Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Intégrer composante nutrition dans les programmes de la trésorerie et des bons

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Aide alimentaire et a des réponses 5. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Judith Mutala

Nutritionist/WFP-Kenya

Utilisateur régulier

1 avr. 2015, 19:35

Ceci a été traduit automatiquement.

Avec l'évolution actuelle de l'aide alimentaire à utiliser espèces et de bons comme l'une des modalités de transfert, il ne sait pas comment aspects de la nutrition peuvent être abordés. Dans les milieux de réfugiés, où les bénéficiaires comptent majorly sur le panier de la ménagère, l'implication de remplacer une partie du panier alimentaire ration avec une trésorerie / bons demeure incertaine étant donné le risque de détournement des bénéficiaires de l'argent pour non-alimentaire ou non - des éléments nutritifs.

Sanne Bakker

Nutrition Officer

Utilisateur régulier

2 avr. 2015, 02:43

Ceci a été traduit automatiquement.

Cher Judith,

Du PAM au Bangladesh déplacé il ya 6 mois du panier alimentaire de transfert d'argent dans les camps de réfugiés. Je recommande d'entrer en contact avec nous pour nos leçons apprises (wfp.dhaka@wfp.org).


Sarah Oteri

Utilisateur régulier

2 avr. 2015, 06:25

Ceci a été traduit automatiquement.

Judith, ceci est une bonne question. Les réfugiés ont été engagés dans la conception de cette phase o le programme? Je sais par les conclusions de la confiture, des besoins non d'éléments de la nourriture ont été la raison de la ration de vente de réfugié et il ya une raison ils seront susceptibles de détourner l'argent de la nourriture à des produits non alimentaires. L'approche participative est la clé de la réussite du programme. Embrassons-nous, il.
Le nutritionniste du Bangladesh s'il vous plaît de partager les leçons apprises avec nous tous. Vous pouvez créer un lien ici.

Anonyme 2611

CaLP Technical Coordinator

Utilisateur régulier

2 avr. 2015, 14:47

Ceci a été traduit automatiquement.

Il est peut-être aussi un bon cas pour concevoir et non une subvention polyvalente qui abordera toutes les bases besoins de la population de réfugiés et ainsi prévenir le détournement de l'argent pour la nourriture à d'autres besoins pressants.

Asfia Azim

Nutrition Advisor

Utilisateur régulier

4 févr. 2018, 08:45

Salut à tous,
Nous prévoyons d'introduire un bon de nutrition dans les zones urbaines où les femmes enceintes et allaitantes ciblées recevront un bon de nutrition et le montreront à l'épicerie et recevront une ration alimentaire supplémentaire.
Je cherche donc votre avis sur quel type d'aliments (sauf les céréales) nous devrions considérer pour assurer une nutrition optimale pour les femmes enceintes et allaitantes? Combien de montant est requis?
Y a-t-il de la documentation disponible à citer?
Je vous remercie.

Dr Charulatha Banerjee

Regional Knowledge Management Specialist Asia

Utilisateur régulier

5 févr. 2018, 05:27

Chère Asfia,

Garder à l'esprit le contexte du Bangladesh et, comme vous le mentionnez, les besoins en céréales sont peut-être couverts, ce qui serait le plus important serait de répondre aux besoins en protéines et en matières grasses. Les légumineuses et l'huile peuvent être achetées à l'épicier, peut-être même des œufs - mais qu'en est-il de la viande et du poisson - qui sont des sources essentielles de protéines mais que nous savons bien qui sont hors de portée de la plupart des familles pauvres. Votre bon d'achat sera-t-il utile pour les achats dans les étals de boucherie/poissonerie locales ? Est-ce qu'un système qui concilierait une partie en cash et une partie bon d'achat une possibilité ? Beaucoup de femmes dans les zones urbaines travaillent en dehors de chez elles - dans les usines de confection / comme aide domestique etc. - donc leur achat d'épicerie ne se fait pas toujours dans la localité où elles habitent - je suis certaine que votre bon pour les aliments frais devra s'étendre au delà de leur quartier résidentiel. Cela peut être un énorme défi logistique. D'où la suggestion mi-cash, mi-bon d'achat. Je suis très désireuse d'en apprendre davantage sur la façon dont l'intervention urbaine se déroule et progresse. J'espère que mon commentaire est utile.

Salutations, Charulatha

Retour en haut de page

» Afficher une réponse