Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

SFP - Quel est le problème avec eux et pouvons-nous résoudre ce problème?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Prévention et traitement de la malnutrition aigue modérée et a des réponses 8. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Anonyme 432

ECHO

Utilisateur régulier

12 août 2010, 08:43

Ceci a été traduit automatiquement.

Dernières après (et al) le papier de Carlos Navarro-Colorado sur l'efficacité de la SFP il ya une tendance à se détourner d'eux que le message semble être mal interprété. Avons-nous vraiment de les supprimer ou de faire, nous devons être plus intentionnelle et plus prudent sur la façon dont les DPU sont desigend et mis en œuvre?

Anonyme 184

Utilisateur régulier

12 août 2010, 10:48

Ceci a été traduit automatiquement.

Peut être il est important que Carlos et ENN fournissent un résumé concis des messages clés de cette étude afin de réduire le niveau de misintepretation d'un article bien écrit.

Tamsin Walters

en-net moderator

Modérateur

13 août 2010, 14:57

Ceci a été traduit automatiquement.

De Jeremy Shoham, ENN:

Cher Questionner

Il est bon d'être en mesure de répondre à cette question sur le net pour en-un. Carlos et ses co-auteurs ont à plusieurs reprises me sentais un peu mal à l'aise à propos de la façon dont les résultats de l'étude (mesure de l'efficacité des programmes d'alimentation complémentaire en cas d'urgence) ont été représentés dans les rapports et les déclarations ultérieures. L'étude était basée sur des ensembles de données 82 du programme de 16 agences qui effectuent SFP d'urgence. Les principales conclusions étaient que <40% des programmes réalisés normes SPHERE pour les indicateurs clés et que la principale raison pour cela était haute défaillant. L'étude a également constaté que la grande majorité des programmes ne recueillent pas de données sur la couverture du programme, mais que sur ceux qui ont fait la couverture médiane des enfants modérément malnutris était de 21%. L'étude a ensuite conclure que la performance étant donné la faiblesse du programme (en raison principalement de haute défaillant) et un faible impact de la couverture du programme des programmes au niveau de la population étaient susceptibles d'être limitée. Une autre constatation clé de l'étude est que le suivi du projet était extrêmement faible afin que les données devaient être ré-analysé afin d'interpréter la performance. En outre, il n'a pas été possible de tester les associations de potentiels clés ou des corrélations avec des facteurs contextuels en raison de la faiblesse des systèmes de reporting.

Les auteurs ont ensuite fait un certain nombre de recommandations fondées sur ces conclusions. Ceux-ci étaient comme suit;

i) La nécessité d'élaborer un ensemble de rapports minimum pour SFP

ii) La nécessité de mener une étude quantitative sur les causes de défaut dans un nombre de DPU dans différents contextes

iii) la nécessité de tester les modalités alternatives pour lutter contre la malnutrition modérée en cas d'urgence au niveau de la population

Depuis la publication des résultats de l'étude en 2006 et par le biais de l'HPN en 2008, l'ENN et SC UK ont reçu des fonds pour travailler sur les trois domaines. Nous avons maintenant produit une trousse de déclaration minimale qui est dans les dernières étapes de développement et est actuellement à l'essai au Soudan et en Ethiopie. Le paquet contient des lignes directrices de rapports et logiciels associés.

Nous sommes également dans les étapes finales d'une étude de défaillant qui a été menée dans trois pays (le Tchad, le Soudan et le Kenya). Cette étude a recueilli des données sur une période de neuf mois et implique le suivi des défaillants et la mise en œuvre d'un questionnaire standardisé. Les résultats seront à la fin de l'année et il est espéré que ces jetteront la lumière sur la complexité des raisons de défaut et donc comment les programmes peuvent être mieux conçus pour minimiser défaillant.

