Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Devons-nous reconsidérer les critères d'admission et de sortie des programmes PCMA; une analyse des données PCMA du Soudan du sud

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prévention et traitement de la malnutrition aigue sévère et a des réponses 2.

» Afficher une réponse

Anonyme 6714

FONDA

Utilisateur régulier

22 avr. 2020, 10:00

Vous pouvez trouver le document via le lien ci-dessous (également joint). Veuillez partager.

https://bmcpublichealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12889-020-08657-x

Abrégé

Contexte

Le score Z du poids en fonction de la taille (P/T) et la circonférence médiane du haut du bras (PB) sont tous deux couramment utilisés comme critères de dépistage de la malnutrition aiguë. Cependant, il existe une disparité entre les groupes identifiés souffrant de malnutrition. Ainsi, ici, nous visons à étudier les caractéristiques cliniques et le lien avec la chronicité des cas de malnutrition aiguë identifiés par les mesures P/T ou PB. En outre, il existe des preuves indiquant que la restauration des graisses est disproportionnellement rapide par rapport à celle du gain musculaire chez les enfants souffrant de malnutrition hospitalisés, mais la recherche connexe au niveau communautaire fait défaut. Dans cette étude, nous suggérons une mesure indirecte pour inspecter la restauration de la composition corporelle en réponse à la gestion de la malnutrition chez les enfants souffrant de malnutrition.

Les méthodes

Les données de cette étude proviennent du programme de nutrition d'urgence de World Vision Sud-Soudan de 2006 à 2012 (4443 enfants) et de l'enquête nutritionnelle menée en 2014 (3367 enfants). L'étude a examiné les présentations cliniques de chaque type de malnutrition aiguë sévère (MAS) par P/T (MAS-P/T) ou PB (MAS-PB), et analysé la corrélation entre chaque malnutrition et la malnutrition chronique. De plus, nous avons exploré le modèle de restauration de la composition corporelle pendant la phase de récupération en comparant la vitesse relative de PB3 avec celle du gain de poids.

Résultats

Comme les enfants souffrant de malnutrition aiguë identifiés par le PB partagent plus souvent des caractéristiques cliniques liées à la malnutrition chronique et un chevauchement minimal avec les enfants malnutris identifiés par le P/T, Par conséquent, un dépistage par PB uniquement dans le programme de nutrition entraînerait un retard d'identification des enfants malnourris.

Conclusions

La vitesse relative du gain PB3 a été suggérée comme une mesure indirecte pour l'augmentation du volume, et elle était plus importante que celle du gain de poids chez les enfants atteints de MAS identifiés par le P/T et PB pendant toute la période de remise en forme. Sur cette base, nous avons établi une conjecture sur le gain de masse grasse dominant au cours de la période du programme PCMA. De plus, étant donné que le gain de poids initial pourrait être attribué à l'augmentation de la masse grasse, les critères de décharge actuels exposeraient les enfants malnutris à un risque de mortalité même après le traitement en raison d'une restauration limitée de la masse musculaire. Compte tenu de cela, d'autres recherches devront suivre, y compris une évaluation de la composition corporelle à la recherche de preuves pour récapituler et reconsidérer les critères actuels d'admission et de sortie du programme PCMA.

Paul

Expert

23 avr. 2020, 17:36

Cher anonyme,

Merci d'avoir publié un article intéressant. Il convient de noter initialement que le document se rapporte aux données sur les enfants sud-soudanais et que les résultats ne doivent pas être extrapolés, compte tenue de la variabilité géographique potentielle des ratios d'enfants identifiés par le PB ou le P/T.

Le document soulève plusieurs questions qui méritent une discussion critique, mais étant donné son orientation dans l'abstrait, je voudrais souligner certaines des conjectures concernant le recouvrement de la masse maigre par rapport à la masse grasse pendant la remise en forme, et les conclusions qui en sont tirées par la suite.

Les résultats de l'article basés sur des estimations de vélocité relatives de PB3 vs. prise de poids suggèrent que la récupération initiale est marquée principalement par des augmentations de la masse grasse, que l'enfant reste à risque de mortalité après cette récupération, en raison d'un manque de recouvrement au niveau de la masse musculaire et, par extrapolation que les critères de sortie devraient être modifiés.

Cependant, il convient de noter que la perte de graisses et les faibles niveaux de leptine contribuent également au risque de mortalité. Par conséquent, le dépôt de graisses pendant et après le recouvrement de MAS ne doit pas être considéré comme une croissance émaciée, ni comme empêchant d'une manière ou d'une autre une réelle remise en forme à cause du manque de récupération de la masse maigre.

Contrairement au résumé publié, un article récemment publié par Kangas et al (mars 2020) suggère que suite au traitement des enfants MAS par ATPE, il y avait récupération de la masse maigre (l'indice de masse grasse n'était pas différent des contrôles communautaires au moment du rétablissement) et qu'au moment du rétablissement, la masse grasse était déficiente.

https://www.clinicalnutritionjournal.com/article/S0261-5614(20)30102-3/fulltext 

J'ai des données (non publiées) qui ont suivi le rétablissement des enfants MAS admis dans un programme PCMA au Malawi. Nous avons mesuré le PB et l'épaisseur du pli cuta'né du triceps du haut du bras chez les enfants MAS pendant le traitement par ATPE. Nous avons comparé les changements d'indice de graisse du bras par le PB pendant le traitement. Nous avons constaté que pour de nombreuses personnes, il y a en effet une augmentation relativement rapide de l'indice de graisse du bras par rapport au PB en début de traitement. Cependant, les changements étaient variables entre les individus, certains ne montrant pas de «rattrapage» rapide au début du traitement. Les données suggèrent également que l'indice de graisse du bras atteint une asymptote pendant la récupération pour certains individus tandis que pour d'autres, il continue sur une trajectoire stable jusqu'au point de recouvrement. Jusqu'à présent, les données n'ont pas été ventilées par âge, mais l'évolution du coût énergétique des dépôts de graisse de 0 à 2 ans peut éventuellement contribuer à cette variabilité de la trajectoire de rétablissement.

Nous avons également examiné les modifications de la section transversale des muscles et des graisses pendant le traitement. Bien que les données nécessitent une analyse plus détaillée, elles suggèrent que l'aire de la section transversale de la masse maigre et de la masse grasse dans le bras supérieur change toutes les deux pendant toute la période de traitement et que les changements sont généralement bien corrélés. Cependant, l'augmentation relative des zones transversales musculaires et graisseuses dans le haut du bras varie également entre les individus. Bien que je n'aie pas analysé les données complètement et n'ai donc pas tiré de conclusions, je suggère que l'hypothèse d'un dépôt de graisse empêchant le dépôt de masse maigre, en particulier pendant la récupération initiale, est suspecte.

La rechute d'enfants après guérison de la MAS est un phénomène complexe. Il semblerait logique que si les enfants étaient traités plus longtemps (c'est-à-dire au-delà des critères de sortie actuels), ils continueraient à gagner plus de masse grasse et maigre et seraient plus résistants aux rechutes. Cependant, je ne pense pas que le document fournisse des preuves suffisantes que les enfants rétablis restent à haut risque de mortalité après un recouvrement principalement en raison d'un gain de masse maigre insuffisant. D'autres études ont indiqué de faibles taux de rechute / mortalité suite au rétablissement correspondant aux critères de sortie actuellement recommandés.

Des discussions sur l'utilisation du poids pour la taille vs. PB et sur l'élargissement des critères du PB ont été débattues ailleurs. Quelle que soit votre opinion à ce sujet, l'augmentation potentielle des coûts de traitement par l'élargissement des critères d'admission / sortie peut, selon le financement, également limiter le nombre d'enfants qui peuvent être traités et doit être décidée au cas par cas, plutôt qu'en tant que recommandation générale.

Je pense qu'il faut faire preuve de prudence dans l'interprétation des données présentées dans le document et, comme le conclut le document, des recherches supplémentaires sont nécessaires sur la composition corporelle pendant et après le traitement de la MAS.

Paul

Anonyme 6714

FONDA

Utilisateur régulier

24 avr. 2020, 05:44

Merci Paul et comme vous le dites à juste titre, c'est un article très intéressant donnant un aperçu sur une manière différente de considérer les critères d'admission et de sortie de PCMA et qui fournit également des motifs de recherches supplémentaires

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse