Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Quels sont les critères de recouvrement pour les projets d'assistance nutritionnelle qu'elle qu'en soit la modalité ?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Aide alimentaire et a des réponses 3.

» Afficher une réponse

Tammam Ahmed

Self

Utilisateur régulier

3 mars 2020, 18:16

Chers tous,

Des projets d'assistance alimentaire, quelle que soit la modalité suivie (GFD, CASH, Bons d'achat) sont mis en œuvre dans de nombreux districts prioritaires au niveau du pays. De la sélection des bénéficiaires, puis la distribution et la fin du projet.

Lisons ce scénario (ci-dessous) par étapes :

1. 7 000 bénéficiaires ont été sélectionnés sur le terrain selon les critères convenus

2. Les donateurs ont pour critère de ne cibler UNIQUEMENT 1000 bénéficiaires

3. Les ONG ont filtré la liste et sélectionné UNIQUEMENT les 1 000 premiers bénéficiaires

4. Les cycles de distribution ont commencé puis se sont terminés. La durée du projet est de 12 mois.

Du scénario, je remarque ce qui suit:

1. Les 7 000 bénéficiaires sont touchés et ont besoin d'une aide alimentaire. Seulement 1 000 bénéficient de l'assistance

2. Les mêmes 1 000 bénéficient de l'assistance à chaque cycle de distribution

3. Qu'arrivera-t-il aux 6 000 autres bénéficiaires qui en ont également besoin. Doivent-ils attendre le prochain projet à venir ou quoi. Avons-nous de recouvrement pour libérer les anciens bénéficiaires et les remplacer par ceux figurant sur la liste d'attente. Si quelqu'un a une telle expérience dans la stratégie de remise de tels certificats ou a une idée sur la façon de s'assurer que les 7000 bénéficiaires obtiennent de l'assistance en une seule durée de projet, veuillez partager avec moi.

Les rapports indiquent que près de 21 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire dans ce pays. Chaque critère de sélection a son propre poids en pourcentage. Et tout bénéficiaire répondant à un critère à droit à de l'aide par définition. Quel est l'intérêt d'avoir des pondérations pour chaque critère autres que la pritorisation et la réduction de la taille de la liste des bénéficiaires. Pouvons-nous avoir le calcul des scores pour les poids des critères afin que nous puissions avoir une catégorisation, c'est-à-dire que de 70% et plus doivent recevoir l'aide, et ce qui est en-dessous ne devrait pas mais être répertoriés dans la liste d'attente ..... en attendant combien de temps .... point 3 des points remarqués ci-dessus. Je pense qu'en faisant cette synthèse des points, nous créons comme une concurrence entre les 7 000 bénéficiaires, mais ils répondent à un ou plusieurs des critères et ont donc besoin d'aide et cette concurrence est inacceptable sur le plan éthique.

Je vous remercie

4.

Mija Ververs

JHU and CDC

Utilisateur régulier

4 mars 2020, 14:04

Cher Tammam

Je ne suis pas du tout un spécialiste dans ce domaine et ma réponse ne traite que partiellement la réponse à votre question très pertinente. J'ai déjà rencontré cela une fois et comment l'ONG est parvenue à une solution viable, c'est de demander à la communauté quelle était l'approche la plus équitable selon elle; comment ILS pensaient que le processus de ciblage devait être mené et quels critères étaient raisonnables pour eux. Peut-être que cela a été fait par l'ONG dans votre contexte, ce n'était pas clair pour moi. Si ce n'est pas le cas, il pourrait être utile de partager la responsabilité sur le processus de qui obtient quoi et quand.

Mija

Tammam Ahmed

Self

Utilisateur régulier

4 mars 2020, 19:04

Merci Mija pour vos commentaires, oui, veuillez partager avec moi la responsabilité de ce processus.

Je ne pense pas que la stratégie de critères de recouvrement soit discutée avec la communauté. Je travaillais avec une OING au Yémen et la pratique était la suivante :

- 6 000 bénéficiaires au total sont sélectionnés. Ils n'obtiennent pas l'aide en une seule fois pendant le cycle de distribution, mais sont divisés en groupes (bénéficiaires sélectionnés / cible des donateurs), par exemple, 2000 bénéficiaires bénéficient de leur assistance en janvier et février puis les 2000 autres reçoivent leur assistance en mars et avril, et les 2 000 derniers reçoivent leur aide en mai et juin. Ensuite, le cycle est répété à nouveau. Il est clair que tous les groupes n'obtiendront pas l'assistance pendant 4 mois consécutifs. Pour moi, cet écart de 4 mois n'est pas une meilleure solution

Lolek Joseph

MEAL Officer/Karamoja Development Forum

Utilisateur régulier

6 mars 2020, 08:18

J'ai travaillé avec WV - Ouganda et nous avons implémenté le TSFP, dans la région du Nord Karamoja. Je pense que cela n'a aucune comparaison avec ce qui précède mais il y a néanmoins quelques leçons à tirer. Notre approche de graduation a été automatisée; nous avons ciblé les femmes enceintes / allaitantes et les enfants de moins de 2 ans.

Une femme enceinte était inscrite au programme dès le premier trimestre lorsqu'elle qualifie dans le groupe allaitant et les détails de l'enfant mis à jour. Lorsque l'enfant atteint 12 mois, il passe au CU2. Lorsque l'enfant atteint 24 mois, il quitte le programme.

Merci

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse