Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Nutrition maternelle / Fréquence minimale des repas pour les femmes enceintes et allaitantes

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prise en charge des nourrissons de moins de six mois, petits et à risque nutritionnels, et de leurs mères (MAMI) et a des réponses 3.

» Publier une réponse

Yara Sfeir

Global Nutrition Cluster Technical Alliance

Utilisateur régulier

4 mars 2021, 13:22

Chers collègues,

Connaissez-vous des directives qui incluent des informations sur la fréquence minimale des repas pour les femmes enceintes et allaitantes?

Je suis également intéressé par les directives récentes sur la nutrition maternelle.

Merci beaucoup,

Yara

John NTABO SHEBENI

Health and Nutrition Officer, International Medica

Utilisateur régulier

5 mars 2021, 07:28

  • Le "coût énergétique" d'une grossesse correspond à un supplément de 150 kcal par jour pendant le premier trimestre et de 350 kcal lors des deuxième et troisième trimestres. Il faut aussi tenir compte de la corpulence de la femme avant la grossesse, de son niveau d'activité pendant la grossesse et d'autres facteurs individuels en s'appuyant sur la courbe de poids.

Si la ration énergétique est inférieure à 1500 kcal par jour pendant la seconde moitié de la grossesse, il peut y avoir des répercussions sur la croissance du fœtus.

  • Les apports conseillés en protéines sont de 70 g par jour chez la femme enceinte.
  • Le métabolisme (assimilation par l’organisme) des glucides est profondément modifié pendant la grossesse, et le glucose est très important pour les tissus fœtaux. Il faut privilégier les sucres lents et bien répartir les glucides au cours des repas, surtout au petit déjeuner car les risques d' hypoglycémie sont très importants après le jeûne nocturne. Un petit déjeuner glucidique doit apporter 40 à 50 g d'amidon soit 80 g de pain ou 6 biscottes ou 60 g de céréales.
  • Outre la contribution des apports lipidiques en apports énergétiques, il faut veiller à leur contenu en acides gras essentiels qui sont importants pour le fœtus. Certains acides gras ne doivent pas être négligés. C’est le cas du DHA, un acide gras de la famille des oméga 3. Il contribue au bon développement du cerveau du bébé. D’après de nombreuses études, consommer beaucoup de DHA durant la grossesse serait bon pour le développement cognitif et physique de l’enfant.  

On trouve du DHA dans le saumon, le hareng, le maquereau, la morue ou encore les huiles de poisson.

  • Les besoins en calcium augmentent d'environ 1 200 mg par jour. Le calcium est indispensable à la construction du squelette de bébé, surtout au cours du troisième trimestre. Pas de panique, si vous n’en consommez pas assez, le fœtus ira le chercher dans vos propres réserves. En plus de la minéralisation osseuse chez le bébé, la consommation de calcium protège la femme enceinte du risque d'hypertension artérielle et de ses graves complications, les crises d' éclampsie. Il enrichit en calcium le lait maternel à venir et aurait un rôle dans la prévention du risque de dépression du post-partum. Les produits laitiers (sauf ceux au lait cru) sont très riches en calcium. Il est conseillé de consommer trois laitages par jour : lait, yaourt, fromage blanc, fromage… Pour celles qui n’aiment pas les produits laitiers, il existe des eaux minérales riches en calcium (Hépar).
  • La carence en vitamine D, fréquente en fin de grossesse, favorise les hypocalcémies néo-natales. C'est pourquoi en France on recommande de supplémenter en vitamine D systématiquement les femmes enceintes, au moins pendant le 3e trimestre.
  • Les besoins en fer sont augmentés surtout au cours des six derniers mois de grossesse. Les apports varient de 30 à 50 mg par jour. L'anémie ferriprive, conséquence de la carence en fer, augmente les risques de prématurité et d' hypotrophie fœtale. Compte tenu des réserves faibles avant la grossesse, beaucoup de femmes présentent une anémie et doivent recevoir des suppléments en fer pendant leur grossesse. Les femmes les plus à risque sont les adolescentes, les femmes ayant des grossesses rapprochées ou multiples, les végétariennes et les femmes issues de milieux défavorisés.
  • Les besoins en vitamines sont tous accrus pendant la grossesse. Les besoins en vitamines A, C et du groupe B sont facilement couverts par une alimentation suffisamment diversifiée. En revanche, la couverture des besoins en acide folique (vitamine B9) peut poser problème. Beaucoup de femmes affichent un taux faible dès le début de la grossesse. Or, la carence en acide folique augmente le risque de prématurité et de retard de croissance fœtale, et peut donner des anomalies du tube neural. Il est donc conseillé à toutes les femmes d'augmenter les apports alimentaires en acide folique, la supplémentation étant indiquée chez les groupes à risque.
  • Les besoins en autres micronutriments (magnésium, zinc, iode) sont bien couverts par l'alimentation. Il n'existe pas de preuve qu'une supplémentation en fluor ait un effet sur la future dentition du fœtus.
  • Le sel peut être consommé normalement pendant la grossesse, soit 10 à 12 g par jour, sauf contre-indication médicale.
  • Le nombre de repas à consommer pour completer ces apports varie entre 4-6 repas par jours chez une femmes eneinte et allaitente.

Philip James

Senior Technical Associate, ENN

Expert

9 mars 2021, 09:30

Cher Yara,

Je souhaite juste vosu faire remarquer qu'au cours des prochains mois, ENN mettra à jour sa note technique de 2013 sur la nutrition maternelle. J'espère donc qu'il y aura bientôt une nouvelle ressource à ce sujet! Il semble que John ait également donné des conseils récapitulatifs qui vous seront utiles.

En attendant, vous pouvez également trouver les références suivantes intéressantes à lire sur les dernières réflexions sur la supplémentation en micronutriments multiples

https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD004905.pub6/full

https://nyaspubs.onlinelibrary.wiley.com/toc/17496632/2019/1444/1

L'OMS rassemble ses directives sur la nutrition et la grossesse ici :

https://www.who.int/nutrition/publications/pregnant/en/

Et quelques orientations plus générales de l'OMS (bien qu'avec une orientation plus européenne)

https://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0008/313667/Good-maternal-nutrition-The-best-start-in-life.pdf?ua=1

J'espère avoir des informations suplémentaires à vous communiquer au cours des prochains mois.

Salutations, Phil

Colleen Emary

World Vision International

Utilisateur régulier

15 mars 2021, 12:37

Salut Yara,

En termes de mesure du diversité alimentaire minimale chez les femmes en âge de procréer. Voici une référence utile: http://www.fao.org/3/i5486e/i5486e.pdf

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse