Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Tout programme de PCMA avec une couverture supérieure à 90% dans un contexte de camp?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Evaluation de la couverture et a des réponses 4. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Alexandra Rutishauser-Perera

International Medical Corps

Utilisateur régulier

26 nov. 2012, 19:27

Ceci a été traduit automatiquement.

La norme de la sphère pour la couverture de la PCMA dans les paramètres de camps est> 90%.
Je voulais savoir si quelqu'un a jamais entendu parler d'un programme qui a atteint cette cible
que tous les résultats que je peux voir à partir de différents programmes sont bien en deçà de ce ...

Saul Guerrero

Director of Nutrition

Expert

27 nov. 2012, 07:51

Ceci a été traduit automatiquement.

Salut Alexandra

Il serait intéressant d'entendre les autres commentateurs, mais de ce que je sais ....

1. Seuls les 2-3 programmes de nutrition ont documenté la preuve d'avoir atteint> 85% de couverture.

2. Aucun d'entre eux étaient dans les camps.

Les normes SPHERE sont grands dans la mesure où ils servent de référence commune, et dans une certaine mesure, elles reflètent ce que les programmes de nutrition communautaires peuvent réaliser. Dans mon expérience, cependant, les normes font deux hypothèses pour lesquelles il existe peu de preuves documentées. La première est que les programmes urbains devraient réussir à atteindre une plus grande proportion de cas que les programmes ruraux (70% dans l'ancien, 50% dans le second). Nous savons par expérience que les programmes urbains font face à des obstacles importants (et haute défaillant) qui rend cette hypothèse problématique. Le second, qui vous avez ramassé sur, est que les programmes de camp doivent réussir à atteindre une proportion encore plus élevée de cas (90%). Par expérience, nous savons que les camps ne sont pas statiques, les gens se déplacent dans et hors, les gardiens donnent souvent la priorité des AGR, etc. afin d'attendre la couverture pour atteindre 90% comme une norme minimale est irréaliste, à mon avis.

Quand vous regardez l'ensemble de ces hypothèses, il semble comme la pensée à l'époque où les normes SPHERE ont été développés, était que la proximité physique serait l'élément clé unique d'influencer la couverture d'un programme de nutrition. Nous savons avoir suffisamment de preuves pour suggérer que ce ne est pas le cas, et la couverture est influencée par une série d'autres facteurs.

Mes pensées....

Ernest Guevarra

Valid International

Expert

27 nov. 2012, 09:23

Ceci a été traduit automatiquement.

Je serais curieux d'entendre des collègues du HCR. De ma compréhension, le HCR a fait des enquêtes de couverture (SCCS et / ou SQUEAC) régulièrement depuis quelques années maintenant. Comme l'a dit Saul, nous travaillons sur un ensemble limité de sondages effectués dans les camps (IDP et / ou réfugiés) afin HCR pourrait être en mesure de nous donner un aperçu et une expérience supplémentaires sur cette question.

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

27 nov. 2012, 10:53

Ceci a été traduit automatiquement.

Tout en confirmant certains de ce que Saul a dit et en ajoutant quelques observations ...

Couverture PCMA (1), je l'ai vu (par SCCS et SQUEAC) atteignent 70%, 80%, et même 89%. Cela a été dans une petite poignée de programmes.

(2) Ce sont principalement en milieu rural. Le 89% était d'un cadre mixte au Bangladesh (ie les zones urbaines, péri-urbaines et rurales couverts) avec une livraison très locale. Vous pouvez voir le rapport d'évaluation de SQUEAC ici.

En ce qui concerne SPHERE ... Je ne suis pas contre repères. Je, cependant, ai quelques préoccupations au sujet de la sphère et la PCMA:

(a) Les normes devraient refléter l'utilisation du périmètre brachial que les critères d'admission primaires. L'utilisation de W / H est un connue "couverture tueur".

(b) Les normes peuvent être plus approprié pour les urgences. Voir (c) ci-dessous.

(c) Les normes doivent avoir une dimension temporelle. Cela peut ne pas être si important dans les situations d'urgence comme nous le voulons et vous attendre à avoir une couverture modérément élevé aussi rapidement que possible. Nous avons habituellement beaucoup de ressources associées à la logistique verticales pour nous aider à y parvenir. Je trouve que je suis maintenant regardais souvent à des programmes de PCMA dans différents contextes (c.-à-post-urgence, le développement) avec beaucoup plus faible disponibilité des ressources et des niveaux élevés d'intégration avec les systèmes de santé locaux. Ces paramètres non-urgence présentent un ensemble différent de défis et d'opportunités pour les situations d'urgence. Je pense que dans ces paramètres, nous devons accepter démarrage lent et progressif échelle. Cela signifie que les normes SPHERE sont trop élevés à court et à moyen terme. Dans ces paramètres nos programmes devraient avoir un long terme (durabilité) mise au point. Cela signifie que nous pouvons utiliser (par exemple) SQUEAC sur plusieurs années pour améliorer la couverture jusqu'à ce qu'il dépasse les normes SPHERE. Je dois (par exemple) venons de passer une formation de réseau de suivi de la couverture SQUEACers regardant un programme iCMAM au nord du Kenya qui a fonctionné pendant quelques années avec le soutien des ONG bas niveau (certains soutien logistique mais surtout la formation). La couverture était d'environ 45% et inégale. Il est pas fantaisiste d'imaginer que ce programme avec une meilleure intégration avec le PEV, SFP, GFD, la sécurité alimentaire, MCH, programme ASC, services cliniques, etc .; améliorer le recrutement et la rétention des CBV; une meilleure définition des rôles CBV; le retrait de la W / H confusion sur les sites de la clinique; et un peu de sites de sensibilisation pourraient (au cours des trois prochaines années) atteindre 70% ou% de couverture (contre une norme minimale sphère de 50%) 80. Ici, nous voyons normes SPHERE comme étant trop faible à plus long terme. Voir (d) ci-dessous.

(d) je crains que les normes Sphère peut plafonner l'ambition. Il est souvent nécessaire de souligner que, pour atteindre un minimum ne veut pas dire que vous faites un excellent travail. Tout ce qu'il signifie est que vous ne faites pas un mauvais travail.

(e), reflétant les commentaires de Saul ... Atteindre une bonne couverture de la programmation urbaine se révèle plus difficile que dans les milieux ruraux. Les normes SPHERE semblent être mal informé ici.

(f) réfléchit également les commentaires de Saul ... le terme «camp» est un terme fourre-tout. Les camps de déplacés sont généralement très différente de camps de réfugiés. Certains camps sont bien gérées et certains camps sont si mal gérées que l'on est tenté de penser que "aucune administration pourrait être mieux que cette administration". Camps peuvent aussi être très fluide et sujette à d'importantes variations de population sur de courtes échelles de temps. Ayant dit tout cela ... il devrait être possible de parvenir à une couverture élevée dans un camp bien géré avec PCMA délivré par un capable et engagé la mise en œuvre en partenariat avec une bonne intégration avec d'autres services, un dépistage fréquent, et le dépistage à la réception. Je ne doute, cependant, que la couverture beaucoup au-dessus de 90% est réalisable. Il convient de noter que SPHERE manque de cohérence interne ici. Un défaillant est, par définition, quelqu'un qui nous savons le traitement des besoins, mais ne reçoit pas de traitement (si cela était faux alors ils seraient "sort guéri"). Cela signifie que défaillant est un échec de la couverture directe (il est aussi un échec indirecte de couverture). Avec 15% défaillant nous ne pouvons pas avoir une couverture> 85% par simple arithmétique.

Je pense que les normes SPHERE relatives à la couverture de la PCMA besoin refonte.

J'espère que cela aide.

Alexandra Rutishauser-Perera

International Medical Corps

Utilisateur régulier

28 nov. 2012, 09:38

Bonjour chers experts en nutrition, je suis sur le point d’écrire ma mémoire en Analyse de gestion des intrants nutritionnels pour la prise en charge de la malnutrition Aigue sévère au Burkina Faso.
Je souhaiterai avoir des documentation sur les gestions des intrants nutritionnels dans les pays en développement pour pouvoir faire l’analyse de mes résultats et avoir les avis des experts sur sa faisabilité et la pertinence. Merci

Retour en haut de page

» Afficher une réponse