Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Nutrition et maladies non transmissibles

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Partenaire de recherche et a des réponses 1. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

RABECCA BANDA MWEWA

Nutritionist

Utilisateur régulier

12 sept. 2016, 11:55

Je travaille comme Nutritionniste principal dans la province de Lusaka en Zambie. Il y a eu une augmentation de la morbidité de l'hypertension et le diabète dans les hôpitaux de la province. Je voudrais mener une recherche opérationnelle sur la prévalence réelle et les causes afin que je nous pouvions élaborer des stratégies pour résoudre le problème. Ma demande est d'obtenir une assistance sur la façon dont je devrais procéder pour faire une recherche opérationnelle sur les causes des maladies non transmissibles liés à la nutrition et comment concevoir des stratégies pour y remédier.

Jean Claude NKURUNZIZA

National REACH Facilitator

Utilisateur régulier

13 sept. 2016, 11:45

Bonjour cher collègue
Je te partage un extrait tiré de l'aide-mémoire de l'OMS: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs355/fr/

Qui est exposé au risque?

Toutes les tranches d’âges et toutes les régions sont affectées par les MNT. On les associe souvent aux groupes plus âgés, mais les faits montrent que plus de 9 millions des décès attribués aux maladies non transmissibles surviennent avant l'âge de 60 ans. 90% de ces décès «prématurés» sont enregistrés dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Les enfants, les adultes et les personnes âgées sont tous vulnérables aux facteurs de risque, qu’il s’agisse de la mauvaise alimentation, de la sédentarité, de l’exposition à la fumée du tabac ou des effets de l’usage nocif de l’alcool.

Ces maladies sont induites par des phénomènes tels que le vieillissement, l’urbanisation rapide et non planifiée et la mondialisation des modes de vie défavorables à la santé. Par exemple, la mondialisation de la mauvaise alimentation peut se traduire au niveau individuel par une augmentation de la tension artérielle, de la glycémie, de la lipidémie, par le surpoids et l’obésité. On les appelle des «facteurs de risque intermédiaires» pouvant entraîner des maladies cardiovasculaires, qui font partie des MNT.

Facteurs de risque

Facteurs de risque comportementaux pouvant être modifiés
Le tabagisme, la sédentarité, la mauvaise alimentation et l’usage nocif de l’alcool augmentent le risque ou sont la cause de la plupart des MNT.

On impute au tabac près de 6 millions de décès par an (6 millions par tabagisme direct et 600 000 par exposition à la fumée des autres) et, selon les projections, ce chiffre devrait augmenter pour atteindre 8 millions d’ici 2030.
On impute environ 3,2 millions de décès par an à une activité physique insuffisante.
Environ 1,7 million de décès sont imputables à une faible consommation de fruits et de légumes.
La moitié des 2,3 millions2 des décès dus à l’usage nocif de l’alcool sont provoqués par des MNT.
Facteurs de risques métaboliques/physiologiques
Ces comportements entraînent principalement quatre modifications métaboliques/physiologiques augmentant le risque de MNT: hypertension artérielle, surpoids/obésité, hyperglycémie (trop de sucre dans le sang) et hyperlipidémie (trop de lipides dans le sang).

En nombre de décès imputables, le principal facteur de risque de MNT est l’hypertension artérielle (à laquelle on attribue 16,5% des décès dans le monde (1)), suivie du tabagisme (9%), de l’hyperglycémie (6%), de la sédentarité (6%) et du surpoids ou de l’obésité (5%). Le problème du surpoids chez les jeunes enfants croît le plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

J'espère que ça pourra aider à approcher ta recherche.
Bonne continuation

Retour en haut de page

» Afficher une réponse