Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Malgré qu'il y ait un niveau d'émaciation supérieur et un niveau de retard de croissance similaire, pourquoi enregistre-t-on un niveau de mortalité inférieur en Asie du Sud par rapport aux pays d'Afrique subsaharienne pour les moins de cinq ans ?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Questions intersectorielles et a des réponses 4.

» Publier une réponse

Melaku Begashaw

Utilisateur régulier

29 janv. 2019, 12:16


Quelques informations de base (toutes ces données appartiennent à l'OMS 2016, ou sont des données économiques de la Banque mondiale):

Mortalité

Sur la base du classement de l'OMS sur la mortalité des moins de cinq ans, des pays africains figurent parmi les 19 pays les plus pauvres avec le plus haut taux de mortalité des moins de cinq ans. Sur les 50 pays ayant le plus hauts niveaux de mortalité, 40 pays sont situés en Afrique. La mortalité chez les enfants de moins de cinq ans dans les pays d’Afrique subsaharienne est de 78 décès pour 1 000 naissances vivantes, soit une diminution de 106 décès pour 1 000 naissances vivantes depuis 1990, alors qu’en Asie, elle est de 48 décès pour 1 000 naissances vivantes, soit une diminution de 81 décès pour 1 000 naissances vivantes depuis 1990. Même si la réduction de la mortalité des moins de cinq ans, en Afrique subsaharienne, est bien supérieure à celle de l'Asie du Sud, le taux de mortalité des moins de cinq ans en Afrique est encore très élevé avec 30 décès suppl., et même si la population de l'Afrique représente 58% de celle de l'Asie du Sud, la mortalité des moins de cinq ans est plus élevée en Afrique de 1,2 million. Note: Le taux de mortalité des moins de 5 ans est la probabilité de décéder entre la naissance et exactement 5 ans, exprimée pour 1 000 naissances vivantes.

Il sera difficile de décrire le niveau élevé de mortalité en Afrique si l’on considère la nutrition et autres aspects, car l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne ont des pratiques relativement comparables en matière d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant. Dans certains cas, l’Afrique est beaucoup mieux lotie. Par exemple, l’initiation précoce à l’allaitement au sein est plus pratiquée en Afrique qu'en Inde (51% et 39%, respectivement), l’allaitement exclusif est plus répandu en Asie du Sud (52%) que dans l’Afrique subsaharienne(ASS) (42%). Les aliments solides, semi-solides ou mous de 6 à 8 mois sont élevés en Afrique (71%) par rapport à l'Asie (56%). Dans les deux régions, un régime alimentaire minimum acceptable est reçu par peu d'enfants (11% en Asie du Sud et 12% en ASS.) Par ailleurs, l'allaitement au sein jusqu'à l'âge de 2 ans est plus élevé en AS (68%) que dans l'ASS (50%).

La différence de taux de mortalité nous apparaîtra bizarre lorsque nous verrons les niveaux de retard de croissance et de d'émaciation musculaire dans les deux endroits. Le retard de croissance est presque égal en Afrique subsaharienne (34%) et en Afrique subsaharienne (34%), l'émaciation est deux fois plus importante en Afrique du Sud (8%), la supplémentation en vitamine A (VAS) est de 66% en Afrique subsaharienne et 72% en Afrique subsaharienne. L'émaciation musculaire sévère est deux fois plus élevée en Asie du Sud (5% contre 2%) et la consommation d’iode est de 88% en Afrique du Sud et de 80% en Afrique subsaharienne. Revenu par habitant (Asie du Sud = 1 729 USD, SSA = 1 486) et PIB (Asie du Sud = 3,3 Trillions, SSA = 1,67 Trillion)

Qu'est-ce qui explique ce phénomène? Qu'a fait l'Asie du Sud pour réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans par rapport à l'Afrique, compte tenu du niveau d'émaciation musculaire et de retard de croissance ? Y a-t-il des études à ce sujet ?

Autre question non liée: le framework d'investissement de la Banque mondiale pour lutter contre la malnutrition cite « le manque de données sur les interventions visant à empêcher l'émaciation ». Par conséquent, le framework se concentre sur les interventions curatives. Il calcule les investissements nécessaires pour atteindre la cible d'émaciation de l'AMS et autres indicateurs. Question: est-ce vrai que nous ne disposons pas de suffisamment d'informations sur les interventions visant à empêcher l'émaciation ?

André Briend

Utilisateur fréquent

30 janv. 2019, 14:50

Cher Melaku,

Vous soulevez des points importants qui n'ont pas été suffisamment abordés dans la littérature.

a) Faible taux de mortalité en Asie par rapport à l'Afrique

La forte mortalité observée en Afrique peut en partie s'expliquer par la prévalence élevée du paludisme en Afrique par rapport à l'Asie du Sud. Mais cela n’est peut-être qu’une partie des explications, et je suppose que la faàon dont on mesure de la malnutrition pose également un problème.

La malnutrition peut être mieux définie comme un état de nutrition dans lequel une carence en énergie, protéines et autres nutriments entraîne des effets indésirables mesurables sur l'état des tissus corporels et de la forme du corps (forme du corps, taille et composition) et sur leur fonction, ainsi que sur les résultats cliniques (1). Cependant, mesurer la malnutrition selon cette définition est difficile, et toutes les études épidémiologiques reposent sur la mesure de la taille du corps (poids par rapport à l'âge) et sur une mesure très grossière de la forme du corps, du poids par rapport à la taille (WFH - Weigh for Height en anglais). C'est une approche très imparfaite et nous devrions être conscients de ses limites.

Dans le contexte de la mesure de l'obésité, il a été proposé que l'indice de masse corporelle (IMC), proche du WFH mais qui est plus facile à utiliser chez l'adulte, et qui refléte, dans une certaine mesure, la forme du corps, puisse être utilisé pour estimer la proportion de graisse corporelle et ainsi définir l'obésité. Cependant, on a observé depuis longtemps que cette mesure était imparfaite et que la relation entre l'IMC et la masse adipeuse était différente selon les populations, à tel point que l'utilisation de seuils différents a été recommandée pour définir l'obésité (2) (3). (4) (5) (6) (7) (8). Ces différences dans la relation entre l'IMC et le gras semblent être liées à la taille et à la forme du corps.

Curieusement, la même discussion sur la pertinence de la mesure WFH pour mesurer l’état nutritionnel n’a pas eu lieu lors de la mesure de la malnutrition, bien qu’il soit probable que la relation entre les réserves nutritionnelles corporelles (graisse et masse musculaire) et le WFH soit également influencée par: la taille et la forme de la structure corporelle. À ma connaissance, une seule étude a examiné l'effet de la longueur relative des jambes sur le taux WFH, et a révélé que cette façon de mesurer surestime le degré de malnutrition chez les populations pastorales relativement grandes sur jambes (9). D'autre part, il a été démontré au Brésil que la faible prévalence de l'émaciation musculaire pourrait également être utilisée pour une forme de corps différente, sans être directement lié à l'état nutritionnel (10). On sait aussi depuis longtemps que les enfants indiens peuvent avoir une masse grasse élevée associée à un WFH faible et le terme «phénotype mince gras » a été inventé pour décrire ce phénomène (11).

Globalement, cela signifie que l’utilisation de la WFH comme mesure approximative de la malnutrition aiguë peut induire en erreur dans certaines populations. Je soupçonne que le niveau élevé de malnutrition suggéré pour le taux d'émaciation musculaire en Asie du Sud ne reflète pas correctement la situation nutritionnelle et peut conduire à des conclusions erronées lors des comparaisons avec l'Afrique.

b) Prévention en matière d'émaciation musculaire

Je suis d’accord avec le document de la Banque mondiale selon lequel il est difficile d'empêcher l'émaciation, du moins, dans les situations où il n’y a pas de problème majeur d’insécurité alimentaire. Une revue de la littérature complète, bien au-delà du but de ce forum, serait nécessaire pour appuyer ce fait. Un article récent de l'équipe de la MRC travaillant en Gambie supporte cependant cette affirmation d'une manière assez convaincante. Après 40 ans de mise en œuvre de multiples interventions visant à prévenir la malnutrition, le retard de croissance a considérablement diminué, mais l'émaciation est restée constante (12). Peut-être que la difficulté d'éliminer le l'émaciation peut être liée aux problèmes de forme du corps évoqués ci-dessus.

J'espère que cela vous sera utile.

1. Lochs H, Allison SP, Meier R, Pirlich M, Kondrup J, Schneider S, van den Berghe G, Pichard C. Introductory to the ESPEN Guidelines on Enteral Nutrition: Terminology, definitions and general topics. Clin Nutr Edinb Scotl. 2006;25:180–6.
2. Deurenberg P, Deurenberg-Yap M, Guricci S. Asians are different from Caucasians and from each other in their body mass index/body fat per cent relationship. Obes Rev Off J Int Assoc Study Obes. 2002;3:141–6.
3. Deurenberg P. Universal cut-off BMI points for obesity are not appropriate. Br J Nutr. 2001;85:135–6.
4. Sinaga M, Worku M, Yemane T, Tegene E, Wakayo T, Girma T, Lindstrom D, Belachew T. Optimal cut-off for obesity and markers of metabolic syndrome for Ethiopian adults. Nutr J. 2018;17:109.
5. Deurenberg-Yap M, Schmidt G, van Staveren WA, Deurenberg P. The paradox of low body mass index and high body fat percentage among Chinese, Malays and Indians in Singapore. Int J Obes Relat Metab Disord J Int Assoc Study Obes. 2000;24:1011–7.
6. Rush EC, Freitas I, Plank LD. Body size, body composition and fat distribution: comparative analysis of European, Maori, Pacific Island and Asian Indian adults. Br J Nutr. 2009;102:632–41.
7. Martinez E, Bacallao J, Devesa M, Amador M. Relationship between frame size and fatness in children and adolescents. Am J Hum Biol Off J Hum Biol Counc. 1995;7:1–6.
8. Ortiz-Hernández L, López Olmedo NP, Genis Gómez MT, Melchor López DP, Valdés Flores J. Application of body mass index to schoolchildren of Mexico City. Ann Nutr Metab. 2008;53:205–14.
9. Myatt M, Duffield A, Seal A, Pasteur F. The effect of body shape on weight-for-height and mid-upper arm circumference based case definitions of acute malnutrition in Ethiopian children. Ann Hum Biol. 2009;36:5–20.
10. Post CL, Victora CG. The low prevalence of weight-for-height deficits in Brazilian children is related to body proportions. J Nutr. 2001;131:1290–6.
11. D’Angelo S, Yajnik CS, Kumaran K, Joglekar C, Lubree H, Crozier SR, Godfrey KM, Robinson SM, Fall CHD, Inskip HM, et al. Body size and body composition: a comparison of children in India and the UK through infancy and early childhood. J Epidemiol Community Health. 2015;69:1147–53.
12. Nabwera HM, Fulford AJ, Moore SE, Prentice AM. Growth faltering in rural Gambian children after four decades of interventions: a retrospective cohort study. Lancet Glob Health. 2017;5:e208–16.

Melaku Begashaw

Utilisateur régulier

30 janv. 2019, 15:12

Merci beaucoup pour votre temps et vos connaissance. Apprécié. Bien noté. Melaku

Melaku Begashaw

Utilisateur régulier

30 janv. 2019, 17:29

Correction :

Mortalité des moins de cinq ans
---> en Asie du Sud: (1990 = 129 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2017 = 48 décès pour 1 000 naissances vivantes)

---> En Afrique subsaharienne: (1990 = 181 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2017 = 78 décès pour 1 000 naissances vivantes)
Source: WHO SOWC_-Statistical-Tableaux-2017 (les tableaux incluent de nombreux indicateurs tels que WASH, la vaccination et bien d'autres pour les personnes intéressées).

André Briend

Utilisateur fréquent

4 févr. 2019, 08:28

Cher Melaku,

Je viens tout juste de prendre connaissance de cet article provenant de Obesity Reviews, qui examine en détail les variations de Poids/Taille (WFH) et de l'IMC entre les populations. Ce document a échappé à mon attention jusqu'à présent car l'accent est mis principalement sur l'obésité, mais il existe également de longues sections sur la sous-nutrition. Très bien documenté et exploitant une littérature souvent ignorée pour les cas particuliers de malnutrition chez les enfants. Éclairant. Après avoir lu cet article, vous comprendrez qu’il faut être très prudent lorsqu’on attribue toutes les variations de la prévalence du dépérissement à la sous-nutrition. La question est beaucoup plus complexe que cela et nous avons également besoin d'une discussion approfondie de ces questions entre spécialistes de la malnutrition.

Hruschka DJ, Hadley C. How much do universal anthropometric standards bias the global monitoring of obesity and undernutrition? Obes Rev. 2016 Nov;17(11):1030-1039. doi: 10.1111/obr.12449. Epub 2016 Jul 7.

Cet article est en accès libre. J'espère que vous le trouverez intéressant.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse