Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Conseils sur les suppléments en micronutriments post-urgence

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Micronutriments et a des réponses 4. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Hatty Barthorp

Global Nut Advisor / GOAL

Utilisateur régulier

21 juin 2017, 12:45

Est-ce que quelqu'un a des informations d'orientation ou des liens vers des documents décrivant comment les groupes de population doivent être traités pour des déficiences en micronutriments avec des manifestations non cliniques, en situation d'urgence récente ? Le contexte en question fait référence à des réfugiés syriens en Turquie qui ont récemment quitté leur pays d'origine et à la recherche de soins de soins de santé primaires en Turquie voisine. Il est probable qu'un certain nombre de groupes vulnérables, y compris des enfants, des handapés, des personnes âgées et / ou des personnes atteintes de maladies chroniques, souffrent de différentes formes de malnutrition en micronutriments à des degrés divers, étant donné que de nombreux paniers alimentaires fournis en Syrie ne sont pas remplis de micronutriments malgré leur nombre de calories adéquat, sont souvent dépourvus d'un montant de calcium, de fer, divers vitamines B, Vit C, D, E et K (selon une exigence moyenne d'un adulte) adequat, sans parler des besoins supplémentaires de groupes spécifiques à haut risque. De ce fait, j'essaie de savoir s'il existe des lignes directrices. Comment traiter les groupes à haut risque de manière curative, mais en l'absence de tests ou de signes cliniques. Merci beaucoup,

Alison Fleet

Nutrition Specialist, UNICEF

Utilisateur régulier

22 juin 2017, 06:15

Cher Hatty,
Vous trouverez sans doute ces références de l'OMS utiles : http://www.who.int/nutrition/publications/micronutrients/WHO_WFP_UNICEFstatement.pdf?ua=1

Andrew Hall

Nuritionist and parasitologist

Utilisateur régulier

22 juin 2017, 07:37

Bonjour Hatty

Vous pourriez envisager d'utiliser le nouveau logiciel Cost of the Diet développé par Save the Children pour voir si un panier d'aliments répond aux spécifications relatives à l'énergie, aux protéines et aux micronutriments. Voici un lien vers un article récent qui décrit la méthode : https://bmcnutr.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40795-017-0136-4

L'article donne des liens pour télécharger le guide des praticiens, à la fois en anglais et en français, et vous inscrire au logiciel, gratuit.

Si vous présentez un panier d'aliments, vous devriez les trouver dans les tableaux de nourriture intégrés (il y a > 3000 éléments inclus, et de nouveaux éléments peuvent être ajoutés), puis entrez le même prix nominal pour chaque produit afin que le prix relatif ne soit pas un problème dans le calcul et pour que tous les aliments aient une chance égale d'être inclus. Vous voudrez peut-être ajuster le nombre de fois où les aliments sont consommés dans une semaine, afin de rendre la fréquence de la consommation réaliste, ou assumer que le panier d'aliments est la seule source d'énergie et de nutriments, et de voir combien doit être consommé pour respecter les spécifications, si possible. Vous pouvez sélectionner plus de 250 individus pour définir les spécifications en énergie et en nutriments pour les calculs, ou appliquer des familles standard présélectionnées dans le logiciel.

Le logiciel applique l'apport de micronutriments recommandé par l'OMS et la FAO, le RNI, qui est fixé à deux écarts types au-dessus de la moyenne (et non pas la moyenne) pour minimiser le risque de carence. Cela signifie que les montants dépassent les besoins pour 95% des personnes. La quantité d'énergie est cependant fixée à la moyenne, donc ne répond aux besoins que pour 50% des individus. Comme les besoins réels en énergie et nutriments d'un individu donné sont habituellement inconnus, l'approche est basée sur la probabilité, donc je préfère utiliser le terme «spécifications» plutôt qu' «exigences». Le logiciel prend également une approche probabiliste: les utilisateurs peuvent ajuster les RNI dans le logiciel entre le 1er et le 99e percentile (le RNI est défini au percentile 97.725), ainsi que beaucoup d'autres, pour faire des calculs du style «que faire si» ?

Si vous craignez que les quantités de micronutriments fournies par les aliments soient largement insuffisantes, vous pouvez ajouter des aliments au panier et voir ce qui se passe. À ce moment-là, le coût peut être un problème, donc vous devrez peut-être entrer le coût réel pour 100 g de chaque aliment. Le logiciel peut être un outil utile pour améliorer la qualité nutritionnelle d'un panier alimentaire, si d'autres aliments peuvent être ajoutés à faible coût. Le logiciel, comme son nom l'indique, peut vous aider à estimer ce coût.

Hatty Barthorp

Global Nut Advisor / GOAL

Utilisateur régulier

22 juin 2017, 13:17

Merci à vous deux, Alison et Andrew, pour vos réponses. Alison, j'avais déjà examiné la déclaration conjointe sur la « prévention et le contrôle des micronutriments dans les populations touchées par une situation d'urgence », mais je ne suis pas sûr que cela soit approprié dans notre contexte. Mon problème avec ce guide est qu'il s'agit de la gestion des carences en micronutriments dans les contextes d'urgence, mais le groupe de population avec lequel nous travaillons est formé de nouveaux réfugiés en Turquie vivant dans la population d'accueil, ayant accès à leur nourriture de manière autonome et donc, leur situation ne peut pas être classée comme situation d'urgence (em) sur une durée définie. Deuxièmement, cela ne s'applique qu'aux personnes handicapées et aux enfants de 6 à 59 ans, alors que parmi les réfugiés récents, il est probable que tous les membres d'une famille aient été soumis à des déficiences nutritives prolongées pendant leur séjour en Syrie. En tant que tel, j'essaie de déterminer s'il serait approprié de fournir (par le biais de services de santé spécialisés pour les populations de réfugiés) quelque chose comme un supplément de micronutriments multiples (MMS), sous la forme d'une poudre à ajouter aux aliments familiaux ou de suppléments nutritifs à apporter à la maison pour adultes et enfants > 6 m, pour une période de temps limitée (par exemple, 2 mois), en vue d'essayer de reconstituer les réserves de nutriments (en l'absence d'aide alimentaire ou d'accès à des rations alimentaires enrichies). Pour les nutriments fonctionnels de type 1, tels que le fer, le calcium et diverses vitamines, il y a des stockages corporels, mais il est probable que ceux-ci soient épuisés et doivent être reconstitués. Pour les nutriments de croissance de type 2, où il n'y a pas de stockages corporels significatifs, ceux-ci devront évidemment continuer d'être fournis (en conjonction avec des nutriments de type 1) par l'intermédiaire d'un nouveau régime après la cessation des suppléments.
Andrew, je ne suis pas sûr que le coût de l'outil diététique soit approprié ici (corrigez-moi si je me trompe). Comme l'a souligné l'article que vous avez présenté sur le sujet, « il ne s'agit pas d'un outil pour planifier un régime alimentaire, ni d'analyser le contenu nutritif des aliments dans un régime donné ». Comme nous ne jouons pas un rôle de fourniture d'aide alimentaire dans ce contexte, cherchant plutôt à fournir des soins de santé primaires avec un soutien nutritionnel intégré, je fonde mon hypothèse sur la pensée selon laquelle les réfugiés récemment déplacés ont vécu sur la base de régimes nutritionnellement incomplets pendant un certain temps ( en Syrie) et arriverent donc sans doute en Turquie avec un certain nombre de carences sous-jacentes. J'aimerais essayer de faire en sorte que cela soit reconnu et que le problème soit traité en connaissance de cause. Les manifestations cliniques en matière de nutriments de type 1 ne seront pas toujours évidentes, et encore moins avec les nutriments de type 2.

Hatty Barthorp

Global Nut Advisor / GOAL

Utilisateur régulier

28 juin 2017, 13:33

Quelqu'un at-il eu l'expérience du traitement de groupes de population avec des carences présumées en micronutriments basées sur une évaluation indirecte de l'apport alimentaire ?

Retour en haut de page

» Afficher une réponse