Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

MUAC seuils pour les adultes

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Évaluation et Surveillance et a des réponses 2.

» Publier une réponse

Anonyme 310

Utilisateur régulier

7 déc. 2009, 13:09

Ceci a été traduit automatiquement.

Comme par les recommendtions SMART, l'ampleur et la gravité de la situation nutritionnelle est déterminée par l'état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et de mortalité (CMR, U5MR) avec indicateurs contextuels. Cependant, dans certaines communautés, les adultes sont plus vulnérables que les enfants pendant urgence et de crise que la préférence de l'alimentation est donnée aux enfants. Évaluer les enfants malnutrition dans les communautés Thésée souvent ne donne pas la situation sur le terrain. Il en résulte une sélection de programmes appropriés pour découvrir les conséquences après la mise en œuvre. Par conséquent, la malnutrition asessing adulte devrait faire partie de la conception dans de telles circonstances.

Ma question pour le forum ENN est concernant les indicateurs pour évaluer la malnutrition des adultes en situation d'urgence. Depuis IMC est d'évaluer la dénutrition chronique d'adulte, je crois que le PB est un indicateur préférable d'évaluer la situation de la nutrition en situation d'urgence car elle indique la sous-nutrition aiguë. Ma question ici est que, contrairement à l'IMC, je ne pouvais pas obtenir un points de coupure pour la MUAC de classer le degré du problème car il est là pour les enfants (par exemple, <11cm MUAC sévère, de 11 à 12,49 MUAC modérée, etc). Y at-il des points de coupure standard pour MUAC chez les adultes à charcterize l'ampleur du problème? Je l'ai vu quelques points de coupure proposé par Collins et al, SCN 2000; Ferro Luzi & James, 1995; et seuils locaux pour l'admission aux programmes complémentaire et thérapeutique.

Je suis impatient d'entendre une opinion d'expert sur ce

Merci, Beka Teshome
Ethiopie

Michael Golden

Utilisateur régulier

7 déc. 2009, 22:49

Ceci a été traduit automatiquement.

Il n'y a pas de coupure universellement acceptée pour les adultes. L'Ethiopien Protocole national a défini SAM chez les adultes
en tant que:
PB <170 mm ou
PB <180 mm avec une perte de poids récente ou d'une maladie ou underlyingchronic
IMC <16 avec une perte de poids récente ou
Présence d'œdèmes bilatéraux (à moins qu'il y est une autre cause de claire).

L'ajout de «la perte de poids récente" vient de l'analyse de la thèse du Dr Carlos Navarro qui a examiné plusieurs milliers d'adultes SAM au Burundi et au Congo-Brazzaville.
L'utilisation de l'expression «déficit énergétique chronique" est dépassée et ne doit pas être utilisé - un faible IMC définit degrés de la minceur sans pointeurs étiologiques - la minceur ne devrait pas être utilisé comme un indicateur de la carence d'un nutriment ou d'énergie notamment. Tout comme l'anémie ne doit pas être renommé carence chronique en fer - ou même chronique carence en vitamine B12 - etc! Le nom dérive de l'œuvre de Prakash Shetty étudiant les adultes pauvres en Inde - où après avoir fait la calorimétrie il a décidé que les adultes minces étaient déficientes de l'énergie - IDECG a ensuite pris ce travail et de ses membres a inventé l'expression déficit énergétique chronique - une fausse appellation complète de la minceur de toute cause.

Mark Myatt

Utilisateur fréquent

10 déc. 2009, 12:48

Ceci a été traduit automatiquement.

Les situations dans lesquelles les adultes (non âgées) sont plus à risque de malnutrition que les enfants est très rare. Le groupe d'âge 6-59 mois a été choisi comme un «canari dans une mine de charbon" ou "alerte précoce" sous-population à cause de cela. La seule fois que je l'ai été forcé de se concentrer sur la population adulte était en Somalie au début des années 1990, lorsque la situation était très "Avancé" et grand nombre d'enfants était mort et il y avait (presque) seuls les adultes ont quitté à traiter. Il ya des programmes qui sont destinés aux adultes en dehors des situations d'urgence graves (par exemple SFP pour les femmes enceintes et allaitantes) et évaluer les besoins des enquêtes sera utile dans ce contexte.

Vous devriez vous concentrer sur l'estimation globale puisque, sauf si vous avez d'énormes tailles d'échantillon, vous aurez une mauvaise précision sur un indicateur de faible prévalence telles que la prévalence de la SAM.

Il est de pratique courante d'utiliser les femmes en âge de procréer lors de la collecte de ces données. Je suppose que vous pourriez faire valoir des arguments au sujet de l'alerte précoce, la prévention de faible poids de naissance, en ciblant les ménages à risque, l'âge-dépendance, & c. mais il est aussi un bon point possible que vous pouvez obtenir les femmes en âge de procréer dans une enquête nutritionnelle standard (la plus fréquente soignant présente lorsque vous mesurez l'enfant). Vous devrez peut-être augmenter la taille un peu pour obtenir suffisamment de femmes de l'échantillon,

IMC est problématique car il est fortement affecté par la forme du corps, de l'œdème, l'hydratation, la rétention d'eau, et l'heure de la journée (hauteur réduit pendant la journée, le poids monte après les repas et après la défécation bas). Si vous utilisez IMC alors vous devriez corriger la forme du corps. IMC est assez difficile de recueillir dans les enquêtes (nécessite différentes échelles et les conseils de hauteur que pour les enfants). Il est difficile de recueillir dans le vieux, les handicapés, et les faibles. Il n'a pas de sens dans pregancy.

Les seuils MUAC standard <210 et <185 pour modérée et sévère. Ils sont utilisés comme critères d'admission pour les programmes de soutien nutritionnel pour les femmes enceintes et allaitantes, les personnes vivant avec le SIDA, et les malades chroniques. Ces seuils (comme avec MUAC chez les enfants) sont basés sur le risque de conséquences négatives. La plupart des preuves disponibles est à risque de faible poids de naissance lorsqu'il est utilisé en deuxième et troisième trimestres de la grossesse (je suppose que le premier trimestre de la grossesse ne sont pas si faciles à détecter et vous obtenez beaucoup de perte à un suivi lorsque les mères passent à leur domicile villages et due à une fausse couche).

Je suis en désaccord avec Mike. Je trouve la distinction entre DEC et AED pour être des moyens utiles de penser à la malnutrition (semblables à perdre et le retard de croissance chez les enfants, mais les adultes ne peuvent pas retarder beaucoup) et il ya un certain soutien épidémiologique de l'utilité de ces concepts à partir de mi-20ème siècle travail et camps de la mort. Les deux idées soulignent, certes pas bien séparés, constellations de étiologies. Je l'ai écrit (avec Collins et Duffield) qui, tout comme avec le retard de croissance et l'émaciation, CED et AED sont identifiés par différents indicateurs (IMC) et MUAC donc cela ne devrait pas venir comme une surprise.

Les cités (IE par Mike) seuils me semblent être très restrictive. Je me demande au sujet de la base de données probantes utilisées pour les recueillir. Certains de ces seuils, après Ferro Luzi & James, ont été développés par la régression MUAC contre IMC et en sélectionnant un seuil MUAC qui correspondait à un seuil IMC qui est censé être associé à un résultat négatif (tant que le sujet est vieux, un athlète, longiligne, ou buvait beaucoup de lait alors qu'ils ont grandi). Les problèmes avec l'IMC signifie que ces seuils sont unlikley être universel.

Juste mon tuppence.

Si vous rencontrez des problèmes pour poster une réponse, veuillez contacter le modérateur à post@en-net.org.

Retour en haut de page

» Publier une réponse