Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Genre M/F et Malnutrition

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prise en charge de la malnutrition aiguë/émaciation et a des réponses 7.

» Publier une réponse

Tammam Ahmed

Self

Utilisateur régulier

3 févr. 2021, 06:29

Chers tous,

J'espère que vous allez tous bien.

Toutes les idées sur les raisons pour lesquelles nous remarquons que les filles sont admises dans CTCE plus fréquemment que les garçons (remarqué dans les rapports mensuels d'admissions) en terme de proportion population féminine / masculine. Pourriez-vous partager avec moi toute étude à ce sujet, toute étude menée sur le genre et la dénutrition, merci.

Salutations

Lenka Blanarova

Action Against Hunger UK

Utilisateur régulier

3 févr. 2021, 11:26

Bonjour Tammam,

Question interessante! Il peut y avoir (au moins) deux façons de l'aborder : du point de vue d'une plus grande vulnérabilité, comme vous le suggérez, mais aussi du point de vue de l'accès à un CTCE. Vous avez raison de dire que la plupart des évidences actuelles tendent vers une plus grande vulnérabilité des garçons, même si dans le passé c'était inversé. Cependant, ces tendances sont souvent très dépendantes du contexte, il peut donc être difficile de vous donner une réponse simple. Dans les deux cas, cependant, vous devrez peut-être examiner les pratiques socioculturelles liées à l'allaitement maternel, à l'ANJE, à l'hygiène, à l'accès aux centres de santé, etc. pour comprendre ce qui peut être à l'origine d'un phénomène décrit. Il peut s'agir de pratiques d'hygiène différentes, qui peuvent exposer différemment les garçons et les filles aux agents pathogènes, tandis que les infections répétitives peuvent conduire à la malnutrition; il se peut que les garçons aient un meilleur accès à des aliments nutritifs ou qu'ils soient favorisés pour un traitement médical lorsqu'ils tombent malades. Si les filles ne le sont pas et que leur traitement pour les morbidités courantes est retardé, elles peuvent alors être plus vulnérables à la malnutrition. Dans certains contextes extrêmes, le CTCE peut également être perçu comme une stratégie d'adaptation pour l'ensemble du ménage et dans ces cas, le soignant d'un enfant peut tenter d'induire la diarrhée, et la malnutrition en conséquence, pour avoir accès au soutien du CTCE (avec de grandes chances pur cela dans des contextes où les ATPE est considéré comme «nourriture»). Ce ne sont que des pensées qui vous me sont venues à l'esprit, sans savoir à quel contexte spécifique vous faites référence.

Heureuse de discuter plus en détail si cela peut vous être utile.

Lenka

Saeed Rahman

Global Nutrition and Health Assessment Specialist

Utilisateur régulier

3 févr. 2021, 12:07

Salut,

Quels sont les critères d'admission / processus de sélection pour votre programme (PB uniquement?), Car il existe des preuves montrant une plus grande sensibilité du PB pour les filles, ce qui pourrait être une autre explication de votre observation.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6024773/#:~:text=The%20gender%20bias%20of%20MUAC,acute%20malnutrition%20than%20MUAC%20alone.

J'ai l'impression que cela peut s'expliquer en partie par des différences dans les dépôts de graisse au niveau des bras, mais quelqu'un avec plus d'expertise que moi peut, espérons-le, commenter la raison des différences entre les sexes. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/03014469200001882

Susan Thurstans

LSHTM

Utilisateur régulier

3 févr. 2021, 12:28

Bonjour Tammam

Merci beaucoup pour votre question. J'espère pouvoir proposer quelques idées.

J'étudie les différences entre les sexes dans la dénutrition et je viens de publier un article (https://gh.bmj.com/content/5/12/e004030) qui montre que les garçons sont plus susceptibles d'être émaciés, rabougris et en sous-poids que les filles. Cela semble refléter une plus grande vulnérabilité biologique comme cela a été documenté dans les domaines du néontal, de la santé infantile et de la biologie évolutive. Cependant, il convient de noter que nous avons trouvé des exceptions contextuelles dans lesquelles davantage de filles sont affectées (peut-être expliquées par des facteurs sociaux prépondérants) et cela expliquerait peut-être vos résultats. Où êtes-vous basé ?

Nous explorons actuellement certaines des raisons de ces différences et, malheureusement, il n'y a pas d'explication simple pour expliquer pourquoi il peut y avoir plus de garçons ou plus de filles dans un contexte donné. En essayant de décomposer les sources possibles de ces différences, nous explorons des facteurs tels que la santé maternelle et la nutrition et les environnements fœtaux, le poids à la naissance, l'environnement et l'épi-génétique, les différences immunitaires et endocriniennes, les pratiques de soins et d'alimentation, les pratiques de recherche de santé et le sexe. préférences, qui ont toutes le potentiel d'affecter différemment l'état nutritionnel des garçons et des filles.

