Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Est-ce que le code international s'appliquant au marketing des formules de substitution au lait maternel s'applique également aux aliments de complément prêts à l'emploi produits dans le commerce ?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Interventions pour l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant et a des réponses 5.

» Afficher une réponse

Anonyme 31123

Irish Aid

Utilisateur régulier

17 janv. 2019, 14:50

Cette question concerne la manière dont le Code s'applique aux aliments de complément produits dans le commerce et si ceux-ci pourraient être utilisés comme méthode de démonstration par les agents de santé pour introduire des aliments de complément aux enfants + 6 mois dans le secteur de la santé, comme alternative aux démonstrations d'aliments réels dans des environnements où cela est pas possible. L’objectif visé de l’aliment complémentaire prêt à l’emploi est de présenter aux mères les meilleurs pratiques en matière d’hygiène, groupes d’aliments et une certaine cohérence dans les aliments complémentaires, Cette présentation n'est pas destinée à la vente ou à la commercialisation. Est-ce que cela est conforme au code ?

Alessandro Iellamo

Save the Children UK

Utilisateur régulier

17 janv. 2019, 15:09

Merci pour cette question importante.

À propos du code, veuillez noter que nous devons examiner les recommandations de 1981 et toutes les résolutions pertinentes ultérieures de l'OMS;

Il existe d'excellents conseils sur le code et le marketing inapproprié des aliments destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants à l'adresse suivante : https://www.who.int/nutrition/topics/guidance-inappropriate-food-promotion-iyc/en/


Je vous recommande à tous de nous familiariser avec tout cela. Tous les États membres ont souscrit à ces orientations.

Ainsi, la question que vous avez soulevée peut avoir des réponses différentes selon les cas :

a. quels produits ?
b. les produits que vous souhaitez utiliser sont-ils conformes aux exigences du Code et au Guide que je viens de partager ?
b. quelles marques ?
c. quel âge ?
d. pourquoi utiliser un produit commercial? pourquoi pas un produit frais / disponible localement sur le marché ?
Si, comme vous le dites, les produits frais ne sont pas disponibles ? mais les mères pourront-elles accéder à ce que vous utilisez dans la démonstration ?

et il se pose bien d'autres questions ... avant même d'essayer de répondre ... à votre question


En général, le code ne couvre pas les aliments complémentaires (…), mais couvre la manière dont ils sont commercialisés et promus.

Veuillez également noter que le Guide des opérations ANJE-E (2017) (en anglais IYCF-E Ops Guidance) fournit des recommandations claires sur l'alimentation complémentaire en cas d'urgence, dans le cas où il est prévu de fournir un tel soutien aux familles.

Le principe général est de regarder toutes les implications de nos actions, même si elles sont bien motivées.


Heureux de discuter davantage

Salutations
Alex

Deepa

Utilisateur régulier

17 janv. 2019, 16:02

Je suis d'accord avec Alessandro. Dans le cadre de mon travail en Inde et au Kenya, nous faisons tout le temps des démonstrations d'alimentation complémentaire. Nous utilisons des aliments disponibles localement et montrons comment les rendre plus denses en nutriments et comment incorporer différents groupes d'aliments dans le régime alimentaire de leurs enfants.

Un autre inconvénient de l’utilisation d’aliments disponibles dans le commerce pour réaliser de telles démonstrations est que les familles pensent que les aliments disponibles dans le commerce sont supérieurs à leur régime alimentaire local (peu importe ce que vous dites leur dîtes pour contrer leur propos).

Si les circonstances le permettent, commencez par savoir avec quoi les familles de la région (en passant, où organisez-vous ces démonstartions?) nourrissent généralement leurs enfants.

Je serais ravi de répondre à plus de questions, si vous le souhaitez

Deepa

ALICE NTE

Consultant Paediatrician/Professor of Paediatrics

Utilisateur régulier

17 janv. 2019, 22:44

Le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel s'applique-t-il aux aliments de complément commercialement prêts à l'emploi ?
Ma réponse est OUI:

À la SOIXANTE-NEUVIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ, par le biais du point 12.1 de son ordre du jour du 13 mai 2016 (A69 / 7 Add.1) et intitulé "Orientations pour mettre fin à la promotion inappropriée des aliments pour nourrissons et enfants en bas âge" (en anglais, " Guidance on ending the inappropriate promotion of foods for infants and young children"), cette question a été clarifiée par la définition des "aliments" suivante :
2. Dans le présent guide, le terme" aliments "désigne à la fois les aliments et les boissons (y compris les aliments de complément). Le Code de commercialisation des substituts du lait maternel, et les résolutions subséquentes applicables légiférées par l'Assemblée sur la santé (Health Assembly), contiennent des indications sur la promotion inappropriée des substituts du lait maternel. Le présent document ne remplace aucune disposition du Code mais précise l’inclusion de certains produits qui doivent être couverts par le Code et les résolutions ultérieures.
3. Ces directives s'appliquent à tous les aliments produits dans le commerce qui sont commercialisés comme convenant aux nourrissons et aux jeunes enfants âgés de 6 à 36 mois. Les produits sont considérés commercialisables comme étant adaptés à ce groupe d'âge s'ils : a) sont étiquetés avec les mots «bébé», «nourrisson», «enfant en bas âge» ou «jeune enfant»; (b) sont recommandés pour une introduction à un âge inférieur à 3 ans; (c) portent une étiquette avec l'image d'un enfant qui semble avoir moins de trois ans ou se nourrit au biberon; ou (d) sont présentés de toute autre manière comme convenant aux enfants de moins de 3 ans. Cette approche est conforme aux directives et normes pertinentes du Codex concernant les aliments destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants, qui concernent les jeunes enfants jusqu'à l'âge de 3 ans.
Par conséquent, le Code et les résolutions ultérieures de l'OMS interdisent l'utilisation d'aliments complémentaires prêts à l'emploi et préparés commercialement. Un autre problème lié à l’utilisation d’un aliment complémentaire commercialement préparé est le fait qu’il tend à faire passer le message que la marque a été adoptée pour une utilisation chez les nourrissons et les jeunes enfants et que son utilisation sera promue par inadvertance au détriment de l’allaitement au sein et de l’utilisation d'aliments complémentaires disponibles localement.

Anonyme 31123

Irish Aid

Utilisateur régulier

18 janv. 2019, 09:07

Merci à tous pour la clarification.

Pour répondre avec des arguments supplémentaires aux questions posées par Allesandro :

L’aliment commercial complémentaire, utilisé dans les centres de santé, pour la session d’éducation de YICF,  est un aliment mixte enrichi à base de céréales prêt à l'emploi. Il est utilisé pendant les journées santé des moins de 5 ans dans des strucutres qui permettent de montrer aux mères comment préparer des aliments complémentaires pour les enfants de plus de 6 mois. Il est fabriqué par une entreprise alimentaire locale. L'étiquette du produit révèle le contenu nutritionnel et la méthode d'utilisation, indiquant que cela ne convient que pour les enfants de 6 mois ou plus. Le nom du producteur est également mentionné sur l'étiquette. La société possède également un produit similaire sur le marché (autre nom) qui diffère de ce produit car il ne contient pas les micronutriments ajoutés.
Ma préoccupation concerne principalement les recommandations 5 et 6 (promotion croisée et conflits d'intérêts) de la note explicative de l' Assemblée mondiale de la Santé 2016 visant à mettre fin à la promotion inappropriée des aliments destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants, et que cette pratique n'est pas conforme à ces recommandations ?

Anonyme 2778

Utilisateur régulier

18 janv. 2019, 09:56

Le Code s'applique à la commercialisation et pratiques relatives pour les produits suivants: substituts du lait maternel, y compris les préparations pour nourrissons; les autres produits laitiers, aliments et boissons, y compris les aliments complémentaires consommés au biberon, commercialisés ou autrement présentés comme convenant, avec ou sans modification, à être utilisés en remplacement partiel ou total du lait maternel; aux biberons et aux tétines. Cela vaut également pour leur qualité et leur disponibilité, ainsi que pour les informations concernant leur utilisation.

Tant que les fabricants et les distributeurs des produits ne les promeuvent pas comme pouvant être utilisés comme substituts partiels ou totaux du lait maternel, les dispositions du code concernant les restrictions en matière de publicité et autres activités promotionnelles ne s'appliquent pas à ces produits.

Cependant, la meilleure option est de faire des démonstrations d'alimentation avec des aliments locaux, car ils sont plus durables, moins chers et relativement moins chers que les paquets prêts à consommer. Toutefois, ils peuvent parfois être utilisés si le contenu est proche des prémélanges et n’est pas riche en sucre, en sucre ou en graisses malsaines (étiquettes présentes). De plus, les informations doivent être complétées par les alternatives disponibles. Je dis cela car il existe d'autres aliments emballés facilement disponibles sur le marché qui ne sont pas contrôlés et si les mères n'ont pas le temps de cuisiner, elles donneront à leurs enfants de la nourriture pratiquement disponible. Il est donc nécessaire de peser les risques dans les contextes communautaires.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse