Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Use of traditional GALACTAGOGUES in breastfeeding support during emergencies - yes or no?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Interventions pour l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant et a des réponses 3.

» Publier une réponse

Isabelle Modigell

Independent IYCF-E Consultant

Utilisateur fréquent

27 févr. 2022, 14:26

Je recherche des avis et des expériences sur l'utilisation des galactagogues traditionnels (aliments, boissons ou herbes stimulant le lait traditionnellement consommés par les mères en post-partum) dans le cadre du soutien à l'allaitement fourni lors des interventions d'urgence humanitaire.

À VOTRE AVIS : S'agit-il de croyances culturelles inutiles auxquelles il faut s'attaquer parce qu'elles détournent l'attention de méthodes éprouvées pour augmenter la production de lait / érodent la confiance des mères dans leur capacité à allaiter leur bébé avec succès lorsque le galactagogue en question n'est plus disponible en raison de l'urgence ? OU s'agit-il de connaissances indigènes précieuses avec lesquelles nous devrions travailler, tout en cherchant à identifier et à corriger la cause de la faible production de lait et en partageant le fait que l'allaitement fréquent/l'extraction du lait est vitale pour augmenter la production de lait ? Ou avez-vous une opinion complètement différente?

Je serais très intéressé d'avoir de vos nouvelles :

  • Examinez-vous l'utilisation traditionnelle des galactagogues naturels lors des évaluations des besoins en ANJE-E et/ou discutez-vous de ces pratiques lors de la formation des conseillers en allaitement en cas d'urgence ?
  • Dans les contextes d'urgence dans lesquels vous travaillez, connaissez-vous des aliments, des boissons ou des herbes (galactagogues) qui sont traditionnellement consommés par les nouvelles mères pour soutenir la production de lait maternel ? Existe-t-il des preuves à l'appui de leur utilisation?
    • Si oui, l'accès à ces galactagogues traditionnels a-t-il été perturbé par l'urgence, et quel impact - le cas échéant - avez-vous vu cela avoir sur les résultats de l'allaitement / la confiance des mères dans leur capacité à allaiter leur bébé ?
  • Si votre approche a été de conseiller aux mères que les galactagues ne sont pas importantes/recommandées, comment cela a-t-il été reçu et quel impact - le cas échéant - avez-vous observé ?
  • Si votre approche a été de faciliter l'accès aux galactagogues traditionnels, comment avez-vous fait cela, comment cela a-t-il été reçu et quel impact - le cas échéant - avez-vous observé ?

Vos contributions seront utilisées pour informer Save the Children's IYCF-E Curriculum qui sera bientôt disponible à l'extérieur pour former les planificateurs, les gestionnaires et les conseillers du programme ANJE-E.

J'ai hâte d'entendre vos pensées!

Merci,

Isabelle

------

Nota bene :

J'ai pu trouver une publication mentionnant les galactagogues dans des contextes d'urgence. Étudiant le Népal post-séisme, De Young et al. (2018) ont identifié le jwano comme une épice traditionnellement utilisée pour stimuler la lactation chez les mères népalaises. Lorsqu'ils ont demandé à une mère si elle mangeait de la soupe jwano pour faciliter la lactation, elle a répondu en disant qu'il n'y aurait pas d'autre moyen de produire du lait humain : « Si je ne mange pas de soupe [jwano], comment puis-je faire du lait ? ” Les auteurs ont recommandé que "l'utilisation d'épices spécifiques (jwano) pour augmenter la lactation devrait être envisagée dans le soutien et les interventions lors de la reprise après sinistre, même si le mécanisme consiste en partie à modifier les perceptions d'une faible production de lait". Êtes-vous d'accord?

Une revue Cochrane publiée en 2020 conclut : "En raison de preuves extrêmement limitées et de très faible certitude, nous ne savons pas si les galactagogues ont un effet sur la proportion de mères qui ont continué à allaiter à 3, 4 et 6 mois... Il y a des des preuves issues d'analyses de sous-groupes que les galactagogues naturels peuvent être bénéfiques pour le poids du nourrisson et le volume de lait chez les mères ayant des nourrissons nés à terme en bonne santé, mais en raison de l'hétérogénéité substantielle des études, de l'imprécision des mesures et des rapports incomplets, nous sommes très incertains quant à l'ampleur de l'effet. ..Des ECR de haute qualité sur l'efficacité et l'innocuité des galactagogues sont nécessaires de toute urgence."

Dans leur livre " Making More Milk ", Diane West et Lisa Marasco écrivent que " dans tous les pays et toutes les cultures, les mères allaitantes ont pris des aliments ou des herbes spéciaux pour apporter un approvisionnement important ou stimuler un retard. Ces pratiques traditionnelles sont soutenues par des siècles d'expérience et continuent d'être transmis d'une génération à l'autre. Le soutien scientifique aux connaissances traditionnelles a pris du retard et des professionnels sceptiques ont soutenu qu'"il n'y a pas de recherche" ou "il n'y a aucune preuve que les galactagogues fonctionnent", mais ce n'est tout simplement pas vrai...........la qualité des nouvelles recherches continue de s'améliorer, alors restez à l'écoute pour des mises à jour sur "où sont les preuves ?"

West & Marasco poursuivent en identifiant des herbes telles que la camomille qui peuvent aider à la relaxation, et en soutenant que le réflexe d'éjection du lait maternel puisse être inhibé par le stress (comme on le voit en cas d'urgence).

Veuillez partager les publications qui pourraient vous intéresser, en particulier celles qui couvrent des contextes d'urgence.

Karleen Gribble

Adjunct Associate Professor, Western Sydney Uni

Utilisateur régulier

28 févr. 2022, 00:49

Salut Isabelle,

Les galactogènes traditionnels sont partout. À mon avis, ils n'ont pour la plupart aucun impact (ou tout au plus ont-ils un impact négligeable). Ce que j'ai vu, c'est que les efforts déployés pour essayer d'obtenir ou non le galactogogue traditionnel ont un impact vraiment négatif sur l'allaitement. Les femmes peuvent également compter sur le galactogogue pour produire plus de lait plutôt que sur la pratique de base de l'extraction du lait/vidage du sein. Ce que j'ai également vu chez les intervenants d'urgence amène leur propre galactogogue traditionnel dans une situation - ce qui est totalement inutile et nuit. Et enfin, j'ai vu des mères qui ont reçu leur galactogogue traditionnel (le lait est un lait courant - qui présente ses propres problèmes) se sentir plus confiantes et capables d'allaiter. Alors c'est complexe ! Je ne pense pas que nous devrions insister sur le fait que les galactogènes sont nécessaires pour allaiter, mais il n'est pas non plus approprié ou utile de dire aux femmes que ces substances sont probablement inutiles si elles croient fermement qu'elles le sont. La façon dont je l'aborde dans le conseil en allaitement lorsque les mères sont très intéressées par le galactogogue est d'essayer de le mettre en contexte - de leur donner des informations sur le fonctionnement de la lactation et l'importance primordiale de l'extraction du lait dans la conduite de la production de lait. Si la femme a accès à son galactogogue traditionnel, je ferai preuve d'empathie sur la façon dont cela puisse lui donner confiance, mais je pourrais aussi dire quelque chose pour lui fournir un moyen d'être OK si ce n'est pas disponible, des conseils d'anticipation. Par exemple, je pourrais parler de la façon dont le lait, par exemple, est un aliment nutritif et qu'il peut donner aux mères de l'énergie qui les aide à prendre soin de leur enfant et donc si le lait n'est pas disponible à un moment donné dans le futur, d'autres aliments peuvent combler cette lacune et la production de lait maternel se poursuivra très bien tant qu'elle continuera à allaiter son bébé. Si elle n'a pas son galactogogue disponible et qu'elle en est inquiète, je ferai à nouveau preuve d'empathie et pourrais fournir des informations sur la façon dont différents galactogogues sont utilisés dans différents endroits et encore une fois en fonction de ce qui est disponible, suggérer qu'un aliment auquel elle a accès pourraient être en mesure de combler cette lacune, tout en soulignant à nouveau l'importance d'un allaitement fréquent dans la conduite de la production de lait. Vous trouverez peut-être des informations utiles dans l'article suivant - il s'agit d'aliments prélactés plutôt que de galactogogues, mais il fournit un exemple d'ajustement d'une croyance traditionnelle pour améliorer les résultats de santé. Je pense qu'il y a une certaine pertinence ici. Dörnemann J, Kelly AH. ‘It is me who eats, to nourish him’: a mixed-method study of breastfeeding in post-earthquake Haiti. Maternal and Child Nutrition (2013) 9(1):74-89. doi: 10.1111/j.1740-8709.2012.00428.x.

J'espère que cela vous sera utile.

Rukhsana Haider

TAHN Foundation

Utilisateur régulier

28 févr. 2022, 05:28

Bonjour Karleen et Isabelle,

Vous avez posté de bonnes questions et réponses !

L'utilisation de galactogènes "naturels" est également courante et culturellement acceptable dans de nombreux pays dans des circonstances normales. Certaines femmes (les membres de ma famille proche aussi) ne jurent que par ces plantes galactogènes, qui se sont révélées utiles pour augmenter leur production de lait, le cumin noir (kali jeera) étant l'une d'entre elles. En général, nous sommes empathiques pendant le conseil et ne décourageons pas activement l'utilisation des galactogènes naturels. Vous en conviendrez, il peut y avoir un effet psychologique - la mère se sent mieux puisqu'elle prend effectivement quelque chose pour augmenter sa production de lait, et tant qu'elle continue à allaiter exclusivement, on est contents ! Cependant, je dois avouer que je me sens plutôt mal à l'aise lorsqu'on prescrit des galactogènes "chimiques" aux mères, car j'ai vu/entendu des effets secondaires plutôt inquiétants. Il existe un autre risque - les mères ont souvent tendance à continuer à prendre ces médicaments pendant une durée plus longue que ce qui a été conseillé. Dans les situations d'urgence, je pense qu'il faut être encore plus prudent, car l'accès à des professionnels de la santé compétents est rare.

Salutations,

Roukhsana

Lenka Blanarova

Senior Nutrition Assessment Coordinator

Utilisateur régulier

1 mars 2022, 06:52

Chère Isabelle,

Dans les analyses causales nutritionnelles Link NCA , nous avons tendance à documenter les galactogogues et les aliments prélactés, qui sont partagés avec nous, lors de l'enquête qualitative. La plupart des études récentes de Link NCA en font mention à des degrés divers, selon la mesure dans laquelle la communauté compte sur ces aliments/liquides pour stimuler la production de lait maternel et/ou compléter le lait maternel pour diverses raisons. Cependant, dans le cadre de notre travail, nous n'essayons pas de prouver si les galactogogues cités ou les aliments prélactés ont un effet positif ou négatif sur la santé d'une mère ou celle de son enfant (une telle question serait renvoyée pour d'autres recherches au-delà de notre portée de travail) mais expliquez plutôt pourquoi ils sont recherchés. D'après ce que j'ai vu dans plusieurs contextes, les mères déploient généralement ces pratiques avec l'intérêt de l'enfant à l'esprit, avec certaines qui peuvent être plus utiles / nuisibles que d'autres, donc je dirais que tout doit être considéré dans le contexte, dans lequel ils sont utilisés.

Au cas où vous souhaiteriez obtenir plus d'informations sur les galactogènes et les aliments prélactés documentés à partir des études Link NCA, ma collègue Carine Magen a codé toutes les études Link NCA dans NVivo l'année dernière et nous devrions donc pouvoir extraire les données pertinentes pour vous assez facilement.

Meilleures salutations,

Lenka

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse