Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Démonstrations culinaires

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prévention et traitement de la malnutrition aigue modérée et a des réponses 2. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

MOHAMANE

CARE Cameroun

Utilisateur régulier

22 nov. 2017, 10:37

Dans le cadre de la prévention de la malnutrition, puis-je avoir un document relatant les leçons apprises sur une expérience dans les démonstrations culinaires pour une mise en œuvre d'une activité de démonstration culinaire dans un village.

Ambarka Youssoufane

KM Specialist

Utilisateur régulier

22 nov. 2017, 12:36

Veuillez, s'il vous plaît,
jetez un coup d'œil à cet article précédent sur en-net : http://www.en-net.org/question/935.aspx
Vous pouvez également lire cet article sur Nutrition Exchange : http://www.ennonline.net/communitykitchensinlebanon

J'espère que cela pourra vous être utile.

Gudrun Stallkamp

Regional Nutrition Advisor/ Welthungerhilfe (WHH)

Utilisateur régulier

22 nov. 2017, 13:50

Bonjour Mohamane,

Désolé pour la longueur de l'email, je ne peux pas joindre de fichiers ici.
Je colle des observations qui ont été (tristement) une révélation pour moi et quelques autres collègues, il y a quelques années, dans un pays où nous avons observé quelque chose qui était présenté comme une démonstration de cuisine, mais dont c'était loin d'être le cas, et en plus, à l'époque évidemment, on était loin de ce que l'on appelle aujourd'hui les «séances de cuisine participative». À ma connaissance, l'organisation a insisté pendant quelques années l'utilisation de ce dernier terme pour souligner qu'il est nécessaire pour les séances de cuisine de ne pas se limiter pas à des démonstrations (quelqu'un démontre, les autres observent tout simplement) mais soient de véritables séances de cuisine participatives. où tout le monde participe, apprend en faisant, où il y a des objectifs précis, etc.

Autres points clés : impliquer les hommes, très activement dans les sessions de cuisine participatives. Assurez-vous d'avoir des exemples de recettes pour tous les différents groupes d'âge / et pour tous les types de populations vulnérables. Efforcez-vous de transmettre comment expérimenter et essayer les choses. Cela aidera à faire disparaître les recettes rigides, et aidera les gens à internaliser certains principes de préparation des aliments (je trouve toujours qu'on insiste trop sur les recettes, mais il faut aussi prendre en considération les personnes qui n'ont pas les ressources pour expérimenter (quelque chose peut mal tourner et tout est perdu / gaspillé) ou qui n'ont pas encore suffisamment confiance en eux, ou qui ont des membres de leur famille exigeants qui insistent sur des plats strictement préparés. Il est évidemment important d'être en conformité avec les coutumes religieuses sur la façon de préparer la nourriture, ce qui peut être un petit défi pour les groupes «mixtes».

Donc, voici le texte décrivant les observations et provenant d'un exemple pas très optimal. J'espère que vous (et peut-être d'autres) serez en mesure de porter vos propres conclusions en partant de cet exemple.

Au plaisir de lire ....

Observations d'une revue de projet interne

Sessions participatives de cuisine (PCS) (de l'anglais Participatory Cooking Lesson)
Il semble y avoir trois occasions pour une sessions participative de cuisine (pourrait) d'avoir lieu:
a) sessions PCS associées aux sessions mensuelles de suivi de la croissance au niveau communautaire
b) sessions PCS pendant les sessions PD/Hearth (fourneau)
c) sessions PCS associées aux FFS (Farmers Field Schools)

Nous avons observé une session participative de cuisine, ou plutôt une démonstration de cuisson de masse, associée au suivi mensuel de la croissance, qui a mis en évidence les points suivants :

1. Types de plats. Le plat principal est composé d'une purée de feuilles vertes (amaranthus, manioc), de chou, de tomates, de haricots locaux et d'un certain nombre d'aliments de base (patates douces, bananes à cuire et pommes de terre blanches). Il semble que l'organisation a ajouté des petits poissons et de l'huile aux ingrédients. La nourriture a été préparée dans une grande marmite par deux femmes (parents modèles) qui nous ont verbalement expliqué que les ingrédients seraient cuits / ajoutés dans le pot dans un certain ordre parce qu'ils ne nécessitent pas le même temps de cuisson. Un deuxième «plat», une bouillie liquide composée de sorgho, de maïs et de soja, a été préparée dans une marmite plus petite. La bouillie liquide est donnée comme une boisson à la fin (de «l'alimentation»).
2. La participation à l'événement peut être entre 40-80 personnes, avec des personnes provenant de deux villages qui participent au programme de contrôle de la croissance sur ce site. Ce nombre est trop grand pour exécuter une session PCS efficace en raison des options limitées de même pouvoir apercevoir les marmites ou la zone de préparation et presque aucune option pour s'engager dans le processus au-delà des tâches "couper la nourriture" (pour un petit nombre).
3. Lieu. La nourriture était préparée dans une très petite pièce sombre à proximité de l'endroit où les gens étaient rassemblés pour le contrôle mensuel de la croissance. La salle pouvait accueillir les deux cuisiniers et environ 4-5 personnes de l'équipe d'évaluation / communauté, il n'y avait pas de fenêtre. L'endroit était censé être l'endroit habituel pour la préparation de la nourriture; J'ai questionné cela à plusieurs reprises, surtout parce que je soupçonnais que la pluie ce jour-là avait peut-être influencé le choix de ce lieu, mais la réponse était toujours «oui dans cette pièce». Espérons que c'était un malentendu «perdu dans la traduction»; à moins qu'il y ait un biais de traduction ou sur la façon dont cela a été rapporté, l'emplacement était grossièrement inapproprié pour une démonstration de cuisine de masse.
4. Animation de la session et contribution. Pour les CHW de la communauté, il existe un système de rotation pour savoir qui prépare la nourriture, qui organise les mères, qui aide au suivi de la croissance. Les séances sont toujours menées dans l'après-midi.
Un personnel technique sur le terrain a suggéré d'explorer si les sessions pourraient être interrompues et chaque CHW organise des sessions séparées avec les ménages qu'ils soutiennent (les CHW ont officieusement divisé la zone globale entre eux, plutôt qu'avec tout le monde sur la zone couverte). Cela réduit la taille du groupe et améliore les chances des personnes d'apprendre quelque chose lors de la session PCS. Une session de PCS avec environ 10 soignants est jugée gérable et efficace; la manière actuelle avec jusqu'à 80 personnes ne l'est pas.
5. La nourriture utilisée pendant la session était de la nourriture disponible localement, récoltée à proximité. Les mères / soignants sont supposés apporter la nourriture, apportent de la nourriture pour l'événement. Parfois, les parents modèles / CHW apportent de la nourriture, surtout si quelque chose manque. Idéalement, les groupes FFS devraient également contribuer. Les aliments apportés ne sont pas toujours frais et certains ménages éprouvent des difficultés à contribuer.
6. Consommation alimentaire. La nourriture est distribuée aux mères / enfants après la surveillance de la croissance et les mères apprennent alors comment préparer un tel plat. Nous n'avons pas pu observer cette partie parce que nous avons manqué de temps. Les explications verbales, communiquées à un groupe de 80 personnes (ce qui signifie en criant), sont très inefficaces pour effectuer un changement de comportement. Chaque enfant a une assiette et une fourchette ou une cuillère et les mères sont supposées aider leurs enfants à manger la nourriture. Les plats sont lavés par les femmes, comptés et stockés pour la prochaine session.
7. D'autres pratiques qu'un tel événement renforce sont les techniques de lavage des mains.
Points supplémentaires (non spécifiquement liés à la session PCS observée)
1. L'organisation fournit du poisson, du soja, de la farine et de l'huile pour le PCS
2. Un membre du personnel de l'établissement de santé a exprimé de vives inquiétudes quant à la qualité de la session. Le personnel de santé a mentionné avoir observé de nombreuses séances, mais ces observations ont soulevé de grands doutes quant à la qualité et sur la nature des pratiques encouragées.
Points à considérer
1. Veuillez noter que certains des points critiques de la méthodologie sont également présents dans d'autres programmes également, pas seulement celui-ci, mais cela ne devrait pas être une excuse pour ne pas les régler ....
2. L'événement n'était pas unesession PCS, ni même une démonstration culinaire, mais plutôt un événement de «masse»: le nombre de participants est trop important pour organiser une session efficace, interactive et interactive. Par exemple, avec un maximum de 80 participants, il est impossible d'exécuter des sessions PCS intelligentes avec deux marmites ou de s'assurer que tout le monde comprend / entend / expérimente / contribue au processus. L'emplacement (pièce) était trop petit pour au moins engager une bonne proportion de femmes (il est possible que ce soit différent si le temps est meilleur). Enfin, les explications verbales sans engagement pratique de la part de tout le monde ou une démonstration visuelle sur la façon de préparer le plat sont insuffisantes (en nature, et en temps) pour obtenir une amélioration durable des compétences de préparation des aliments.
3. Cela dit, la session, ou plutôt la nourriture distribuée aux enfants par la suite, est susceptible d'inciter les familles à participer aux sessions de suivi de la croissance. L'organisation doit donc faire attention à la manière de combler cette lacune, car le simple fait d'arrêter le soutien à l'intervention pourrait avoir des répercussions sur la participation globale. En outre, les sessions font partie intégrante des activités de nutrition du gouvernement / ministère de la Santé au niveau communautaire.

Recommandations
1. Améliorer la qualité de la session afin qu'elle devienne une activité efficace qui soutienne le programme pour atteindre ses objectifs. Bien qu'il semble difficile de réorganiser les sessions liées aux sessions GMP parce qu'elles échappent au «contrôle» immédiat de l'organisation et relèvent de la compétence du gouvernement, l'organisation doit améliorer les sessions sur lesquelles elles ont plus de «contrôle», par exemple celles qui sont tenues au FFS ou avec les groupes PDH.
Pour les sessions liées aux GMP, l'équipe du programme devrait discuter avec le MOH pour voir s'ils peuvent trouver ensemble des options pour réduire la taille du groupe pour une expérience d'apprentissage plus efficace, par exemple en séparant les ménages et pour qu'un CHW soit responsable d'un tel sous-groupe. Cela nécessiterait plusieurs ensembles d'équipement de cuisson.
2. L'approche Farmer Field Schools (FFS) offre une plate-forme pour expérimenter de nouvelles pratiques dans un environnement à très faible risque: si quelque chose ne va pas bien sur la parcelle FFS, les fermiers eux-mêmes ne perdent généralement pas leur propre récolte / semences (sauf le temps qu'ils ont investi) mais ce sont les ressources de l'organisation qui seront «gaspillées». C'est dans l'environnement à faible risque, que les fermiers sont disposés à expérimenter de nouvelles pratiques parce qu'ils ne subissent pas de pertes matérielles / de ressources s'ils découvrent qu'une certaine technique ne rendait pas autant que la technique d'origine. Similairement à ce concept général, il serait intéressant de (conceptualiser et) tester si l'organisation peut établir des cuisines de terrain où les participants au programme seraient capables de tester et de pratiquer des techniques de cuisson et des recettes «nutritives» dans un environnement à faible risque.
3. Pour les séances associées aux sessions mensuelles de suivi de la croissance, envisager de suggérer au gouvernement de diviser les groupes en sous-groupes plus petits, et de, peut-être, augmenter le nombre de marmites. Les séances pourraient être intéressantes en organisant des petites compétitions entre les différents groupes (par exemple, qui a cuisiné le plat le plus varié ?) Qui a préparé le plat avec le meilleur goût ? Quel plat convient le mieux à un jeune enfant ? 2 ans / un adulte ? Quel plat est riche en fer / vitamine A / protéine / énergie ?, etc. etc.). L'organisation serait-elle en mesure de convaincre le gouvernement pour permettre à un petit projet pilote ou à une recherche opérationnelle d'explorer des options pour améliorer les sessions mensuelles ?
4. Les poudres de micronutriments (MNP) fournissent une autre occasion d'observer les sessions PCS bien établies. C'est parce que les MNP doivent être mélangés avec un repas, donc il y a un grand intérêt à promouvoir divers repas bien préparés parallèlement à la promotion des MNP.

Autres considérations (directement à partir des notes ...).
1. Les sessions PCS doivent être bien expliquées, leur but doit être clair. Donc, une partie de la session consiste à clarifier ceci.
2. Donnez un aperçu des raisons pour lesquelles les sessions PCS sont utiles / à quoi elles sont destinées et clarifiez également ce qu'elles ne sont PAS, par exemple, pas un événement d'alimentater la population mais un moyen d'apprentissage, et une chose amusante avec un peu de nourriture, bien sûr. En outre, elles peuvent constituer un «catalyste» pour les gens à venir à une session / événement
3. Structure d'une session PCS: qu'est-ce qu'un moyen utile (ou différents moyens alternatifs utiles)
4. Qui est le public ? Membres du groupe mère «normal» ? D'autres membres de la communauté ? Devrait-il y avoir des mamies, etc. qui sont bien connues pour leurs compétences culinaires ? Un collègue a mentionné que dans certains pays, il y a des femmes qui cuisinent pour tous les mariages / enterrements, etc., ces femmes pourraient avoir un énorme statut de leader lié aux questions de cuisine dans une communauté, et elles devraient probablement faire partie de la session PCS afin que nous puissions préempter tous les arguments contre les «nouvelles techniques de cuisson dirigées par des étrangers», mais aussi les entendre en tant qu'experts et prendre leurs idées à bord
5. Quels types de ressources sont nécessaires et qui doit faire quoi? Il semble y avoir une compréhension générale de l'organisation et les communautés se répartissent la responsabilité des ressources pour les sessions PCS. Habituellement, une division entre nourriture et équipement de cuisson ou partie de la nourriture / équipement partiel. J'ai probablement entendu parler de toutes les combinaisons principales (l'organisation fournit de la nourriture / fournit de l'équipement / fournit de l'équipement et de la nourriture, la communauté fournit de l'équipement et fournit de la nourriture).
6. Comment les sessions PCS peuvent-elles être structurées et comment peuvent-elles intégrer les techniques d'apprentissage destinées à des adultes ?
a. Qu'est-ce qu'une taille (plage) de groupe optimale ?
b. Quelles sont les différentes tâches qui peuvent être partagées et comment pouvons-nous faire en sorte que ces responsabilités soient orientées de sorte que tout le monde puisse faire son travail au bout du compte (j'entends dire que quand les femmes ne peuvent pas contribuer en nourriture, elles peuvent contribuer en bois, mais cela ne devrait pas signifier qu'elles ne participeront pas à la coupe des ingrédients alimentaires ou que d'autres femmes n'auront pas à faire de tâches liées à l'eau ou au bois de chauffage, etc.)
c. Quelle utilisation est-elle faîte avec les documents d'IEC, devrait-il y avoir des cartes sous le format des cartes de conseil? (quel contenu)
7. Quels sont les éléments techniques qui devraient être couverts au cours d'une serie de sessions PCS ?
a. Quels sont les vrais «messages» d'une session PCS ?
b. Toutes techniques de préparation culinaire / de préparation des aliments (ne pas faire bouillir les légumes pendant des heures, etc. etc. etc.) (non lié à une recette réelle mais peut être pratiqué dans le cadre de la cuisson d'une recette bien sûr)
c. Comment pouvons-nous inculquer / transmettre un peu de pratique expérimentale dans ce domaine? Beaucoup de gens disent qu'ils ont de la nourriture, mais ils ne savent tout simplement pas comment la préparer, et ils ne semblent pas oser essayer quelque chose. Y a-t-il un moyen pour eux «d'apprendre» comment essayer quelque chose? Est-ce que cela revient à fournir un environnement à faible risque? Cela peut avoir besoin d'être vérifié avec les mamans : si elles veulent faire cela, peut-être qu'elles se sentent mal à l'aise de le faire pour une raison quelconque?
d. Évidemment, utiliser des aliments / aliments locaux du FFS, des potagers, etc.
8. Les conseillers ont eu l'idée d'avoir des «écoles d'apprentissage sur le terrain» équivalentes aux écoles pratiques agricoles pour l'agriculture. Les FFS sont là comme un espace d'apprentissage sûr, offrent aux gens l'opportunité d'apprendre de nouvelles techniques, de tester cette technique par rapport à cette technique, et tout cela dans un environnement à très très faible risque / risque - si la récolte n'est pas trop bonne, et bien, ce sont des semences fournies par l'organisation mais il n'y a pas de perte de semences / récolte pour le ménage. Pour la pensée plus «expérimentale», voir ci-dessus, il pourrait être intéressant de mettre en place des cuisines d'apprentissage sur le terrain, où les cuisiniers peuvent expérimenter, où des collègues pourraient faciliter des compétitions de cuisine entre groupes (combien de groupes d'aliments y a-t-il dans le plat ? Quelles sont les techniques de cuisson que vous avez-vous appliquées ? Quel plat a le meilleur goût ? Quel plat est le meilleur pour les enfants ? Quel plat est le meilleur pour les adultes ?)

Retour en haut de page

» Afficher une réponse