Étant donné que vous mettez en évidence que vos résultats ne reflètent pas les tendances démographiques nationales, il y a peut-être quelques questions à considérer. Vos résultats sont-ils les mêmes pour tous les groupes d'âge? La préférence de genre est-elle une caractéristique de la communauté environnante? Serait-ce lié au phénomène de Biais des survivants, selon lequelle les garçons ne seraient pas présentés dans les CTCE (la littérature historique sur la famine le supporte si cela s'applique à votre contexte)? Enfin, existe-t-il des problèmes de santé sous-jacents qui pourraient affecter la morbidité / mortalité des garçons plus que les filles et empêcher une telle fréquentation ?

J'espère que cela vous aidera, n'hésitez pas à nous contacter si je peux vous aider davantage

Salutations

Susan

Anonyme 22505

Nutrition Specialist

Utilisateur régulier

3 févr. 2021, 14:32

C'est une question intéressante. En regardant les données d'admission de plusieurs années, il y a plus de filles admises. Cependant, en regardant toutes les enquêtes de population, la malnutrition est plus élevée chez les garçons que chez les filles.

Certaines des raisons pour lesquelles plus de filles sont admises que de garçons pourraient être dues à la partialité du PB envers les filles. La deuxième raison pourrait être le respect du RV. Dans un contexte rural, les garçons peuvent généralement aller aux champs. Cela peut être confirmé en examinant les données de dépistage. J'ai examiné certaines données et j'ai confirmé que moins de garçons sont dépistés que de filles.

En ce qui concerne les résultats des enquêtes sur la population, sur les raisons pour lesquelles les garçons souffrent de malnutrition plus que les filles, une raison pourrait être due au fait que les garçons sont plus actifs et peuvent brûler plus de caloris. De plus, comme les garçons sont plus actifs, ils peuvent se déplacer et interagir avec l'environnement qui peut les exposer à divers résultats non sollicités. L'autre raison pourrait être le fait de porter des vêtements pendant la mesure du poids, les filles étant plus susceptibles de porter des vêtements épais. Il est culturellement difficile de demander aux filles d'être nues.

L'autre méthode pour vérifier la différence, si on mesure dès la conception est de vérifier le poids de naissance des garçons et des filles.

Nancy

Nutrition Officer. Kenya

Utilisateur régulier

3 févr. 2021, 14:49

Merci à tous

Les réponses m'ont été très utiles car c'est l'une des questions auxquelles nous essayons de répondre ...

Tammam Ahmed

Utilisateur régulier

5 sept. 2021, 12:34

merci beaucoup pour vos réponses. cela m'a encouragé à approfondir la revue de la littérature et j'ai trouvé ceci :

- Toutes les enquêtes SMART (Chi Square) ont montré que le ratio garçons/filles est >2 ; les garçons sont plus touchés par la malnutrition que les filles, ce qui est conforme aux normes mondiales. À côté de cela : les filles sont davantage admises que les garçons dans les programmes d'éducation. Le graphique poids/taille Z-score était la raison de cela car les données de l'enquête SMART étaient traitées par l'ENA qui utilise le poids/taille Z-score de l'OMS (séparé pour les garçons et les filles) et le graphique Z-score utilisé dans les établissements de santé. pour la programmation est le tableau habituel (les garçons et les filles sont dans un seul tableau); différence d'environ 200 g entre les deux chartres.

Pourquoi les garçons sont plus touchés que les filles :

J'ai lu la conclusion de Susan Thurstans et de tous les articles selon lesquels les garçons sont plus susceptibles d'être touchés par la dénutrition que les filles. Cependant, Johan G. Eriksson et al., dans leur article "Les garçons vivent dangereusement dans l'utérus", ont déclaré que cela pourrait être attribué à la théorie de la croissance placentale selon laquelle le poids placentaire des garçons est plus important et plus efficace que le poids placentaire des filles, mais il a une capacité de réserve inférieure à celle du placenta des filles. Un autre argument avancé par ces auteurs est que les garçons grandissent plus vite et répondent mieux aux nutriments maternels que les filles, ce qui pourrait les exposer à un risque de dénutrition en réponse à une faible nutrition maternelle face à des besoins de croissance plus rapide.

Salutations

Dr. Zelalem Tafese

Nutritionist

Utilisateur régulier

7 sept. 2021, 06:45

Différentes raisons ont été soulevées à ce sujet par des études antérieures. Une méta-analyse de 16 enquêtes démographiques et de santé a révélé que les enfants de sexe masculin en Afrique subsaharienne étaient plus susceptibles de souffrir de malnutrition que les filles du même groupe d'âge, mais le schéma n'était pas cohérent dans toutes les études. La même étude a rapporté que les différences entre les sexes en matière de malnutrition étaient plus prononcées dans les groupes de SSE les plus faibles. Indirectement, il réaffirme ce retard de croissance, un indicateur des inégalités de santé des enfants, ainsi qu'un indicateur des inégalités socio-économiques. (Wamani et al., 2007). Mais cela nécessite une étude plus approfondie.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse