Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Existe-t-il un ratio recommandé pour les agents de santé communautaire par rapport au nombre de cas ?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prise en charge de la malnutrition aiguë/émaciation et a des réponses 2.

» Publier une réponse

Heqian K

UNHCR

Utilisateur régulier

5 juil. 2021, 15:08

Chers collègues,


Existe-t-il un ratio recommandé pour les agents de santé communautaire par rapport au nombre de cas / population pour la sensibilisation communautaire ?

Dans le document "Community Outreach for CommunityBased Management of Acute Malnutrition in Sudan: A Review of Experiences and the Development of a Strategy", j'ai vu un exemple d'un ASC pour 10-15 familles, mais je ne sais pas si c'est le ratio recommandé.

Merci !
Heqian

Alex

Utilisateur fréquent

5 juil. 2021, 18:20

Merci beaucoup pour cette question importante.

Il existe une analyse importante qui se trouve dans la publication de l'OMS sur l'action nutritionnelle essentielle (2012) qui suggère ce qui suit :

« Lorsqu'elle est évalué dans le cadre de programmes réussis, il apparaît que l'amélioration initiale de la prévalence d'insuffisance pondérale chez les participants est assez rapide, diminuant jusqu'à 10 ppt au cours de la première année environ. En même temps. la malnutrition sévère tombe également rapidement ( c-a-d de 10 % à 2 %). Cette tendance a été observée, par exemple, au Bangladesh (ancien BNIP), en Éthiopie, au Sénégal, en Tanzanie (Iringa), en Thaïlande et dans d'autres pays. Les raisons de cette réponse initiale ne sont pas connues et sont susceptibles de provenir, en partie, du traitement des maladies et de la vaccination.
Le taux soutenu, sur un certain nombre d'années, est probablement ce qui fait une différence à long terme. Une dose-réponse attendue est observée approximativement dans le taux soutenu (Figure II-1), mesurant les ressources par nombre d'ASC/1000 ménages (ou enfants). Les résultats suggèrent qu'un niveau d'environ 30 ACS/1000 (1 ASC:33 enfants, estimation sur la base d'un temps partiel, 0,1 FTE) est nécessaire pour un taux d'amélioration de 1 ppt/an ou plus d'insuffisance pondérale.
L'implication la plus importante est que les programmes de nutrition communautaires peuvent être efficaces et que des ressources adéquates - par exemple, suffisamment d'ASC, formés et soutenus - doivent être mis dans ceux-ci, et maintenus pendant des années, pour qu'ils aient un impact substantiel sur la nutrition des enfants. Par exemple, un taux d'amélioration avec programme de 1,5 ppt/an est typique ; les prévalences sous-régionales actuelles de l'insuffisance pondérale chez les enfants sont de 13 à 23 % en Afrique, avec des taux de variation de 0,1 à -0,2 ppt/an ; en Asie, ces chiffres sont de 18 % à 33 %, avec des taux de variation de -0,3 à -1,0 ppt/an. Un taux de 1,5 ppt/an sur 10 ans réduit ces prévalences de 15 ppt, soit de 0 à 7 % en Afrique et de 3 à 18 % en Asie (57). Ainsi, maintenir ces activités à l'intensité requise pendant une dizaine d'annéespeut réduire considérablement la malnutrition infantile, comme cela a été observé dans plusieurs pays dotés de programmes nationaux (par exemple, la Thaïlande, le Vietnam).

Chloe Puett

Utilisateur régulier

5 juil. 2021, 20:54

Les ratios recommandés sont généralement de 1:200 ménages maximum pour les travailleurs à temps pcomplet, permettant une visite à chaque ménage tous les 2 mois environ. Cela varie en fonction du contexte, en particulier de la densité de population et des transports disponibles. Voir la discussion dans l'article associé, page 1064 :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK11726/pdf/Bookshelf_NBK11726.pdf

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse