Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Comment juste et précise était la couverture médiatique de la crise en Haïti? Devrions-nous, en tant que secteur, essayer de tenir les médias à une plus grande compte? Comment pourrions-nous le faire?

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Questions intersectorielles et a des réponses 2. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Tamsin Walters

en-net moderator

Modérateur

4 juin 2010, 11:10

Ceci a été traduit automatiquement.

Au cours de la phase précoce de la récente crise en Haïti, est devenu l'ENN
de plus en plus exaspéré par de nombreux aspects de la couverture médiatique. Points clés
de discorde étaient; inexactitude de l'information, le manque de contexte historique et
compréhension du système humanitaire, non-reconnaissance ou
représenter les contraintes sur le terrain, le manque d'équilibre et la tendance
vers le sensationnalisme et «mauvaises nouvelles». Cela n'a pas été limitée aux médias en général
rapports, mais en morceaux dans le Lancet et le British Medical Journal, par exemple. ENN a écrit une
nombre de lettres de plainte dont l'un a été publié dans le Lancet en
critique de leur éditorial (voir ci-dessous).

Nous serions très intéressés de savoir si d'autres personnes travaillant dans notre secteur
étaient également frustré par cette couverture médiatique et si oui, quelles vues
Les gens ont quant à savoir si et comment notre secteur peut être en mesure de tenir la
les médias à plus de compte?


Nous prenons problème avec l'opinion exprimée dans l'éditorial du Lancet du 23 Janvier
que «la situation en Haïti est chaotique, dévastatrice, et tout, mais
coordonné ". Nous avons travaillé dans le secteur de la nutrition d'urgence pour
plus de 20 ans et qui ont vu d'énormes améliorations dans la coordination des
intervention d'urgence depuis le génocide au Rwanda.

Une des améliorations les plus importantes ont été la mise en œuvre de la
approche cluster en tant que partie du processus de réforme humanitaire qui vise à
combler les lacunes et renforcer l'efficacité de la réponse humanitaire
à travers la création de partenariats. Il ya pôles mondiaux représentant onze
domaines d'activité humanitaire. L'un d'eux est le pôle Nutrition.

Dirigée par l'UNICEF, le Pôle Nutrition comprend 33 agences internationales
(Nations Unies, des ONG et des universitaires / de recherche) les organisations impliquées dans la réponse aux
urgences. Haïti a été la plus grande catastrophe de profil dans la vie de
le Pôle Nutrition à ce jour et le Cluster Nutrition a augmenté à la
contester avec vigueur.

Le cluster Nutrition a pris le rôle de la coordination dès que le
tremblement de terre. Vingt-deux organisations locales et internationales sur le
sol sont impliqués dans les services de santé et de nutrition. Ces organisations
sont mis à jour sur une base régulière à travers des «SitReps» qui détaillent nutritionnel
besoins, les activités des différents organismes, d'identifier les lacunes et les contraintes,
et convenir des actions futures. Des conférences téléphoniques régulières sont convoquées à convenir
stratégie et pour recevoir les dernières informations sur les développements en Haïti.
Il est un représentant du Groupe nutrition sur le terrain qui est arrivé à
Haïti avec quelques jours du tremblement de terre.

Alors que la situation en Haïti est certainement chaotique et dévastatrice, qui est
guère surprenant étant donné l'ampleur et la vitesse de début de la crise, nous
contester The Lancet de fournir la preuve de l'absence de coordination dans
la santé et la nutrition. En outre, l'éditorial du Lancet a complètement
pas réussi à mettre en évidence les contraintes sur le terrain. Agences des Nations Unies et les ONG internationales
perdu un grand nombre de personnel dans le désastre de ne pas mentionner les stocks et
infrastructure logistique. Dans le même temps, il ya eu une capacité limitée
des agences de contrepartie du gouvernement de travailler avec la communauté internationale
reflétant à la fois la faible capacité du gouvernement avant le séisme et le
impact du tremblement de terre la capacité qui existait. Nos données suggèrent que
Affirmations Lancet d'une mauvaise coordination et le chaos sont tout simplement fausses. Nous sommes
irrité par le sniping constante des médias et sont franchement surpris que
une publication comme le Lancet écrit sensationnaliste et mal
éditoriaux recherches qui seraient beaucoup plus à l'aise dans la presse tabloïd.

Karleen Gribble

Assoc Prof Western Sydney University

Utilisateur régulier

22 juin 2010, 00:54

Ceci a été traduit automatiquement.

Il pourrait commencer par plusieurs organisations humanitaires de mettre des communiqués de presse que refect fidèlement la situation et les préoccupations des organisations. Je surveillais la réponse de médias en relation avec les questions de l'alimentation infantile en Haïti et qui est généralement le cas, il y avait beaucoup d'appels pour les produits laitiers (y compris les préparations pour nourrissons) à être collectées, beaucoup de rapports de collecte et de distribution de ces produits. Il n'y avait pas beaucoup de communiqués de presse pour orgs d'aide contrer ces croyances. Analyse des situations d'urgence antérieures a montré que la presse écrite en particulier, utilisent souvent des déclarations dans les communiqués de presse presque mot pour mot. Donc, un bon début pour obtenir une meilleure information dans les médias serait d'avoir l'information (toutefois controversée qu'elle soit) dans les communiqués de presse.

Tamsin Walters

en-net moderator

Modérateur

18 janv. 2011, 11:14

Ceci a été traduit automatiquement.

Directeur de l'ALNAP, John Mitchell, a écrit un blog la semaine dernière au sujet de la réaction des médias à l'anniversaire d'un an du séisme en Haïti, ce qui incite les commentaires et la discussion à partir des chiffres dans le secteur humanitaire, y compris Sir John Holmes (ancien Sous-Secrétaire général pour les humanitaires Affaires), Barbara Stocking (Chief Executive, Oxfam GB) et Jemilah Mahmood (, Service d'intervention humanitaire en chef, le FNUAP).

Voir: http://www.alnap.org/blog/23.aspx

Retour en haut de page

» Afficher une réponse