Nous venons également entrepris une vaste étude qui examinera d'autres moyens possibles de lutte contre la malnutrition modérée au niveau de la population, par exemple le transfert de trésorerie, élargi rations générales, SFP décentralisés, de la trésorerie et de la nourriture. Cette étude est encore dans son début, mais tentera de comparer le coût-efficacité des différentes approches, y compris des mesures de résultats tels que l'impact de la population.

L'auteur de la question en-net sera également conscient qu'il existe actuellement un grand nombre d'études comparant l'efficacité de différents produits alimentaires dans le traitement de la MAM. Ces études cherchent à montrer de meilleurs résultats que ceux obtenus avec les «anciens» rations de CSB.

Le travail décrit ci-dessus a été entrepris précisément parce que nous ne savons pas assez sur la façon d'aborder MAM dans chaque contexte. Le 82 étude de programme original a tenté d'être clair que les auteurs ne recommandent pas pour une cessation des SFP d'urgence. La conclusion était beaucoup plus nuancée, soit il se peut que l'approche traditionnelle de la SFP d'urgence ne convient pas à tous les contextes. Il ya donc des questions clés quant à savoir si nous pouvons définir les contextes où SFP d'urgence sont appropriées et les contextes où d'autres approches peuvent être considérées comme plus approprié. Manifestement, il ya un long chemin à parcourir pour répondre à ces questions. Au moment de l'approche seulement essayé et testé pour répondre MAM en cas d'urgence est par SFP. Bien que les conclusions de l'étude du programme 82 SFP sont inquiétants, ils nous l'espérons dans l'avenir mener à mieux conçus SFP ainsi que d'autres modèles de traitement et de prévention potentiels qui peuvent être utilisés dans une variété de contextes. Le message de l'étude est donc très certainement pas pour arrêter employant SFP d'urgence en cas d'urgence, mais d'explorer de meilleures SFP conçus et d'autres approches ne comportant pas une alimentation complémentaire qui sont conseillés et peut être utilisé dans une variété de contextes d'urgence.

Je souhaite que cela répond à certaines des préoccupations soulevées par le correspondant en-net et s'il vous plaît se sentent libres de soulever d'autres questions connexes, si vous le souhaitez.

Jeremy Shoham

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

15 août 2010, 10:31

Ceci a été traduit automatiquement.

C'est une question intéressante. Il semble que la constatation que les DPU suivent les méthodes actuelles ont tendance à être des programmes à faible impact a été traduit dans une vue que nous avons rien à offrir aux enfants MAM. La position correcte serait, à mon avis, est que nous avons besoin de travailler sur la façon de fixer SFP. Pour être juste envers Carlos et ses collègues, le rapport ne remet pour l'essai de modèles de SFP alternatives. Je sais que cela a été financé et que les décisions sur lesquelles les modèles de prestation seront testés sera faite bientôt. Espérons qu'ils choisissent bien.

Anonyme 184

Utilisateur régulier

16 août 2010, 09:14

Ceci a été traduit automatiquement.

Cher Tamsin, Jeremy et Mark,

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à ma chaîne de préoccupations, je suis entièrement d'accord avec votre réponse. Comme quelqu'un l'a mentionné plus tôt, je parie que la quête d'une PCMA / CTC comme solution a créé à la fois négatif et positif anxiété amongsts acteurs pour essayer de trouver la solution miracle pour MAM. Étant donné que la littérature opérationnel le SFP / MAM est soit rare ou tout ce qui est availble est limité dans la fourniture de la «solution rapide à droite" de munitions au problème, alors vous serez d'accord avec moi que opérationnellement les chances d'utiliser les informations disponibles afin de fournir "deviner" orientation dans le processus de réponse est presque la seule option immédiate.

Y at-il canal large de la communication qui peut être utilisé pour préciser les résultats de l'étude et de souligner le travail passionnant en cours sur défaillants, MRP etc? Je ne sais pas. Je sais que l'en-net est l'un des canaux de communcation informelles très utiles et largement répandues qui influe fortement sur le monde de la nutrition, en plus de ce que ce serait l'autre canal de communication qui peut être utilisé pour assurer que la clarté / des discussions sur la un sujet important des retombées pour les décideurs à l'AC et au niveau opérationnel?

Merci encore

Roselyn

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

17 août 2010, 12:50

Ceci a été traduit automatiquement.

Roselyn,

Il est un commentaire intéressant sur l'anxiété parmi les acteurs concernant un CTC comme projet pour SFP depuis la CCT agences fendus de travail originaux et d'autres dans "pour" et "contre" les camps. De nombreux organismes qui ont eu un investissement important dans les PTF en garderie ont rejoint le "contre" camp. Je ne suis pas sûr que de nombreux organismes ont un investissement de manière significative dans les SFP pour MAM et cela peut ne pas être un problème aussi grave ..

Je pense qu'une partie du problème est que nous ne sommes pas sûr de ce que nous entendons par «SFP». Je l'ai fait un peu de travail pour l'OMS sur MAM définition de cas et fait une recherche documentaire sur les critères d'admission pour les SFP. Qu'est-ce qui est venu était SFP admettent sur une gamme de anthropométrique (c.-W / H, H / A, W / A, PB, et les combinaisons) et divers et variés des critères sociaux et économiques. Certains visent à la prévention primaire, certains à la prévention secondaire (par exemple détecter les troubles de la croissance dans les BPF et utiliser SFP pour prévenir le retard de croissance), certains se contentent de traiter (cas par exemple de MAM). Certains sont «couverture». Certains sont «ciblées». Je suis tombé sur un même quelques SFP de "couverture ciblée» (quels qu'ils soient -? Toutes les idées). Certains donnent ATPE. Certains donnent ASPE. Certains donnent CSB. Certains donnent pas beaucoup du tout. Certains donnent de l'argent (je pense que ceux-ci ne peuvent pas être correctement appelé programmes d'alimentation complémentaire depuis billets et les pièces ont une valeur nutritive négligeable ... ce sont des programmes de sécurité sociale). Certains traitent 6-36 mois. Certains traitent de 6-59 mois. et ainsi de suite. Lorsque nous cherchons des lignes directrices et des rapports de terrain nous obtenons une masse d'informations contradictoires.

Je crains que les efforts actuels sont assez ciblée. Par exemple, le projet qui a écrit sur Jeremy comprend élargi GFD, régimes de trésorerie / de coupons, monétaires et alimentaires, couverture SFP et décentralisée SFP). Cela reflète, je pense, la confusion entourant SFP. Une approche large sera peut-être porter ses fruits. Nous devons examiner attentivement l'ensemble de ces modes de programme. Je préfère, cependant, une approche plus axée «verticale».

Je pense que la première chose que nous devons faire est de définir "SFP" est un certain sens utile et spécifique. Il pourrait même être utile de faire un nouveau terme (des suggestions?). Pour commencer le bal, je pense que nous pouvons limiter ce que nous entendons par la SFP à être à propos de "constatation, le recrutement et le traitement des cas d'émaciation modérée chez les enfants âgés entre 6 mois et 3 ou 5 ans», nous pouvons élaborer avec "une couverture élevée »,« faible défaillant "," taux de guérison élevé "," taux de rechute faibles ", & c. Il est sur le traitement de la MAM et la prévention de SAM fonte comme un programme de survie de l'enfant.

Obtenir ce type de SFP droit pourrait être beaucoup de travail. Nous aurons besoin de deux "vider l'excédent" SFP d'urgence de haut en bas et de programmes plus souples qui permettraient de mieux endroits de costume comme le Bangladesh où la programmation centralisées avec des frais généraux élevés de logistique peuvent échouer face à des inondations et la perte de l'infrastructure.

Torben Bruhn

Health & Nutrition Expert / EC (ECHO)

Utilisateur régulier

18 août 2010, 07:08

Ceci a été traduit automatiquement.

Chers tous.
Une "solution de facilité", une solution rapide si vous le souhaitez, ce qui pourrait effectivement faire un certain sens (dans ma tête toute façon), serait d'arrêter de parler malnutrtion aiguë modérée et sévère tous ensemble, et tout simplement se contenter de la malnutrition aiguë.
Tous les enfants souffrant de malnutrition aiguë devraient naturellement recevoir un traitement en fonction de leur maladie / affection, vis-à-vis des protocoles / PCMA / imam de la CCT, et pourraient au Bureau du Procureur et / ou au niveau du centre de santé de recevoir ce qu'ils ont besoin de soutien. De cette façon, nous serions tout à fait déposer SFP, d'introduire déjà reconnu, testé et approuvé ATPE est pour le traitement de tous les enfants souffrant de malnutrition.
Certes, cela signifierait une augmentation significative du nombre de cas sur les sites du Bureau du Procureur et les établissements de santé, mais la simplification de l'approche, à savoir une seule approche pour tous malnutrition aiguë, l '"incorporation" des enfants de MAM dans OTP et / ou les établissements de santé, serait / doit assurer un meilleur résultat pour ces enfants.
Et à la fin de la journée, de perdre du temps, de l'argent et de l'énergie sur les mauvais fonctionnement SFP, avec un nombre important d'enfants MAM sur SFP glisser dans la malnutrition sévère et ont besoin d'un PTF, est quelque chose de même les donateurs peuvent se rapporter à.
Quoi qu'il en soit, ces quelques pensées parasites sur un mercredi matin.
Tous les meilleurs - Torben

Dr Basil Kransdorff - e'Pap Technologies - info@epap.co.za

CEO - e'Pap Technologies

Utilisateur régulier

18 août 2010, 13:52

Ceci a été traduit automatiquement.

Torben - vos pensées parasites ont frappé taureaux oeil à mon avis. Si l'on regarde l'industrie de la nutrition dans le cadre de lutte contre la malnutrition - on a besoin pour devenir un linguiste avec un doctorat à parcourir les actonyms interminables qui ont été créés dans quel but je me demande. LOI ARI ART CMAMIMCI MAM MUAC NNP OTP OEV PTME ASPE ATPE SAM SST TFC WFA FMH WHM ils vont sur et sur. Je pense que l'industrie de la nutrition a perdu l'intrigue et que beaucoup de ces acronysms sont inventés pour cacher et masquer des produits et des programmes qui ne peuvent pas répondre aux besoins des organismes pour aider à faire en nutriments regorge stupides. Les règles doivent changer à la création d'un seul objectif - REPLETENESS des éléments nutritifs qui comprend - pour un être humain d'être fonctionnelle - ils doivent être remplis de nutriments dans toutes les micro et macro-nutriments. Toutes les conditions nutritionnelles de la plus extrême de deficincies nutriments sont à mon avis une condition de la malnutrition. Un Américain obèse qui est micro déficients en éléments nutritifs est physiologiquement dysfonctionnel est une malnutrition africaine et devrait être la cible d'une interevntion de nutrition efficace. Solutions de pièce ou d'allégations sur l'étiquette stupide ou acronymes unfathonable qui ont pas de possibilité scientifique d'aborder l'objectif de repleteness nutriments jouent juste chaises musicales qui attribuent tous ces noms de fantaisie pour créer une illusion qu'ils ont de la valeur dans addresing malnutrition. Si ils ne peuvent pas faire une regorge d'éléments nutritifs être humain - ils ont peu de valeur en faisant un être humain physiologiquement fonctionnel. Si on évalue un grand nombre de produits utilisés pour traiter la malnutrition dans le contexte de l'élément nutritif REPLETENESS objectif - la plupart sinon tous seront mis là où ils appartiennent - dans la poubelle. Peut-être que nous pouvons commencer à inverser la tendance sur la pauvreté si nous changeons le focus à rendre les victimes de la pauvreté fonctionnelle des êtres humains qui peuvent participer à des solutions.

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

18 août 2010, 15:26

Ceci a été traduit automatiquement.

Torben: Je ne suis pas sûr à propos de "solution de facilité" mais l'idée que nous traitons la malnutrition aiguë dans un programme plutôt que de SAM et MAM dans des programmes séparés est un très bon. La documentation de la CCT début (papier HPN 'par exemple Steve Collins) ont proposé un modèle similaire et les programmes de la CCT début eu généralement des composants bien intégrés OTP et SFP. Cela a eu l'avantage d'avoir un programme de faible intensité pour décharger précédemment SAM enfants dans les problèmes d'interface et réduit entre les deux composants de sorte que (par exemple), nous ne gardons pas de non-réponse MAM enfants dans SFP. Les premiers CTC avaient souvent OTP et SFP sur le même site le jour de la dame. Ce niveau d'intégration est souvent absente dans les programmes PCMA. L'année dernière je évaluer un programme assez bien fait PCMA dans lequel l'obstacle majeur à la couverture OTP était que les non-répondeurs à SFP se sont détériorées au SAM et cela n'a pas été détecté. Le Bureau du Procureur et de SFP ont été exécutés par la même agence, mais l'interface couru dans une seule direction (OTP -> SFP). Vous avez bien vu ce genre de chose aussi. Je pense que vous avez raison de soulever la question de la charge de travail sur les sites du Bureau du Procureur. Cela pourrait être traitée par de bons systèmes de files d'attente et c. mais, je suppose, nous aurons toujours besoin d'une certaine division entre SAM et MAM (ou autre) de conserver les numéros et les temps d'attente à gérer et à faire le meilleur usage du temps infirmier / médecin. Une interface forte avec un minimum de formalités pour le transfert entre le programme des armes est nécessaire que la surveillance est bon dans le bras SFP.

Basile: Il ya beaucoup de TLA (trois acronymes lettre) dans tout domaine d'activité et de la nutrition d'urgence ne fait pas exception. Souvent, ils sont pratiques comme lorsque nous utilisons MUAC plutôt que de l'épeler en plein. Dans ce cas, il ya une signification claire. À d'autres moments les acronymes obscurs et confondre. Ce fil est sur le SFP. Le terme SFP n'a pas de signification claire (voir ci-dessus). Quand un terme manque de sens donc clair que nous devons faire quelque chose. Nous devons ferroviaire againt certains acronymes, mais vers le rail contre tous les acronymes me paraît stupide. Je ne pense pas qu'il y ait une intention d'exclure ou de mystifier dans l'utilisation des acronymes par la grande majorité des gens dans notre domaine, mais certains termes (par exemple SFP) peut être difficile à cerner. D'autres, plus compétents que moi peuvent commenter sur votre concept de "repleteness des éléments nutritifs». Je peux vous donner mon point de vue comme un épidémiologiste agiotage ... il me semble que "repleteness nutritionnel» et «physiologiquement dysfonctionnel» en tant que propriétés d'un individu pourrait être difficile et coûteux de mesurer et de surveiller et de tout ce qui est difficile et coûteux de mesurer un impact négatif sur la couverture et augmente les coûts de programme. Voilà pourquoi nous utilisons l'anthropométrie brut pour le dépistage des cas, l'admission, la surveillance, et la décharge dans un grand nombre de nos programmes. Comme pour "repleteness nutritionnel» comme une propriété des produits / régimes que nous utilisons ... des produits tels que F75 et F100 (lait, pâte, comprimé "biscuit", & c.) Ont été conçus et testés pour l'efficacité clinique. Cela dit, je me souviens d'un article publié il ya quelques années qui a comparé les mélanges de céréales et de légumineuses fortifiées défavorable avec, je pense, la nourriture sèche pour chats.

BTW ... Je ne suis pas familier avec e'Pap et une recherche documentaire (rapide) n'a retourné aucun des essais d'efficacité publiés.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse