Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Calcul du taux de relactation réussie

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Interventions pour l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant et a des réponses 13.

» Publier une réponse

Isabelle Modigell

Independent IYCF-E Consultant

Utilisateur fréquent

29 avr. 2022, 12:10

Les CONSEILS SUR LES INTERVENTIONS NUTRITIONNELLES pour le Plan de réponse humanitaire proposent la « proportion de mères qui ont réussi à relacter » comme indicateur de résultat standard à utiliser dans les programmes ANJE-E. Cependant, aucune définition n'est fournie.

Pouvez-vous, s'il vous plaît, partager des conseils / expériences pratiques sur la façon de définir les critères d'une relactation "réussie" ?

Merci!

Pamela Morrison

IBCLC Retired.

Utilisateur régulier

29 avr. 2022, 14:49

Je définirais une relactation "réussie" comme une mère capable d'apporter suffisamment de lait maternel pour répondre à tous les besoins en lait de son bébé et pour que l'enfant prenne suffisamment de poids. Le succès dépendrait donc de l'âge du bébé... de la naissance à 6 mois, il pourrait y avoir jusqu'à 750-900 ml par 24 heures. Un bébé plus âgé, disons de 9 à 12 mois, cela représenterait environ 500 ml/jour. Et plus l'intervalle entre le sevrage et la relactation est court, plus il y a de chances de succès.

Jennifer Yourkavitch, MPH, PhD, IBCLC

Utilisateur régulier

29 avr. 2022, 20:42

Bien qu'une relactation complète soit l'objectif et probablement possible dans la plupart des cas, le « succès », tel que défini par la satisfaction de tous les besoins en lait d'un nourrisson, sera affecté par la durée d'utilisation du SLM (voir Mehta et al. 2018 pour une description de l'étude). Ce serait formidable de mesurer également la relactation partielle, car le lait maternel et l'allaitement sont essentiels à la survie et certains valent mieux que rien. Vous pourriez penser à des indicateurs tels que : le pourcentage d'aliments pour nourrissons qui sont du lait humain (ou allaité) en 24 heures (niveau de sortie), ainsi que la croissance du nourrisson (niveau de résultat). Des études ont montré que la relactation était possible pour tous les participants, mais une minorité a obtenu une relactation partielle plutôt que complète.

Karleen Gribble

Adjunct Associate Professor, Western Sydney Uni

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 00:44

Bonjour Isabelle, je commencerais par définir ce que l'on entend par relactation. Parfois, la relactation est utilisée pour signifier l'augmentation de la production de lait dans une situation où la femme a une faible production de lait parce qu'elle a reçu une alimentation mixte par exemple. Je n'utiliserais pas cette définition, mais je dirais plutôt que la relactation est un processus par lequel une femme a cessé d'allaiter, puis rétabli une production de lait. Je pense qu'il est utile de considérer le succès de la relactation avec deux mesures, l'une étant la «relactation partielle», ce qui signifie que la femme produit du lait mais pas suffisamment pour le nourrisson et que le SLM est toujours nécessaire et la «relactation complète» où la femme produit tout le lait le bébé a besoin et aucun SLM n'est nécessaire. Ce dernier ne signifie pas nécessairement que le nourrisson est exclusivement allaité s'il a plus de 6 mois. Si vous ne pouvez utiliser qu'une seule mesure, j'utiliserais la "relactation complète".

Karleen Gribble

Adjunct Associate Professor, Western Sydney Uni

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 00:45

Bonjour Isabelle, je commencerais par définir ce qu'on entend par relactation. Parfois, la relactation est utilisée pour signifier l'augmentation de la production de lait dans une situation où la femme a une faible production de lait parce qu'elle a reçu une alimentation mixte par exemple. Je n'utiliserais pas cette définition, mais je dirais plutôt que la relactation est un processus par lequel une femme a cessé d'allaiter, puis rétabli une production de lait. Je pense qu'il est utile de considérer le succès de la relactation avec deux mesures, l'une étant la «relactation partielle», ce qui signifie que la femme produit du lait mais pas suffisamment pour le nourrisson et que le SLM est toujours nécessaire et la «relactation complète» où la femme produit tout le lait le bébé a besoin et aucun SLM n'est nécessaire. Ce dernier ne signifie pas nécessairement que le nourrisson est exclusivement allaité s'il a plus de 6 mois. Si vous ne pouvez utiliser qu'une seule mesure, j'utiliserais la "relactation complète".

Rukhsana

Chair, TAHN Foundation

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 07:11

Salut Isabelle. Bonne question. Je suis d'accord avec Karleen sur le fait qu'une relactation "partielle", avec l'utilisation de SLM, et une relactation "complète", ne nécessitant aucun SLM, seraient des indicateurs utiles. Je pense que l'objectif devrait être d'amener la mère à recommencer à allaiter après qu'elle ait cessé de le faire, mais pas de rendre cela stressant pour elle. Comme Jennifer l'a mentionné, même un peu de lait maternel vaut mieux que rien pour la nutrition, la santé et la survie du nourrisson. L'impact sur la santé mentale de la mère lorsqu'elle commence à re-lacter ne doit pas être négligé. Merci.

Alessandro Iellamo

FHI360

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 12:36

Salut Rukhsana et Karleen

Salutations!

Je vois où vous voulez en venir, mais je ferais attention en fixant une telle définition ..... car cela peut décourager plus qu'encourager ....

La relactation est réussie par tous les moyens lorsque la mère/la personne qui s'occupe de l'enfant est capable d'allaiter l'enfant... (partiellement, complètement, exclusivement, tout en fournissant un CD, etc.)... en fonction de l'âge de l'enfant et du point de départ... et ces facteurs diffèrent pour tous

Encore une fois, je serais très conscient de l'établissement d'une norme... qui peut être mal interprétée... nous devrions encourager et promouvoir la pratique ainsi que le soutien qualifié nécessaire pour stimuler et adopter la pratique...

Merci à tous

Karleen Gribble

Adjunct Associate Professor, Western Sydney Uni

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 12:44

Salut Alex,

Ce n'est pas une conversation que vous auriez avec une mère ou un soignant. Je déconseillerais certainement de suggérer à quiconque aurait partiellement relacté qu'elle n'était pas un succès ! La question telle que je la comprends concerne la collecte de données, une tout autre affaire.

Karleen

Alessandro Iellamo

FHI360

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 12:45

Merci Karleen

Je pense que nous devons tenir compte de la façon dont les agents de santé l'interprètent ... également. C'est mon commentaire...

Merci encore

Karleen Gribble

Adjunct Associate Professor, Western Sydney Uni

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 12:51

Certainement. Peut-être que la solution pourrait être de supprimer le « succès » de tout indicateur et de collecter à la place des données sur la « relactation complète ».

Karleen

Alessandro Iellamo

FHI360

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 12:52

Idée géniale....je suis d'accord!

Tu es une star Karkeen !

ciao

Karleen Gribble

Adjunct Associate Professor, Western Sydney Uni

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 13:02

Merci Alex!

Karleen

Pamela Morrison

IBCLC Retired.

Utilisateur régulier

30 avr. 2022, 13:14

Alex, Karleen et Rukhsana, il est bon de considérer les nombreux aspects que vous soulevez sur la façon dont la relactation sera mesurée. J'ai toujours pensé que les définitions sont vraiment importantes, afin que nous puissions suivre les résultats de santé, la quantité de substituts du lait maternel nécessaires et le "succès" de tout programme de relactation. Je trouve également que les mères aiment les informations claires et les objectifs clairs vers lesquels elles peuvent composer, ainsi que notre soutien et l'affirmation que nous savons qu'elles font de leur mieux. Miriam Labbok nous a laissé la légacie de son travail sur les définitions de l'allaitement. Serait-il possible d'utiliser les définitions de l'OMS de ce que signifie « l'allaitement maternel » lorsqu'une mère essaie de relacter ? Voir https://apps.who.int/iris/handle/10665/62134

Jodine Chase

IFE Core Group Facilitator

Utilisateur régulier

7 juin 2022, 12:51

Je viens d'entrer dans cette discussion intéressante, qui a attiré mon attention alors que j'examinais le contenu en-net dans mon nouveau rôle de facilitateur du groupe central IFE. J'ai noté ce fil de discussion pour une action possible.

En passant, je pense également que nous devrons peut-être réfléchir à la façon dont nous nous référons aux aliments supplémentaires ou de remplacement lorsque nous discutons ou augmentons ou redémarrons la lactation, afin de ne pas communiquer par inadvertance que la seule option, ou que l'option préférée, sont les substituts au lait maternel (BMS).

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse