Menu ENN Search
Changer la langue : English Français

Comment évaluer la couverture et les défis de la couverture dans le programme de fortification de la maison

Cette question a été affichée dans le forum de discussion Evaluation de la couverture et a des réponses 2. Rassurez-vous de laisser le sujet inchangé Répondre par email.

» Afficher une réponse

Roman

Utilisateur régulier

4 août 2014, 04:28

Ceci a été traduit automatiquement.

La prévalence de la malnutrition, comme l'anémie est très élevé parmi les cinq sous enfants dans les pays sous-développés. Pour améliorer l'anémie, l'état nutritionnel des ONG ont été prises programme d'enrichissement d'accueil en introduisant micronutriments Poudres (MNP). Maintenant, nous voulons évaluer la couverture et les défis de la couverture dans le programme de fortification de la maison en se concentrant sur l'utilisation du MNP par les soignants, conseils en nutrition et des campagnes de sensibilisation, les politiques habilitantes. A cet effet, ce type d'indicateurs nous pouvons utiliser? Quel plan d'échantillonnage est plus approprié pour cela? Quels types de procédures d'analyse, nous pouvons appliquer?

Diana Carter

Nutrition officer, WFP Kenya

Utilisateur régulier

4 août 2014, 08:09

Ceci a été traduit automatiquement.

Votre question peut être mieux géré dans le Forum Accueil Fortification Réseau: http://network.hftag.org/

Mark Myatt

Consultant Epidemiologist, Brixton Health

Utilisateur fréquent

4 août 2014, 10:56

Ceci a été traduit automatiquement.

Un facteur clé dans la décision de savoir comment évaluer la couverture est de savoir si les programmes est universel (par exemple, tous les enfants âgés de deux ans ou moins) ou sélectives (par exemple les personnes qui répondent à un cas-définition). Un programme universel (par exemple PEV) peut généralement être évaluée à l'aide d'un simple sondage. Un programme sélectif doit habituellement une procédure d'échantillonnage biaisé (c.-à-biaisée de trouver les cas admissibles), en particulier si la condition est assez rare (par exemple SAM). Pour ces enquêtes, je serais toujours utiliser un échantillonnage spatial.

En regardant les obstacles avec des enquêtes est assez simple en utilisant une «déviance négative" ("si non, pourquoi pas?") Modèle que celui utilisé dans les enquêtes du SCCS et SLEAC (également dans les enquêtes de SQUEAC stade III). La limite de cette approche est que nous sommes généralement limité à un seul type d'informateur et les données manquent de profondeur dans le sens où il est souvent difficile de savoir comment différents obstacles sont liés les uns aux autres. Cela dit, nous avons commencé à utiliser cette approche avec le (PCMA) programme de recherche de la CCT et a réussi à les programmes de réforme tels que la couverture atteint 70% ou plus.

Si vous avez besoin d'une connaissance approfondie des obstacles et comment ils interagissent alors je pense que vous devriez utiliser SQUEAC.

Retour en haut de page

» Afficher une réponse