Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Pour les moins de six mois, gestion de la MAS et de la MAM sans complication médicale

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prise en charge des nourrissons de moins de six mois, petits et à risque nutritionnels, et de leurs mères (MAMI) et a des réponses 30.

» Publier une réponse

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

11 mai 2022, 19:49

Bonjour, Alors que vous gérez un enfant de moins de six mois souffrant de MAS ou de MAM sans aucune complication médicale sous-jacente, et que vous avez conseillé à la mère les bonnes pratiques d'allaitement (de l'alimentation, du positionnement, de l'attachement), est-il conseillé de donner à la mère un supplément (par exemple une misture de farines fortifiées Fortified Blended Flour -Advantage) même si la mère est d'accord sur le plan nutritionnel ?

Rosemary Otiende

MOH

Utilisateur régulier

12 mai 2022, 09:50

La faim cachée est un phénomène courant chez les mères dont les enfants sont atteints de MAM ou de MAS, ce qui est souvent négligé, mais en soutenant ces mères avec FBF, vous obtenez de meilleurs résultats plutôt que de simplement les laisser sans. Je vous encourage à donner du FBF aux femmes enceintes et allaitantes si vous y avez accès

Hellena

Currently not practicing

Utilisateur régulier

12 mai 2022, 14:50

Bonjour, puisqu'il s'agit d'un supplément, il n'est pas conseillé de donner du FBF. Demandez à la mère si elle a assez de lait pour le bébé même si elle pratique une bonne lactation et faites un suivi toutes les deux semaines pour voir comment le bébé progresse.

Pamela Morrison

IBCLC Retired.

Utilisateur régulier

12 mai 2022, 15:32

Un bébé qui tombe dans les centiles d'un tableau de poids ne reçoit généralement pas suffisamment de lait maternel pendant l'allaitement, même si la mère en produit suffisamment. Mais comme un mauvais drainage des seins au fil du temps entraînera une production de lait maternel inadéquate, cela devient une situation de poule ou d'œuf. Nourrir davantage une mère alors que son poids est déjà correct n'aidera pas le bébé qui ne tète pas efficacement. Souvent, un bébé comme celui-ci veut téter "toute la journée", mais ce qui se passe réellement, c'est qu'un bébé faible est souvent en train de téter pendant de longues périodes sans ingérer une quantité suffisante pour prospérer. Pour inverser cette tendance, il est souvent nécessaire de s'assurer que la mère allaite 8 à 10 fois en 24 heures, pendant de courtes périodes (elle peut utiliser la compression des seins et l'alternance pour continuer à maximiser l'apport du bébé avec le moindre effort de sa part) puis après l'allaitement, demandez à la mère d'exprimer manuellement ce que le bébé ne prend pas, à utiliser comme supplément. Ce lait peut être conservé pour être nourri à la tasse après la prochaine tétée. Au fil du temps, un drainage mammaire plus efficace entraîne une augmentation de la production de lait maternel, et une augmentation de la consommation de lait maternel pour le bébé entraîne une prise de poids plus élevée. D'après mon expérience, un bébé à faible gain de poids peut avoir besoin d'être aidé pour obtenir suffisamment de lait de cette manière jusqu'à ce qu'il atteigne le poids qu'il devrait avoir pour son âge sur un tableau de poids. Cela semble prendre du temps, mais la routine allaitement-supplément-express peut être terminée en une heure, ce qui donne à la mère une pause d'une heure avant qu'elle n'ait besoin de recommencer. ça marche! Il faut généralement autant de temps pour "régler" ce genre de problème d'allaitement qu'il en a fallu pour le produire.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

13 mai 2022, 05:00

Merci Rosemarie pour votre réponse

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

13 mai 2022, 05:01

Merci Hellena pour votre réponse.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

13 mai 2022, 05:02

Merci Pamela Morrison pour votre réponse.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

13 mai 2022, 05:03

Merci Pamela Morrison pour la réponse

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

13 mai 2022, 05:06

J'ai demandé parce que dans certains cas, lorsque vous complétez avec FBF quel que soit l'état nutritionnel de la mère, vous obtenez de meilleurs résultats, la mère commence à produire suffisamment de lait et le bébé commence à prendre du poids ...... Alors que dans d'autres cas, il suffit de conseiller, d'enseigner l'attachement et le positionnement, prévoir un plan de suivi approprié fonctionne également bien.

Je me demandais donc quelle est la meilleure pratique recommandée

ENUNU Henry

Utilisateur régulier

9 juin 2022, 21:19

Cela dépend de divers facteurs. Vous avez conseillé la mère sur les bonnes pratiques d'allaitement. La question que je pourrais vous poser est. Comment se porte-t-elle en termes de sécurité alimentaire des ménages ? A-t-elle assez de nourriture pour répondre aux besoins d'une mère qui allaite ? Pendant l'allaitement, la mère a besoin de manger un aliment supplémentaire (pour répondre aux besoins pour elle et le nourrisson environ 550 Kcal par jour

Deuxièmement, sur la base de vos conseils, quel est son MAD au niveau du ménage et est-elle financièrement en mesure d'acheter 5 groupes d'aliments + pendant l'allaitement tout en assurant une alimentation riche en protéines ?

Si vous l'avez conseillée sur les bonnes pratiques d'allaitement et qu'elle peut se permettre de manger des repas supplémentaires avec une alimentation diversifiée, je ne vois pas la nécessité pour elle d'obtenir un supplément. Mais si vous voyez qu'elle à risque de souffrir de malnutrition avec une sécurité alimentaire insuffisante dans le ménage, je vous conseillerai de lui donner un supplément et avec une justification de ce que vous avez fait.

NB // Assurez-vous que les causes sous-jacentes de la malnutrition soient prises en charge à la fois pour la mère et pour l'enfant.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

10 juin 2022, 18:26

@ ENUNU Henry Merci pour la réponse. Un bon nombre de mères allaitantes que je rencontre sont pour la plupart en situation d'insécurité alimentaire et elles rencontrent rarement les 5 groupes recommandés car elles viennent de milieux modestes. Nous complétons donc principalement avec Advantage pour simplement "augmenter" leur apport calorique quel que soit l'état nutritionnel de la mère tant que l'enfant souffre de MAS ou MAM dans le cadre de la gestion, en plus des services désignés comme le conseil psychologique (je voulais confirmer si c'est correct)

Carrie Hubbell Melgarejo

Sr. Nutrition Component Lead/PATH

Utilisateur régulier

10 juin 2022, 22:18

Salut tout le monde,

Il y a au moins deux sujets différents dans ce fil, et - bien que liés - nous devrions probablement les séparer clairement.

1) Donner à une MÈRE (pour sa propre consommation) de la farine mélangée enrichie (ou l'un des produits alimentaires mélangés enrichis). Pouvez-vous nous expliquer comment vous savez que "la nutrition de la mère est adequate ?" c'est-à-dire, parlez-vous du profil en micronutriments ou du statut en macronutriments (comme si vous aviez son PB ou son IMC ou son poids/taille ? Bien que je puisse comprendre que si sa diversité alimentaire est assez pauvre, les produits enrichis peuvent être attrayants, et je suis d'accord que si le poids de la mère est bon, ce n'est probablement pas une bonne idée de lui donner des produits complémentaires qui ont pour but principal de fournir des calories. Peut-être vaut-il mieux envisager plutôt des compléments nutritionnels lipidiques en petite quantité, des poudres de micronutriments (si cela fait partie des protocoles nationaux ), ou des suppléments de micronutriments multiples (parfois appelés vitamines prénatales qui peuvent finalement remplacer le fer-folate). Espérons que les suppléments de micronutriments multiples deviendront la norme, car ce sera une bonne option pour les mères qui ont déjà un bon poids de santé. Ceux d'entre nous qui travaillons sur les micronutriments ou l'aide alimentaire pourrons vous conseiller.

2) L'allaitement maternel et comment assurer une production de lait adéquate pour la nutrition de l'ENFANT. Sur ce point, je ferais plus confiance à la consultante en lactation qui donne des conseils sur ce fil ; Pamela Morrison donne toujours de brillants conseils. Elle nous dit (je crois) que la façon d'augmenter la production de lait est de s'assurer que les seins sont vidés, par des tétées fréquentes, en alternant entre les seins (j'avais l'habitude d'entendre "vider d'abord un" mais je pense qu'elle dit que nous pouvons être flexibles et donner l'autre sein si le bébé semble faire beaucoup de travail pour le lait qu'il reçoit), en vidant le sein manuellement si nécessaire et en conservant ce lait et en le donnant plus tard au bébé à la tasse (et non au biberon).

Mais si un bébé est déjà MAS/MAM, nous devrions probablement nous concentrer sur son insuffisance pondérale en tant que préoccupation principale, avant de trop nous inquiéter de la teneur en micronutriments du lait maternel. En plus de savoir si le bébé mange suffisamment, il est essentiel de se demander pourquoi le bébé pourrait être MAS/MAM... Je sais que le poster original dit qu'il n'y a pas de complications médicales, mais la maladie est une cause/effet importante de MAS/MAM . Avec des amis du FCDO et de l'ENN, nous avons développé un schéma (Figure 2 ici : https://mqsunplus.path.org/wp-content/uploads/2021/10/MQSUNAssumption-Map-brief_wasting-prevention-case-study_26October2021.pdf ) pour montrer les différents facteurs impliqués.

Remarque : si quelqu'un souhaite faire des recherches sur les complexités de l'émaciation, nous et le FCDO avons soutenu un groupe dirigé par l'ENN pour tenter de parvenir à un consensus sur les questions de recherche les plus importantes : https://journals.plos.org/ plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0228151 .

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

11 juin 2022, 18:06

@ Carrie Hubbell Melgarejo, Merci pour la réponse et le PDF.

Juste pour répondre à la question que vous avez posée sur la façon dont la mère a été déclarée comme "bien portante", elle était basée sur l'évaluation du PB étant > 23 cm, c'est toujours difficile d'évaluer le statut en micronutriments des mères en raison des ressources limitées, ce qui peut être évalué principalement est le statut en fer.

Oscar

Nutritionist

Utilisateur régulier

17 juin 2022, 22:35

Merci pour les différentes contributions des membres. Il serait bon de consulter d'abord votre protocole national et comment est votre programmation car pour l'Ouganda, nous avons intégré la gestion de la malnutrition aiguë où nous avons 4 composantes : prise en charge thérapeutique hospitalière (prise en charge de la MAS avec complications médicales et anorexie), prise en charge thérapeutique ambulatoire (prise en charge de la MAS sans complication et présence d'appétit), nutrition communautaire (dépistage actif des cas, mobilisation et mise en relation) et enfin prise en charge nutritionnelle complémentaire (uniquement en urgence, ou Taux MAG > 15 + facteurs aggravants généralement dans les camps de réfugiés. Il peut s'agir d'une alimentation complémentaire ciblée ou globale. Dans votre cas, si c'est BSFC, vous pouvez aller de l'avant et offrir les suppléments à la mère dont l'enfant, je suppose, dans ce cas est dans votre programme OTC. Dans certains contextes, en particulier pour les camps de réfugiés, le PAM met en œuvre un projet sur la prévention du retard de croissance, généralement appelé MCHN, c'est-à-dire la nutrition de la santé maternelle et infantile parallèlement au TSFP où les mères fréquentant les soins prénatals (0-9 mois et 6 mois après l'accouchement reçoivent des super céréales ++ ou un mélange maïs-soja ++ quel que soit leur état nutritionnel et l'attention est tournée vers l'enfant dès que l'alimentation complémentaire commence à 6 mois. il y a donc aucun problème à compléter le régime alimentaire d'une mère, mais cela ne devrait pas être basé sur l'augmentation de l'approvisionnement en lait maternel.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

19 juin 2022, 15:59

@Vukoni, Merci pour votre contribution.

Purnima Thakur

Faculty, NIPCCD, GOI

Utilisateur régulier

20 juin 2022, 06:23

Salut, merci pour la question

  • Évaluer d'abord le ménage et la raison de la MAS / MAM chez un enfant
  • N'oubliez pas de vérifier le taux de diabete (IDDM) de l'enfant et de faire le test sanguin de routine pour cet enfant. Même s'il n'y a pas de complications, le diabète juvénile est également l'une des principales causes de la MAS/MAM. Conseillez également à la mère de compléter les prises de sang routières.

1. MAS/MAM Les enfants sans aucune complication reçoivent de préférence un traitement de gestion communautaire qui comprend une concentration sur le temps et l'allaitement maternel actif ainsi que le suivi des calendriers de vaccination et des pratiques WASH.

2. Les besoins nutritionnels des mères doivent également être évalués, vérifier également la sécurité alimentaire des ménages et la mère doit prendre ses suppléments d'IFA et de calcium.

3. Concentrez-vous sur la diversification de l'alimentation et oui, les aliments enrichis s'ajoutent aux suppléments.

4. La mère peut sembler saine sur le plan nutritionnel, mais peut souffrir d'anémie ou d'autres carences en micronutriments.

5. Le suivi bimensuel de ces cas est important.

n'étant pas au courant de votre situation géographique, je vous aurais donné une réponse plus concrète.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

21 juin 2022, 06:30

@ Purnima Thakur, Merci pour la réponse.

Marie McGrath

ENN

Utilisateur fréquent

22 juin 2022, 08:08

Cher anonyme

Merci pour la question très importante que vous avez soulevée sur la prise en charge de ces nourrissons de moins de 6 mois à risque nutritionnel et de leurs mères. Je voudrais souligner que le MAMI Care Pathway Package, un ensemble de ressources qui aide à guider l'évaluation et les soins du couple mère-enfant, est particulièrement adapté à la gestion ambulatoire. Il supporte la gestion intégrée des maladies infantiles, dispose de ressources précieuses pour soutenir le conseil en allaitement (par exemple, par le biais de cartes de conseil pour résoudre des problèmes et des préoccupations spécifiques) et propose des sujets de soutien de base sur le bébé qui pleure, le sommeil, le bien-être mental maternel, l'alimentation complémentaire et la famille, le soutien communautaire. Si vous avez d'autres questions sur son application dans votre contexte, n'hésitez pas à nous contacter. Si vous pouviez partager le nom du pays dans lequel vous êtes basé, nous pourrons peut-être vous mettre en contact avec d'autres praticiens locaux via le réseau mondial MAMI.

Marie McGrath

ENN

Utilisateur fréquent

22 juin 2022, 08:12

Chère Purnima

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à la question. Puis-je vous interroger votre affirmation selon laquelle le diabète juvénile est l'une des principales causes de la MAS et MAM chez les nourrissons de moins de 6 mois ? Pourriez-vous partager les preuves sur lesquelles cela est-il basé? Je n'ai jamais vu cela mis en évidence, ni de par mon expérience, ni par celle d'autres personnes à qui j'ai parlé et qui travaillent avec ce groupe d'âge. Merci beaucoup

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

24 juin 2022, 09:38

@Marie McGrath Merci pour votre réponse et le package de parcours de soins MAMI.

Mon emplacement actuel est le Kenya.

Marie McGrath

ENN

Utilisateur fréquent

24 juin 2022, 09:44

Cher Anonyme, merci beaucoup pour le partage. Je vous ai connecté hors ligne à un support expert au Kenya. Cordialement, Marie

Mohammed Asufu

nutritionist

Utilisateur régulier

19 févr. 2024, 12:28

En tant que nutritionniste... tout d'abord, le lait maternel est le produit des éléments nutritionnels ingérés par la mère. Le lait produit par la mère de l'enfant peut ne pas contenir les nutriments nécessaires à la croissance de l'enfant, en particulier les protéines, ce qui signifie que l'alimentation de la mère peut manquer des éléments nutritifs nécessaires à la croissance de l'enfant, d'autant plus que nous, spécialistes de la nutrition, recommandons de l'augmenter. 25 grammes de protéines au-dessus des besoins de la mère... Nous recommandons à la mère de manger un repas spécial contenant des protéines - manger au moins un repas par jour comprenant une source de protéines, de la salade

Les céréales vertes, comme le maïs ou le riz, et les légumes cuits comme les pommes de terre et les carottes... Deuxièmement, cela peut être lié à la situation et à d'autres raisons évoquées précédemment par des collègues... Et peut-être qu'il peut y avoir une maladie organique ou un problème physiologique, comme un défaut dans le processus métabolique...

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

19 févr. 2024, 15:57

Merci @Mohammed Asufu pour votre réponse

Najma ayub

NA

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 09:44

Dans le scénario que vous avez décrit, si la mère est déjà bien nourrie et allaite exclusivement, il n'est peut-être pas nécessaire de lui fournir un supplément nutritionnel sous la forme d'un mélange de farine enrichie (par ex., Advantage). Le lait maternel est la source optimale de nutrition pour les nourrissons de moins de six mois et, tant que la mère pratique les bonnes pratiques de lactation, notamment en maintenant une alimentation, une position et un attachement sains, le nourrisson devrait recevoir tous les nutriments dont il a besoin du sein seul.

En conclusion, même si la farine mélangée enrichie ou d'autres suppléments nutritionnels peuvent être appropriés pour certaines populations ou situations d'urgence, d'insécurité alimentaire élevée, etc. il est généralement déconseillé de les fournir aux mères allaitantes qui sont déjà suffisamment nourries et pratiquent l'allaitement exclusif. Les efforts devraient plutôt se concentrer sur le soutien et la promotion des pratiques d’allaitement maternel afin de garantir la santé et le développement optimaux des nourrissons.

Magdalena Whoolery

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 10:02

"La capacité d'une mère à produire du lait en quantité et en qualité suffisantes pour soutenir la croissance du nourrisson est résiliente et est généralement indépendante de la qualité nutritionnelle personnelle de la mère." https://www.uptodate.com/contents/maternal-nutrition-during-lactation Les mères malnutries PEUVENT allaiter. Des études n’ont trouvé AUCUNE différence dans la qualité ou la quantité de lait maternel des mères malnutries par rapport aux mères bien nourries. Les études qui trouvent une différence significative sont les études de l’INDUSTRIE qui sont fortement biaisées et propagent une propagande pour leurs profits. Dans tous les cas, sauf dans les cas les plus extrêmes, les mères malnutries peuvent suivre les mêmes recommandations en matière d'allaitement que les mères qui ne souffrent pas de malnutrition. Étant donné que les mères perdent environ 500 calories par jour en allaitant, elles ont besoin d'un soutien supplémentaire en aliments nutritifs locaux pour leur PROPRE santé et leur bien-être, et la malnutrition augmente les risques de mourir en couches. Il est donc préférable de soutenir la nutrition maternelle, tout en protégeant, promouvant et soutenant l’allaitement. La pratique du « First Do No Harm » est impérative. Je constate actuellement une forte pression des préparations pour nourrissons et des préparations maternelles sur les mères pauvres et malnutries, ce qui risque la DOUBLE malnutrition - celle de l'enfant ET de la mère, contribuant à DEUX cas de personnes malnutries dans la famille au lieu d'une. L'administration de préparations pour nourrissons aux mères malnutries augmente également leurs risques de cancer du sein, de cancer des ovaires, de diabète et bien plus encore, ainsi que de nombreuses maladies infantiles, cancers infantiles et risques de mortalité infantile ET maternelle. Il est vital que nous utilisions et protégeons les aliments nutritifs indigènes, car bon nombre des mères malnutries que je vois consomment en réalité des produits ultra-transformés de multinationales occidentales, qui contribuent en fait à leur malnutrition maternelle. Les nouveaux produits arrivant sur le marché, tels que les préparations pour nourrissons, sont commercialisés auprès des femmes enceintes et allaitantes, de sorte qu'elles se nourrissent de ces produits coûteux au lieu de leurs aliments sains traditionnels. L’industrie nuit non seulement à la santé, mais aussi à la souveraineté alimentaire et exploite les mères, en particulier celles qui souffrent de malnutrition.

Michael Krawinkel

Prof.em./Justus-Liebig University Giessen

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 12:16

Chère Margret, veuillez partager les études soutenant l'observation "Les mères malnutries PEUVENT allaiter. Les études n'ont trouvé AUCUNE différence dans la qualité ou la quantité de lait maternel des mères malnutries par rapport aux mères bien nourries."

Malnourished mothers CAN breastfeed. Studies have found NO difference in the quality or quantity of breastmilk of malnourished mothers, compared to well-nourished mothers

D’après mon expérience, la malnutrition maternelle est importante pour la lactation et fait partie du risque de malnutrition intergénérationnelle.

Magdalena Whoolery

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 14:05

Salut Michael,

Comme je l'ai dit plus tôt, la nutrition maternelle est importante. La malnutrition augmente le risque de décès lors de l'accouchement et l'allaitement augmente les besoins nutritionnels des mères. Par conséquent, la meilleure pratique consiste à aider la mère à améliorer leur propre nutrition, tout en soutenant l’allaitement maternel. Si vous faites défiler les communications précédentes sur ce fil, vous trouverez de nombreuses références intéressantes de collègues et j'en ajouterai quelques-unes supplémentaires ci-dessous. Il est important de savoir que le problème avec une grande partie des recherches actuelles sur la composition du lait maternel (qualité/quantité) est que les études sont menées par/pour les fabricants de lait maternisé. Souvent, ces études ne révèlent même pas de conflits d’intérêts. Et pour être clair, la charge de la preuve ne devrait pas incomber à nos mères et à leur lait maternel, mais aux alternatives artificielles. J'espère que ceci est utile.

Magdalena

Production de lait maternel chez les mères préalablement traitées pour malnutrition aiguë sévère pendant l'enfance en République démocratique du Congo .

« Nous n’avons trouvé aucune différence significative dans la production de lait maternel et la composition corporelle chez les mères traitées pour MAS pendant l’enfance par rapport à l'échantillon de contrôle. »

https://bmcnutr.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40795-021-00467-7

« Les variations dans l'alimentation de la mère peuvent entraîner des modifications du profil d'acides gras et des niveaux de certains micronutriments, mais elles ne sont pas associées au volume ou à la qualité du lait produit. Le lait de toutes les mères, même celles qui souffrent de malnutrition, possède une excellente qualité nutritionnelle et immunologique. Le corps de la mère donne toujours la priorité aux besoins du bébé et, par conséquent, la plupart des nutriments, comme le fer, le zinc, l'acide folique, le calcium et le cuivre, continuent d'être excrétés dans le lait maternel en quantités adéquates et constantes, aux dépens des réserves maternelles. En cas de famines et de catastrophes, et lorsqu'il existe un risque de malnutrition infantile, l'approche recommandée par l'OMS est de soutenir l'allaitement maternel, qui garantit le bon développement du bébé, et de supplémenter l'alimentation de la mère ».

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S2341287916300643

"La capacité d'une mère à produire du lait en quantité et en qualité suffisantes pour soutenir la croissance du nourrisson est résiliente et est généralement indépendante de l'apport nutritionnel personnel de la mère."

https://www.uptodate.com/contents/maternal-nutrition-during-lactation

Michael Krawinkel

Prof.em./Justus-Liebig University Giessen

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 16:48

Convenu! - Ce que je voulais dire, c'est qu'une mère souffrant de malnutrition ne pourra pas allaiter son bébé de manière optimale sans en payer le prix. Cela reste vrai même lorsque l'allaitement fournit des nutriments au bébé aux dépens de la mère, par exemple du fer. J'ai probablement mal compris la réponse précédente, car elle suggérait que les mères actuellement sous-alimentées pouvaient bien allaiter. La santé maternelle est pour le nourrisson aussi importante que sa propre santé.

Anonymous_A_W_40

Nutritionist/ M40Re Analytics

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 18:16

Merci @ Najma Ayub @ Magdalena Whoolery @ Michael Krawinkel pour vos contributions.

Merci aux membres pour vos contributions sur ce sujet; des discussions et enseignements impressionnants. J'apprécie

Sam

Dr

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 19:34

Dans notre environnement, nous recevons souvent des mères qui se plaignent de ne pas produire suffisamment de lait maternel. Si je comprends bien, le poids du bébé est le juge ultime si tel est réellement le cas, et je constate souvent une baisse des centiles, même chez les mères bien nourries.

Quelques questions

1) Existe-t-il un rôle pour l'expression manuelle ou le pompage électrique pour essayer de « voir » s'il n'y a vraiment pas de lait?

2) Quelqu'un a-t-il réussi à utiliser des galactogogues (? Métoclopramide ?) ou d'autres suppléments pour augmenter la production de lait chez des mères bien nourries ?

3) Existe-t-il un cours de base de conseiller en allaitement, destiné au niveau des agents de santé communautaires/infirmières cliniques dans les contextes à faibles ressources, que tout le monde puisse recommander ?

Merci d'avance

Maryse Arendt

Lactation consultant IBCLC , BLL Luxembourg

Utilisateur régulier

20 févr. 2024, 19:41

Il est important de vérifier si l'allaitement se passe vraiment bien, de reconnaître une prise du sein peu profonde ou un nourrisson pas assez stimulant ou n'ayant pas assez souvent accès au sein, voir réponse de Pamela Morrison. Margaret a déjà présenté quelques preuves. D'autres peuvent être trouvées dans le livre Breastfeeding for the Medical Profession de Lawrence. L'OMS conseille de soutenir l'allaitement et de nourrir la mère si nécessaire.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse