une fois, merci beaucoup.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse