Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Prevalence of Acute Malnutrition in PLW: When is it considered public health concern?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Évaluation et Surveillance et a des réponses 4.

» Afficher une réponse

Tomas Z

Utilisateur régulier

26 janv. 2020, 21:21

Chers tous,

J'ai une question pour laquelle j'aimerais obtenir votre soutien, su possible. Il s'agit de malnutrition aiguë chez les femmes enceintes ou allaitantes. Quand la prévalence est-elle considérée comme un problème de santé publique ? Quel niveau est préoccupant dans une population ? Pourriez-vous, s'il vous plaît, partager certains documents auxquels je pourrais me référer, le cas échéant ?

Merci beaucoup (à l'avance) pour votre aimable attention,

Mark Myatt

Consultamt Epidemiologist

Utilisateur fréquent

28 janv. 2020, 11:01

Les travaux sur le seuil de prévalence utilisé pour classer la gravité de la malnutrition dans les populations se sont concentrés sur le groupe d'âge de 6 à 59 mois. La prévalence de la MAG dans ce groupe d'âge est considérée comme le «canari dans une mine de charbon» ou indicateur d'alerte précoce, et est utilisé à cette fin depuis de nombreuses années. En regardant des documents clés tels que les outils et procédures IPC pour la classification des cas de malnutrition aiguës, vous y verrez des seuils de MAG. Certains indicateurs concernant les femmes (par exemple MDDW, anémie, carence en vitamine A) qui mesurent les "facteurs contributifs" sont également inclus. Vous trouverez des seuils à ce sujet dans les publications du PAM et de l'OMS.

Le manuel technique IPC contient un indicateur de l'état nutritionnel des femmes basé sur un IMC <18,5. Les seuils de prévalence figurent dans le tableau 9 à la page 36. L'IMC est une mesure problématique car difficile à mesurer, fortement affectée par la forme du corps et inadaptée aux femmes enceintes. J'utiliserais plutôt le PB (<210 mm ou <230 mm) et les seuils de prévalence IPC / WHO (qui me semblent un peu élevés).

J'espère que cela vous sera utile.

Tomas Z

Utilisateur régulier

4 févr. 2020, 20:45

Cher Mark,

Merci pour vos explications, néanmoins ma question était plus sur quelle prévalence est considérée comme un problème de santé publique pour les populations de femmes enceintes ou allaitantes ? Par exemple, en utilisant votre exemple d'IPC AMN, en ce qui concerne les enfants, MAG par z score P/T > 5% est une situation d'alerte. Y a-t-il des directives, peut-être du PAM, à ce sujet ? Si ma prévalence PB est de 6,0%, qu'est-ce que cela signifie en termes d'impact sur la santé publique ?

Je vous remercie.

Mark Myatt

Consultamt Epidemiologist

Utilisateur fréquent

5 févr. 2020, 10:51

Désolé de ne pas avoir été plus utile. Il existe un certain nombre de directives disponibles. J'ai tendance à utiliser l'IPC comme synthèse actuelle de ceux-ci. Vous pouvez utiliser les paramètres IPS pour un IMC <18,5.

Les femmes enceintes ou alaitantes sont souvent ciblées pour l'alimentation complémentaire et il est probable que le PAM ait une ligne directrice pour vous guider.

En termes d'impact ... un faible PB chez les mères est associé à de mauvais résultats à la naissance pour les mères et les enfants et, pour les enfants, à de mauvais résultats après la naissance.

Nous avons tendance à utiliser le MAG chez les enfants âgés de 6 à 59 mois comme indicateur «canari dans une mine de charbon» ou «d'alerte précoce» et à l'utiliser pour déclencher des interventions. Il serait très judicieux (par exemple) de commencer à suppléer les femmes enceintes ou allaitantes avec les classifications IPC 2 et supérieures.

Tomas Z

Utilisateur régulier

5 févr. 2020, 12:24

Merci beaucoup Mark. C'était d'une certaine utilité. Je vais essayer de voir si je peux obtenir des directives du PAM à ce sujet. Si quelqu'un les a, je vous serais reconnaissant de bien vouloir partager avec moi.

Merci. Tomas

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse