Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

'Seuil d'urgence de la MAS' - OUI ou NON

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Évaluation et Surveillance et a des réponses 6.

» Afficher une réponse

Mija Ververs

Johns Hopkins Center for Humanitarian Health

Utilisateur régulier

7 févr. 2019, 14:31


Chers collègues
L’UNICEF a récemment présenté les nouveaux seuils et la nouvelle terminologie pour le retard de croissance et l'émaciation (GAM uniquement). Pour l'émaciation, les seuils en tant que tels, n'ont pas changé, seule la terminologie de classification a changé. Cependant, la question d'avoir également un seuil spécifique pour la MAS a été soulevée. Et ce n'était pas la première fois. En 2018, lors d'une réunion du GNC à New York, le même sujet était à l'ordre du jour. Diverses personnes ont exprimé des préoccupations pour le cas où nous établissions ces seuils, et d’autres si nous ne le faisons pas. Notez que, par le passé, certaines organisations utilisaient un seuil de MAS de 2% ou de 5%.
Voici quelques-uns des arguments soulevés par certains («juste» ou «faux»).

CONTRE les seuils de MAS :
- la plupart des enquêtes, y compris SMART, sont incapables de démontrer une précision de 2% (intervalles de confiance qui se chevauchent) et
- Il devrait y avoir un autre moyen d'évaluer la vulnérabilité nutritionnelle.
- Le fait d'avoir un seuil de de MAS donnerait aux acteurs plus de raisons de NE PAS intervenir si le seuil n'était pas, par exemple, > 2% (ou quel que soit le seuil choisi).
- Le fait de ne pas avoir ce seuil nous donne plus de flexibilité pour examiner les autres facteurs, par exemple les facteurs aggravants, et pour démarrer les programmes avant que tout seuil d'urgence ne soit atteint.

POUR les seuils de MAS :
- Beaucoup de gens aiment utiliser les seuils comme justification pour démarrer un projet (un seuil peut justifier objectivement un financement, etc.). Après tout, les seuils sont souvent utilisés dans ce but….
-

Nous aimerions encourager un débat parmi les praticiens et en apprendre davantage sur leurs expériences et leurs raisonnements sur ce sujet. Ce débat peut éventuellement faciliter la décision collective de pousser ou non à la mise en place d'un tel seuil.
Nous aimons beaucoup connaître vos options et votre raisonnement à ce sujet.
Cordialement, Mija (et quelques autres collègues praticiens)

André BRIEND

Utilisateur fréquent

8 févr. 2019, 08:20

Chère Mija,

Définir les urgences en fonction de seuils de MAM ou MAS a été proposé il y a longtemps. L’idée était d’aider à décider quand le nombre d’enfants souffrant de MAS et nécessitant un traitement hospitalier était suffisamment important pour ouvrir des centres d’alimentation thérapeutique. Cela figurait dans le document de l'OMS 2000 sur l'urgence nutritionnelle, dans lequel il était indiqué que le centre devrait être ouvert lorsque la prévalence du ratio Poids/Taille était <-2 était supérieure à 10%, avec des variations selon la présence ou l'absence de facteurs aggravants (1). Notez que ces seuils qui servent à décider de la nécessité d'utiliser des centres d'alimentation thérapeuthiques étaient basés sur des niveaux d'émaciation modérés, et non sur la prévalence de la MAS. Je suppose que la raison en est que les enquêtes nutritionnelles standard ne sont pas appropriées pour donner une estimation précise de la prévalence de la MAS pour les raisons expliquées par Brad Woodruff dans un autre article que nous avons reçu ce matin.

Personnellement, je ne suis pas en faveur d'un seuil d'urgence de MAS.

Premièrement, comme indiqué ci-dessus, les enquêtes de prévalence ne sont pas très fiables pour estimer le nombre d'enfants souuffrant de MAS à traiter, encore une fois, parce qu'elles ne permettent pas d'estimer avec précision la prévalence de la MAS, et deuxièmement, parce que le nombre d'enfants à traiter est lié à l'incidence, et non la prévalence, et la conversion de la prévalence en incidence est assez problématique, comme le montrent quelques articles récemment publiés (2) (3) (4) (5) (6). Il y a encore du travail en cours, avec un nombre beaucoup plus important d'enquêtes et qui sera publié sous peu, soulignant encore plus les problèmes de cette conversion.

Deuxièmement, et à un niveau plus fondamental, je ne suis pas sûr que cette idée de seuil, remontant à l’époque des centre d'alimentation thérapeuthique, soit vraiment pertinente maintenant que la PCMA est la pratique standard. L'ouverture d'un tel centre mobilisait énormément de ressources et c'était une décision qui ne devait être prise que quand on était sûrs que ces centres pouvaient être utilisés à pleine capacité. Les programmes de PCMA peuvent être lancés avec un investissement initial faible et il n’y a aucune raison d’attendre un seuil d’urgence pour traiter les cas de MAS. Tout cela a été discuté dans un très bon article publié il y a quelques années dans Field Exchange par Peter Hailey et Daniel Tewoldeberha (7). Je suggère que vous jetiez un coup d'œil à cet article qui remettait en question l'utilisation traditionnelle des seuils et plaidait en faveur d'une nouvelle approche beaucoup plus élégamment que je ne peux le faire dans un court post ici.

Une dernière remarque. Parmi les spécialistes de l'obésité, il est bien connu que les mêmes seuils d'IMC ne devraient pas être utilisés dans des populations différentes pour définir l'obésité en raison de différences de structure et de forme du corps (8). Le même débat n'est pas vraiment ouvert dans le domaine de la malnutrition, mais je soupçonne que le même raisonnement remet en question l'utilisation du ratio Poids/Taille pour définir la malnutrition aiguë. Cela remettrait encore plus en question l'utilisation des seuils Poids/Taille pour définir les urgences nutritionnelles.

1. Organisation mondiale de la santé. The management of nutrition in major emergencies [Internet]. 2000. Available from: http://www.who.int/nutrition/publications/emergencies/9241545208/en/
2. Isanaka S, Grais RF, Briend A, Checchi F. Estimates of the duration of untreated acute malnutrition in children from Niger. Am J Epidemiol. 2011;173:932–40.
3. Deconinck H, Pesonen A, Hallarou M, Gérard J-C, Briend A, Donnen P, Macq J. Challenges of Estimating the Annual Caseload of Severe Acute Malnutrition: The Case of Niger. PloS One. 2016;11:e0162534.
4. Isanaka S, Boundy EO, Grais RF, Myatt M, Briend A. Improving Estimates of Numbers of Children With Severe Acute Malnutrition Using Cohort and Survey Data. Am J Epidemiol. 2016;184:861–9.
5. Bulti A, Briend A, Dale NM, De Wagt A, Chiwile F, Chitekwe S, Isokpunwu C, Myatt M. Improving estimates of the burden of severe acute malnutrition and predictions of caseload for programs treating severe acute malnutrition: experiences from Nigeria. Arch Public Health Arch Belg Sante Publique. 2017;75:66.
6. Dale NM, Myatt M, Prudhon C, Briend A. Using cross-sectional surveys to estimate the number of severely malnourished children needing to be enrolled in specific treatment programmes. Public Health Nutr. 2017;20:1362–6.
7. Hailey P, Tewoldeberha D. Suggested New Design Framework for CMAM Programming. :4. Available at: https://www.ennonline.net//fex/39/suggested
8. Hruschka DJ, Hadley C. How much do universal anthropometric standards bias the global monitoring of obesity and undernutrition? Obes Rev Off J Int Assoc Study Obes. 2016;17:1030–9.

Mija Ververs

Johns Hopkins Center for Humanitarian Health

Utilisateur régulier

8 févr. 2019, 19:42

Merci André pour cet excellent aperçu. J'espère qu'il y a encore quelques personnes supplémentaries qui aimeraient exprimer leurs points de vue. J'encourage les autres à exprimer également leurs opinions.

Anonyme 24408

Utilisateur régulier

9 févr. 2019, 09:28

Sujet très intéressant. Merci de l'avoir soulevé. Puis-je clarifier quelque chose: ai-je bien compris qu'il n'existe actuellement aucun seuil d'urgence pour la MAS ? Je suis en déplacement et je me suis rendu dans deux pays récemment (RDC et RCA) où des rapports d’enquête et / ou des documents de programme ont mis en évidence des cas où la prévalence de la MAS dépasse le seuil d’urgence fixé par l’OMS (2%). Puis-je commenter qu'il ne s'agit pas / plus d'un seuil? Est-ce que quelqu'un a la référence initiale pour ce seuil (ou est-ce un mythe qui est devenu si largement utilisé que les gens l'assument comme étant correct?)
Quant à savoir si un seuil est utile. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas, compte tenu du défi que représente la prévalence précise de la MAS sur la base d'enquêtes nutritionnelles standard (comme mentionné).

mija ververs

Utilisateur régulier

9 févr. 2019, 12:21

Cher répondeur
C'est correct. Il n'y a actuellement aucun seuil formel de MAS publié par une agence des Nations Unies. Contrairement aux prévalences de malnutrition aiguë globale et de malnutrition chronique (retard de croissance) (utilisées pour déclarer les niveaux d’urgence).

Anonyme 24408

Utilisateur régulier

9 févr. 2019, 15:58

Merci beaucoup

Anonyme 31546

Utilisateur régulier

12 févr. 2019, 12:02

Salut à tous
Cela indique-t-il qu'il existe une lacune dans la gestion de routine des cas de SAM au niveau des centres de soins ?
Je pose la question parce que chaque centre de santé aura besoin d’aide si le nombre de demandes dépasse ce qu’il peut gérer. Et cela varie d'une région à l'autre.
Il devrait y avoir un renforcement du système de nutrition au niveau régional ou qui dépende des niveaux de gouvernement en place, de leur capacité évaluée et lorsque des cas SAM dépassent leur capacité à un certain niveau mesurable, une intervention doit être effectuée. Un seuil général à tous les niveaux est inacceptable à mon avis.
J'ai travaillé à la fois dans des zones à sécurité alimentaire et d'insécurité alimentaire. L’observation que j’ai faite est que le personnel de santé est mal préparé aux urgences nutritionnelles, en particulier pour la gestion de la MAS avec ou sans complications, en particulier au niveau du personnel dans les zones à sécurité alimentaire. Et donc, s’il doit y avoir un seuil critique, les zones de sécurité alimentaire devraient avoir un seuil bas ou nous condamnerions beaucoup d’enfants à mort.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse