Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

ÉVALUATION D'IMPACT

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Evaluation de la couverture et a des réponses 13. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Franck

Epidemiologist

Utilisateur régulier

18 janv. 2013, 12:02

Ceci a été traduit automatiquement.

Je cherche de la documentation sur les études comparatives de stratégie de dépistage de la malnutrition. Par exemple, l'étude qui évalue l'impact sur la couverture (ou SQUAEC SLEAC) ou l'efficacité (durci) de la communauté de staretegie vs auto-référence.
Je serai heureux si quelqu'un pouvait me aider.

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

18 janv. 2013, 20:05

Ceci a été traduit automatiquement.

Je ne suis pas sûr de ce que vous demandez. Je dois (avec des co-auteurs) a publié deux articles avec du matériel sur les indicateurs pour le dépistage et l'admission dans la PCMA. Tous deux montrent un des critères de sélection et d'admission unifiées en utilisant MUAC non corrigée et un œdème à être la meilleure stratégie. La CCT programme de travail de recherche original couvre expériences avec différentes stratégies de dépistage. La conclusion était que l'utilisation d'un des critères de sélection et d'admission unifiées en utilisant MUAC non corrigée et de l'œdème par un vaste réseau de volontaires communautaires à condition meilleure couverture du dépistage et les admissions. Je pense que cela est résumé ou référencée dans le manuel de la CCT. Il ya beaucoup de (non publié) SCCS, SQUEAC, et les rapports de SLEAC de programmes utilisant différentes stratégies et de mélange W / H et MUAC avec peu de succès (c.-à faible couverture). La seule exception à cette (à ma connaissance) est un programme d'ASC livré PCMA qui a utilisé MUAC sein d'un programme de surveillance de la croissance au Bangladesh (publié). Est-ce le genre de matériel que vous êtes intéressé?

Junaid Chohan

Nutritionist / Concern Worldwide

Utilisateur régulier

19 janv. 2013, 07:56

Ceci a été traduit automatiquement.

Salut Mark

Merci sa knowledgeble, veuillez élaborer le MUAC non corrigée un peu plus?

En outre, je suis intéressé de savoir que est-il possible d'utiliser différents critères d'admission et de sortie dans les programmes / SFP OTP. Laisser supposer si l'on admet un enfant dans le programme OTP avec MUAC 11cm et son poids 10 kg. Après quelques visites de l'enfant a gagné 15% de sa / son poids à l'admission, mais MUAC est encore couché dans OTP-à-dire, 11.3cm.

Allons-nous acquitter de cette enfant de OTP ou nous devons attendre à moins que le PB de l'enfant améliore et répondre aux critères d'évacuation ci-dessus 11,4 cm pour deux visites consécutives?

Lio

CMAM Advisor

Expert

19 janv. 2013, 08:39

Ceci a été traduit automatiquement.

Cher Junaid,

permettez-moi s'il vous plaît à puce dans la discussion afin de vous donner un point de vue technique.
1. La plupart, sinon la totalité, des pays ont un protocole de PCMA où admission et de sortie critères sont, par conséquent, vous ne devriez pas «adapter» les critères d'un enfant à
2. Mark comme déjà indiqué à plusieurs reprises dans ce forum que un gain de 15% ne favorisera pas très sévèrement gaspillé les enfants parce que même avec un gain de 15%, ils ne seront pas atteindre un "non-SAM" poids, donc les critères de gain de poids devrait pas être utilisé sistematically
3. PB: les données seront bientôt publiés sur une étude utilisant MUAC d'admission et de décharge, quant à lui est toujours valide recommandant une durée de séjour minimum de 8 semaines; certains protocoles recommandent que les enfants atteignent> 115 (ou> 110 dans les pays où les normes internationales ne sont pas encore adopté) pendant deux semaines consécutives, si il ya un SFP ou> 125 si il n'y a pas SFP
4. Le point est: MUAC doit toujours être la «norme d'or» pour décharger les enfants et ce compte tenu de la corrélation entre le PB et le risque de mortalité. Dans votre exemple, l'enfant pourrait avoir gain de poids, mais cela ne permet pas encore de reconstituer le muscle qui indiquent que l'enfant ne sont pas encore «guéri» et peut conduire à une rechute

Bonne chance

Junaid Chohan

Nutritionist / Concern Worldwide

Utilisateur régulier

19 janv. 2013, 09:50

Ceci a été traduit automatiquement.

Salut Lio

Je suis d'accord avec vous pour utiliser les mêmes critères d'admission et de décharge dans OTP / SFP et comme vous l'avez mentionné MUAC est le meilleur pour être utilisé.

En fait, la confusion est venue de directives nationales qui montre le PB comme un critère d'admission et le gain de poids de 15% comme un critère de rejet.

Je vous souhaite partager l'étude sur l'utilisation du périmètre brachial pour l'admission et la décharge de telle sorte que des collègues se tirer profit.

Merci et salutations

Saul Guerrero

Director of Nutrition

Expert

19 janv. 2013, 11:46

Ceci a été traduit automatiquement.

Salut tout le monde

Puce Ill, à partir d'une perspective légèrement différente.

Si je comprends bien, Franck, une partie de ce que vous cherchez sur ce qui est des informations est plus efficace; recherche active des cas versus références spontanées, ou au moins voir si il ya des preuves documentées de la façon dont ces deux pays sont connectés et impact sur la couverture.

Je sais que les ONG recueillent souvent ces données, mais je ne suis pas au courant d'aucune étude de synthèse qui a examiné comment la couverture,% des cas visés et% des cas spontanés tout de changement au fil du temps. Je avoir un point de vue personnel sur ce qui nous avons récemment publié dans le dernier champ de change (43) - si vous êtes intéressé jeter un oeil à l'article Quantité par la qualité. Vers la fin de celui-ci, nous incluons une courte section de la façon dont nous pensons que cela fonctionne dans la pratique. En un mot, je suis d'avis que si le dépistage est essentiel de créer une dynamique et une masse critique de cas (et obtenir une couverture élevée à court terme), le maintien de ce temps peut être avec succès être atteint grâce à l'auto-références. Ceci est basé sur ce que nous avons vu dans bien gérées, les programmes de PCMA axés sur la santé publique, mais son vrai lourde sur des preuves anecdotiques et des expériences personnelles. Je suis très intéressé à mettre sur pied une simple étude en regardant cette question, parce que je sens que la PCMA est déployé, et ministère de la Santé prennent le dessus, nous devons trouver des moyens d'optimiser l'investissement sur la mobilisation de la communauté afin qu'il serve de catalyseur pour mi renvois à long terme.

Je serais intéressé de savoir ce qui a déclenché votre question et ce que vos propres pensées sont à cet égard

Meilleur

Saul

Lio

CMAM Advisor

Expert

19 janv. 2013, 12:38

Ceci a été traduit automatiquement.

Techniquement parlant les 15% est encore «correcte» car il n'y avait pas de révision (pour autant que je sache) des «normes de croissance de l'OMS à l'enfance et l'identification de la malnutrition aiguë sévère chez les nourrissons et les enfants. Une déclaration conjointe par l'Organisation mondiale de la santé et Fonds de la Unies pour l'enfance 2009 "; donc je suppose que le protocole national dont vous parlez est l'application par le livre ce recommandations. Cependant, de nouvelles discussions ont souligné le «danger» de l'utilisation de 15% pour les enfants très gaspillés. Je suis sûr que Mark peut vous donner beaucoup plus de détails que moi.

Je ne sais pas quand les données PB seront publiés mais ils vais certainement partagé

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

19 janv. 2013, 15:00

Ceci a été traduit automatiquement.

Par "non corrigée MUAC" Je veux dire un simple seuils MUAC tels que MUAC <115 mm au lieu d'utiliser le PB-pour-âge ou MUAC-pour-taille z-scores.

Une approche commune est d'admettre sur MUAC <115 mm et de décharger sur un gain de poids proportionnelle de 15% ou plus à condition que le MUAC> = 115 mm (habituellement pour deux visites successives). Votre exemple affaire ne serait pas levée tant que le PB a dépassé les critères d'admission. I (et d'autres) a proposé cette approche dans un article FNB 2006 et il est avéré problématique. Le principal problème est que cela peut conduire à des cas les plus graves qui reçoivent le moins de traitement (et les cas les moins graves qui reçoivent le plus de traitement). Évident avec le recul! MSF et Valid International avec un financement FANTA-III (comme des initiatives distinctes) se sont penchés sur l'aide MUAC> 125 mm (deux visites) que les critères de décharge pour les cas admis en utilisant MUAC. Les conclusions (certains publiés, certains "sous presse") sont jusqu'à présent que le problème décrit ci-dessus est résolu et que la durée médiane du traitement n'a pas augmenté considérablement (donc pas de forte augmentation des coûts du programme). Une étude cas-up suivants pour trois mois post-décharge a récemment achevé la collecte des données. Les résultats intermédiaires sont qu'il y avait trois événements indésirables (ie de la mort ou de rechute à des critères d'admission) dans 158 patients suivis pendant une durée médiane de 12 semaines (nous vérifions et le nettoyage des données à l'heure actuelle). Je pense qu'il est prématuré de pas que cela résulte est compatible avec MUAC> 125 mm (deux visites) étant un des critères sécuritaires de décharge. Désolé de ne pas avoir plus de détails en ce moment.

Junaid Chohan

Nutritionist / Concern Worldwide

Utilisateur régulier

19 janv. 2013, 15:12

Ceci a été traduit automatiquement.

Merci Lio, Saül et Mark. J'ai compris.

Anonymous

Utilisateur régulier

19 janv. 2013, 16:06

Ceci a été traduit automatiquement.

Cher Saul
vous cherchez de l'information des résultats de cas actifs et les envois spontanés, selon mes connaissances et l'expérience de ses totalement basé sur la mobilisation communautaire, que la façon dont vous avez mobilisé la communauté en ce qui concerne le programme dans le souci zone du projet mis en œuvre.
si vous avez une forte mobilisation de la communauté, vous aurez plus de références spontanées avec les conclusions de cas actifs.

Franck

Epidemiologist

Utilisateur régulier

21 janv. 2013, 10:06

Ceci a été traduit automatiquement.

cher Saül et al
Je pense que vous avez compris mes besoins. Il est pour moi de voir si il ya des preuves de recherche qui prouve l'efficacité d'un programme de dépistage actif par rapport à une auto de programme visé cas ou des cas découverts au cours de la consultation (non malnutrition) dans le centre de santé.
Programme qui n'a pas recourir à des travailleurs de santé communautaire pour le dépistage des cas actifs (Niger et le Mali) Je travaille déjà. Bientôt, je commençais une expérience dans un programme avec forte composante communautaire. Et comme agents de besoins communautaires deviennent importants avec l'expansion du programme, nous étudions l'idée d'avoir un programme de référence de l'auto après un bref moment de prise de conscience de la mère.
Apologize, mon anglais est très pauvre

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

21 janv. 2013, 10:34

Ceci a été traduit automatiquement.

Pour "Anonymous":

Je pense que vous avez raison de dire que l'auto-saisine de la PCMA (voir ci-dessous) serait probablement plus élevé lorsque la sensibilisation et la mobilisation communautaire est bien fait.

Nous devons attention sur les termes.

Le terme «mobilisation communautaire» couvre dépistage actif des cas par des bénévoles communautaires de base (CBV). Ceci est un élément clé (du produit) de la mobilisation communautaire.

Le terme «sensibilisation de la communauté" couvre la sensibilisation au programme, la sensibilisation de la malnutrition, & c. dans la communauté.

Nous devons à la fois la sensibilisation des communautés et la mobilisation communautaire. Habituellement, nous voyons la mobilisation comme un résultat souhaité de sensibilisation bien que nous puissions avoir des activités supplémentaires visant à (par exemple) le recrutement des accoucheuses traditionnelles, THP, et les pharmaciens du village que les EEE.

Dans la pratique, les choses sont moins claires. Nous pouvons (par exemple) "sensibiliser" un chef religieux qui est alors "mobilisé" pour parler du programme à des réunions religieuses et ainsi de «sensibilise» la communauté, certains qui peuvent passer à «mobilisé» pour devenir CBV ou «sensibiliser "autres par le bouche à oreille.

La principale différence est que l'on est (sensibilisation) est sur les connaissances, attitudes, croyances et l'autre «mobilisation» est sur les comportements.

Le terme «recherche active des cas" peut couvrir le dépistage des cas par les EEE (comme ci-dessus) et le dépistage par les travailleurs programme de sensibilisation. Il ya aussi "le dépistage passif» qui pourrait couvrir le dépistage dans d'autres programmes communautaires (par exemple BPF, PEV) et le dépistage dans les services cliniques. La distinction essentielle est que dans le cas-collage actif nous allons à l'enfant alors que dans le dépistage passif l'enfant vient à un service lié.

Je ne sais pas ce que l'on entend par "référence spontanée". Je suppose que cela est auto-saisine (ie tourne vers le haut) à la clinique de la PCMA pour accéder aux services de PCMA. Mise à tout autre clinique, puis d'être détecté et renvoyé à la PCMA par les travailleurs de la clinique ne compterait pas (ce serait le dépistage passif).

Je ne pense pas que beaucoup de programmes de garder trace de source de référence de sorte qu'il peut être difficile de signaler la source de la saisine. Un système de glissement de référence peut aider à cela.

Pour Frank:

Il ya beaucoup de preuves des évaluations (par exemple) de SQUEAC montrant que les programmes qui reposent sur le dépistage passif ne suffisent pas à atteindre des niveaux élevés de couverture. Il ya la question supplémentaire de dernière présentation ce qui conduit à de longues durées de séjour et les résultats pauvres (moins de l'impact) qui conduit à des opinions pauvres du programme qui peut avoir un impact sur la couverture (moins d'impact).

Vous pouvez également passer en revue la littérature CTC origine (généralement par un ou plusieurs de Collins, Sadler et Khara) sur ces questions. Cela montre un grand nombre de cas que le démarrage de programme (très sévère) cas prévalents sont ramassés suivie d'une faible nombre de cas d'incidence avec la présentation tardive. Numéros et au début de la présentation (constatée par l'anthropométrie moins sévère et moins de complications) Programme vient seulement avec la sensibilisation et la mobilisation adéquate.

Franck

Epidemiologist

Utilisateur régulier

21 janv. 2013, 12:42

Ceci a été traduit automatiquement.

Merci Mark pour votre entrée

Anonymous

Utilisateur régulier

21 janv. 2013, 13:28

Ceci a été traduit automatiquement.

Merci vous marquez

Retour en haut de page

» Afficher une réponse