Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Comment les apps & plateformes digitales peuvent contribuer à éradiquer la malnutrition et l'insécurité alimentaire ?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Questions intersectorielles et a des réponses 2.

» Publier une réponse

Shaheen Akter

Economic research consultant & evaluation expert

Utilisateur régulier

26 mars 2021, 16:58

Plus de 800 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim. Nous devons les identifier et les atteindre aussi vite que possible. Nous pouvons les atteindre plus intelligemment en utilisant des plates-formes et des applications numériques innovantes. Certaines organisations et pays utilisent certaines de ces technologies. Savons-nous tout ce qu'il y a à savoir pour les atteindre rapidement en vue d'éliminer la malnutrition d'ici à 2030 ?

Gwénola Desplats

Senior nutritionist, ENN

Utilisateur régulier

4 avr. 2022, 08:55

Un certain nombre d'articles partageant des expériences sur le développement d'applications et l'utilisation de plateformes numériques dans le domaine de la santé et de la nutrition ont été publiés dans Field Exchange ces dernières années. Si vous utilisez la fonction de recherche sur la page FEX (https://www.ennonline.net/fex), vous devriez pouvoir identifier quelques exemples qui vous intéressent. Beaucoup de choses ont été partagées dans FEX66, dans un numéro spécial sur la nutrition des adolescents.

Giuseppe Di Giulio

Veterinary Services Professionals (private company

Utilisateur régulier

4 avr. 2022, 15:57

Bonjour.

Je crois que nous mettons trop d'espoir dans les sites Web et les plateformes numériques. De plus, je suggérerais de ne pas utiliser le mot éradiquer mais diminuer l'impact ...........

Je suis un vétérinaire avec une vaste expérience de travail dans les zones arides et semi-arides. Je crois que nous devrions commencer à utiliser correctement et mieux ce que nous avons déjà : les prévisions météorologiques. Les plateformes et applications numériques peuvent également jouer un rôle principal, mais, à ce stade, elles ne sont pas une priorité.

Agriculture (dans son ensemble) : (1) nous avons besoin de prévisions météorologiques meilleures et opportunes qui soient transmises à temps pour permettre de planter à temps ou pas du tout. Nous avons encore des agriculteurs qui plantent 3-4 fois en espérant des pluies et qui font faillite ; (2) abandonner progressivement la culture du maïs (quand on s'attend à peu de pluies) et aller vers des plantes plus tolérantes à la sécheresse ; (3) l'agriculture est la principale cause de la déforestation. L'agriculture n'est pas viable dans les terres arides et semi-arides et devrait être interdite : (4) nous avons besoin de semences certifiées et de disponibilité d'engrais

L'élevage dans les terres arides et semi-arides : il est très durable et protège l'environnement. Ce n'est que sous le stress que les éleveurs abattent les arbres.

Si une sécheresse est prévue : (1) déstockage commercial. Avec l'argent, les éleveurs pourront acheter de la nourriture, ne pas être démunis et auront de l'argent pour se réapprovisionner. (2) généralement pendant une sécheresse, nous avons de l'herbe (herbe  dans les champs) mais pas d'eau. Par conséquent, nous devons déstocker et effectuer le camionnage de l'eau à la fois pour les personnes et le bétail (nous l'avons fait au Puntland en 2004 et ce fut un succès). (3) les premières pluies après la sécheresse sont très fortes et dangereuses car le bétail est fatigué. Aux premières pluies, ils tombent, morts par centaines, sur place car ils développent une pasteurellose suraiguë. Nous devrions distribuer aux propriétaires de bétail des toiles en plastique.

Nous avons filmé-documenté la période de sécheresse et de post-sécheresse 2017-2018 en Tanzanie pendant un an tous les 15 jours dans les mêmes zones. Nous avons montré l'impact sur les environnements et les personnes, les prix des denrées alimentaires et la rareté.

Nous ne trouvons personne qui veuille monter tous ces documents pour en faire un docu-film. Nous ne voulons pas d'argent. Je crois que beaucoup de gens auraient intérêt à le regarder et à savoir ce que les propriétaires de bétail aimeraient que nous fassions.

En septembre 2017, à Arusha, nous avons organisé un rassemblement Maasaï et nous pouvons mettre à jour la Déclaration d'Arusha et l'Avenir du pastoralisme. Ils sont également disponibles.

Les deux activités ont été réalisées avec nos propres fonds, car personne n'est intéressé à résoudre les problèmes et à écouter sérieusement les éleveurs.

Cordialement

Dr Beppe Di Giulio (bdigiulio@habari.co.tz)

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse